Au-Delà
3.0Note Finale

Quelle mouche a donc piqué Clint Eastwood ? En croisant le destin de trois individus confrontés à la mort, le script semble d’abord du cousu main pour M. Night Shyamalan, voire un Claude Lelouch new age période La Belle Histoire. Produit par Kathleen Kenndy pour Dreamworks et un Steven Spielberg (une fois encore) un temps attaché au projet, Au-Delà est écrit par le scénariste Peter Morgan (The Last King of England, Frost/Nixon, Rush, The Crown) qui souhaite éloigner son histoire d’un gloubiboulga pour étudiant frustré en théologie. Un chemin parsemé d’embûches comme en témoigne la reconstitution impressionnante du tsunami de 2004 et la journaliste Marie (Cécile de France) qui survit à une expérience de mort imminente conclut par la classique lumière blanche au bout d’un couloir. Mais ? La suite est au diapason de ces hésitations entre clichés anecdotiques (les scènes parisiennes) et belles séquences dépressives (le segment américain, principalement). Il faut rapidement en convenir, les allusions au “surnaturel” et les gesticulations sur “l’au-delà” ne sont pas les préoccupations majeures d’Eastwood qui se concentre sur le destin de George (Matt Damon, très bon) dont la capacité à pouvoir communiquer avec les morts est vécue comme un fardeau, le tenant ainsi éloigné du monde des vivants, prisonnier d’un don devenu malédiction. Même s’il n’est pas d’une folle originalité, cet arc narratif est de loin le plus intéressant et nous offre un vrai moment d’émotion lors de sa rencontre avec le jeune Marcus qui ne souhaite qu’une chose, parler une dernière fois avec son frère jumeaux décédé après un accident. Trois destins croisés au détour d’un film limite fumeux mais sobrement filmé, sans chichis ni effets de manche granguignolesques. Surtout, il permet à Eastwood d’aborder plus longuement que l’expérience télévisuelle de Vanessa in the Garden (lui aussi sur l’au-delà) le genre codifié du fantastique et de regarder une nouvelle fois la mort en face. Mal reçu à sa sortie (malgré un score honorable au box-office), plutôt oublié depuis, Au-Delà, film imparfait mais non dénué d’élégance, reste aujourd’hui considéré comme un échec à part entière dans la carrière du réalisateur. Il n’y a pas pourtant pas de quoi fouetter un chat.

ENGLISH VERSION

HEREAFTER

So what’s going on Clint Eastwood ? By crossing the destinies of three individuals facing death, the Hereafter‘s script seems at first hand-stitched for new-age mood M. Night Shyamalan. So what? Produced by Kathleen Kenndy for Dreamworks and Steven Spielberg (once again), Hereafter is written by screenwriter Peter Morgan (The Last King of England, Frost/Nixon, Rush, The Crown) who wants to move his story away from a nonsense-mindfuck trip for a frustrated theology student. A path strewn with pitfalls as witnessed by the impressive reconstruction of the 2004 tsunami and the journalist Marie (Cécile de France) who survives a near-death experience concludes with the classic white light at the end of a corridor. The movie struggles with these hesitations between anecdotal clichés (the Parisian scenes) and beautiful depressive sequences (mainly the American segment). It must be quickly agreed that allusions to the “supernatural” and gesticulations about the “afterlife” are not Eastwood‘s major preoccupations. He focuses on the fate of George (Matt Damon, very good), whose ability to communicate with the dead is experienced as a burden, thus keeping him away from the world of the living, prisoner of a gift that has become a curse. Even if it is not wildly original, this narrative arc is by far the most interesting and offers us a real moment of emotion when he meets young Marcus, who only wants one thing, to speak one last time with his twin brother who died after an accident. Three destinies interesting. Above all, it allows Eastwood to go beyond the television experience of Vanessa in the Garden (also about the afterlife) to explore the codified genre of fantastic and to look death in the face once again. Badly received at its release (despite an honourable box-office score), rather forgotten since then, Hereafter is an imperfect but not without elegance movie ans it remains a failure in the director’s career. Ok, but nothing to be ashamed.

Au-dela - Clint Eastwood (2010)

Titre : Au-Delà
Titre original : Hereafter

Réalisé par : Clint Eastwood
Avec : Matt Damon, Cécile de France, Bryce Dallas Howard…

Année de sortie : 2010
Durée : 129 minutes

Scénario : Peter Morgan
Montage: Joel Cox et Gary D. Roach
Image : Tom Stern
Musique : Clint Eastwood

Nationalité : États-Unis
Genre : Drame / Fantastique

Synopsis : Au-delà est l’histoire de trois personnages hantés par la mort et les interrogations qu’elle soulève. George est un Américain d’origine modeste, affecté d’un “don” de voyance qui pèse sur lui comme une malédiction. Marie, journaliste française, est confrontée à une expérience de mort imminente, et en a été durablement bouleversée. Et quand Marcus, un jeune garçon de Londres, perd l’être qui lui était le plus cher et le plus indispensable, il se met désespérément en quête de réponses à ses interrogations. George, Marie et Marcus sont guidés par le même besoin de savoir, la même quête. Leurs destinées vont finir par se croiser pour tenter de répondre au mystère de l’Au-delà…

Votre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.