Roine Stolt - The Flower King: Manifesto of an Alchemist
4.3TOP 2018

Dans la catégorie l’embrouille est dans le sac, Roine Stolt nous revient avec un album estampillé non pas sur son seul nom (le dernier en date étant Wall Street Voodoo en 2008), ni sur celui de sa formation historique créée en 1993 (The Flower Kings) ), mais sur un entrechat subtilement intitulé : Roine Stolt’s The Flower King. Encore heureux qu’il n’ait pas incorporé des ingrédients patronymiques de ses autres groupes tels que Transatlantic, The Sea Within, Agents Of Mercy ou même Kaipa da Capo. Mais qu’importe le flacon pourvu qu’il y ait l’ivresse dit l’adage éthylique. Et musicalement, cet album offre quelques perspectives impressionnantes du spectre proposé par le suédois.

Pour en revenir aux Flower Kings, si l’album n’est pas un jalon de plus dans la discographie du groupe, nous retrouvons aux côté de Roine Stolt une palanqué d’habitués tels que l’incontournable Jonas Reingold (basse) et le frangin Michael Stolt, le pétulant Hasse Fröberg (guitare, chant), Marco Minneman (batterie), Max Lorentz (orgue Hammond), Zach Kamins (claviers), Rob Townsend (saxophone, flûte et percussion) et enfin Nad Sylvan (chant). Passons l’introductif « Rainsong » qui sert avant tout de prologue un peu étonnant à ce Manifesto of an Alchemist, pour mieux continuer sur trois morceaux de bravoure qui tournent en 8’30 et 12’30. Le menu proposé est assez épicé, plus qu’à l’accoutumé, et Roine Stolt n’hésite pas à faire du rentre dedans avec des échos à The Whirlwind de Transatlantic (« The Spell of Money »).

Du heavy, du rock symphonique, du rock droit dans ses bottes, de l’américana, et du jazzy (« The Alchemist », « Six Thirty Wake-Up »), du folk sucré (« Baby Angels ») et des effluves de Flower Kings (« Rio Grande ») permettent à cet album de dépasser le simple objet de curiosité que son nom pourrait donner en pâture. Plus que cela, Manifesto Of An Alchemist permet à Roine Stolt de livrer près de soixante dix minutes de très belle intensité avec un style seventies très reconnaissable mais toujours aussi efficace. Un album surprise qui devrait terminer dans la majorité des tops annuels des amateurs du genre.

Image: © Frank Hoensch/Redferns – Getty

ROINE STOLT – THE FLOWER KING: MANIFESTO OF AN ALCHEMIST

Roine Stolt - The Flower King - Manifesto of an Alchemist (2018)

Titre : The Flower King: Manifesto of an Alchemist
Artiste : Roine Stolt

Date de sortie : 2018
Pays : Suède
Durée : 69’25
Label : Inside Out

Setlist

1. Rainsong (1:28)
2. Lost America (9:50)
3. Ze Pawns (8:27)
4. High Road (12:32)
5. Rio Grande (7:50)
6. Next To A Hurricane (4:25)
7. The Alchemist (6:58)
8. Baby Angels (3:49)
9. Six Thirty Wake-Up (4:17)
10. The Spell Of Money (9:49)

Line-up

– Roine Stolt / lead vocals, electric & acoustic (6,8) guitars, keyboards, synth (1,9), bass (4-6), ukulele & drums (8), composer

With:
– Hans “Hasse” Fröberg / vocals (3,4,6,10)
– Nad Sylvan / vocals (6)
– Max Lorentz / vocals (1,2), Hammond B3 (2,9)
– Zach Kamins / organ & Moog & Mellotron (5)
– Rob Townsend / soprano sax (7), flute (9)
– Michael Stolt / bass (3,8,9), vocals (2,3)
– Jonas Reingold / fretted (2,7,10) & fretless (2) basses
– Marco Minnemann / drums

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires