The Flower Kings - Waiting For Miracles
4.5TOP 2019

Tout faux ! Alors que je pensais la fin de la formation arrivée avec la publication de Manifesto of an Alchemist signé du seul Roine Stolt l’an passé, sentiment renforcé par une tournée intitulée ‘Flower Kings Revisited‘, c’est en fait, semble-t-il plutôt le début d’un nouveau cycle. Pour ce nouveau Flower Kings, on trouve autour de Stolt, qui assure comme d’habitude chant et guitares, l’immense Jonas Reingold à la basse et le fidèle Hasse Fröberg au chant et chœurs… Pas de guitare cette fois-ci pour Fröberg, qui a réservé sa six-cordes à sa propre formation. Les autres membres du groupe sont des petits nouveaux : Mirko DeMaio à la batterie, et surtout Zach Kamins (An Endless Sporadic) aux claviers, à qui revient la lourde tâche de remplacer l’historique Tomas Bodin, que ses problèmes d’audition semblent avoir définitivement éloigné de la musique…

Marque du retour pour le prolifique Stolt, ce nouveau disque est de nouveau un double album, mais contrairement à certains opus passés du groupe, c’est un double CD plutôt ramassé, sans aucun temps mort, ni remplissage : la totalité des deux disques excède de peu les 83 min. On est bien loin des durées fleuve de Unfold The Future ou de Paradox Hotel. Tant mieux. Le disque, qui se veut un retour aux sources et à l’inspiration des années 90 du groupe, a été réalisé chez Benny Andersson (ABBA) qui possède un studio équipé en matériel vintage.  Avec ce disque, on a effectivement le sentiment que Stolt a retrouvé l’inspiration lumineuse de ses débuts, tant l’ambiance générale du disque nous ramène à Stardust We Are ou Flower Power.  Pas de longues suites à rallonges ici mais une quinzaine de titres entre 5 et 10 min, dans lesquels se développe une musique qu’on ressent comme très positive et qui développe des aspects symphoniques raffinés, se rapprochant par là-même de l’âge d’or de Yes.  Passé l’intro au piano (qui rassure sérieusement sur le niveau de Kamins), on retrouve avec “Black Flag“, le son de Back In The World Of Adventures : un progressif pur, très classique, avec beaucoup de transitions et de changements de rythmes ou les longs passages instrumentaux de claviers analogiques ou de guitares sont légion. “Miracles For America” (et son texte satyrique) , sorte de mini “Startdust We Are“, renforce cette impression. Les morceaux s’écoulent les uns après les autres, tantôt chantés par Stolt, tantôt par Fröberg, tantôt instrumentaux (“Wicked Old Symphony“, “The Crowning Of Greed“) avec toujours la même emphase (“Vertigo” ou “Sleep With The Enemy“), voire même un symphonisme très cinématique (“Ascending To The Stars“). Le coté jazzy / experimental qui avait émergé sur certains albums des années 2000 a ici presque disparu et c’est l’influence du grand Yes qui est la plus présente. Seules les 5 min de “Spirals” semblent un peu plus expérimentales, avec l’apport de rythmique synthétique et d’une basse très saturée. La basse de Reingold, sur les autres titres, ronde, charnue et très mélodique évoque souvent le regretté Squire (“The Rebel Circus“).

Waiting For Miracles est un grand disque de rock progressif. Les amateurs des premiers Flower Kings vont se délecter à l’écoute de “Miracles For America” ou de “We Were Always Here” pour ne citer que deux des titres qui deviendront à n’en pas douter de grands classiques du groupe. Si on ajoute une réalisation de haut niveau qui sert cette musique positive et coloré, on obtient un des albums de l’année.

THE FLOWER KINGS – WAITING FOR MIRACLES

The Flower Kings - Waiting For Miracles (2019)

Titre : Waiting For Miracles
Artiste : The Flower Kings

Date de sortie : 2019
Pays : Suède
Durée : 84’56
Label : Inside Out

Setlist

CD 1 (63:28)
1. House of Cards (1:58)
2. Black Flag (7:42)
3. Miracles for America (10:03)
4. Vertigo (9:59)
5. The Bridge (5:32)
6. Ascending to the Stars (5:45)
7. Wicked Old Symphony (5:47)
8. The Rebel Circus (5:50)
9. Sleep with the Enemy (6:02)
10. The Crowning of Greed (4:50)

CD 2 (21:28)
11. House of Cards Reprise (1:21)
12. Spirals (5:06)
13. Steampunk (6:34)
14. We Were Always Here (7:35)
15. Busking at Brobank (0:52)

Line-up

– Hasse Fröberg / lead & backing vocals
– Roine Stolt / electric, 12-string (2,13) & acoustic (5,7,9,14,15) guitars, keyboards, sequencer (4), Taurus Moog (8), Strings & pipe organ (9), Mellotron & ukulele (10,12), synth (14), lead vocals (3), co-producer
– Zach Kamins / Hammond, Mellotron, MiniMoog, synths, Rhodes, piano, Wurlitzer (7), Yamaha GX1 organ (8), glockenspiel & marimba (10,12), guitar & orchestration (6), Theremin & harmonium (15)
– Jonas Reingold / acoustic (5), fretless (4) & electric basses
– Mirko DeMaio / drums, percussion, vibes (3), timpani (3,6)

With:
– Michael Stolt / bass & Taurus Moog (1,2,7), backing vocals (3)
– John “Zach” Dellinger / viola (6)
– Paul Cartwright / violin (6)

Votre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.