bannière www.bdelanls.fr - Création et refonte de site internet
David Minasian - The Sound Of Dreams
4.0Note Finale

Dix ans pile poil après son premier album solo, le chanteur multi instrumentiste David Minasian venant des États Unis fait un retour fracassant avec son nouvel et troisième opus solo The Sound Of Dreams. Pour ce faire il n’a pas fait les choses à moitié car il s’est entouré de quelques pointures du prog tels que Justin Hayward, Annie Haslam, Billy Sherwood ou Steve Hackett, excusez du peu. David Minasian n’est véritablement pas un musicien à part entière car il a plusieurs cordes à son arc et s’orienta jadis, parallèlement à la musique, vers la réalisation de films. Pourtant, David avait commencé sa formation musicale au piano classique à l’âge de cinq ans. Cependant, ses véritables intérêts se situaient dans le cinéma et c’est ce qu’il a finalement choisi comme cheminement de carrière. Après avoir obtenu avec mention un diplôme en production cinématographique et télévisuelle, David a commencé à travailler en free lance pour un certain nombre d’entreprises autour de Los Angeles en tant que producteur, réalisateur, écrivain, monteur, directeur de la photographie et compositeur occasionnel de bandes sonores. Mais après avoir entendu un jour à la radio la chanson « The Land of Make Believe » des  Moody Blues, son intérêt pour le progressif a commencé à s’imposer et il enregistra ses propres démos. David s’est lancé alors dans l’idée ambitieuse de sortir son propre album de façon indépendante où il ferait fonction de claviériste, compositeur, producteur et chanteur principal. Le résultat fut la sortie de Tales of Heroes and Lovers, un album de rock symphonique luxuriant mais qui aura du mal à sortir en Europe. Le fait d’avoir accès aux derniers films et installations de montage grâce à son travail permettra à David d’écrire, produire et réaliser un clip vidéo pour l’un des morceaux de l’album intitulé « It’s Driving Me Crazy », qui a rapidement commencé à être diffusé sur MTV. Consécutivement à cela,  il fit le choix de réaliser plusieurs DVD de concerts de Camel et il devint l’ami d’Andrew Latimer, ce qui nous a valut le plaisir d’entendre ce fabuleux guitariste sur un titre de Random Acts Of Beauty, le précédent album de Minasian  datant de 2010.

Mais revenons à Sound Of Dreams qui démarre très fort ; sur le 1er titre « The Wind Of Heaven prologue » intervient justement le fameux Justin Hayward, l’emblématique chanteur des Moody Blues. Tout l’album sera du même tonneau, tout en retenue et bourré de belles mélodies. Les superbes accords de piano de « All In » débouchent sur un très joli morceau au cours duquel, en dehors des vocaux (toujours bien vus)  tenus par David, les solis de guitare sont joués par Justin Minassian (le fiston) qui n’ont rien à envier aux maîtres du genre (dont un et non des moindres figure dans le line up) par le biais d’un grand lyrisme. Il faut préciser que le  fils du maître de cérémonie est omniprésent sur ce disque, y tenant les principales guitares et participant aussi aux compositions. Passé le morceau « Faith Hope Love » qui est bien agréable à écouter, on attaque le morceau éponyme, qui se développe en trois parties sur une durée de onze minutes. Sur ce titre apparaît aux vocaux la belle Annie Haslam de Renaissance. Cerise sur le gâteau, sur le premier mouvement ainsi que sur le troisième, on pourra déguster les arpèges de Steve Hackett en personne qui par ses sonorités uniques en leur genre, fait évoluer singulièrement la pièce centrale de l’album.

Est ce un hasard ou non, mais l’autre long titre suivant « Twin Flames a Twilight » (près de quatorze minutes) fait penser à ses débuts et sur sa fin à une compo de Genesis par ses séquences de flûte et aux guitares acoustiques, certes de Justin mais très Hackettiennes. David Minasian y assure le lead vocal comme  d’ailleurs sur la majorité de ce disque. Le morceau clôturant l’album, «  The Wind Of Heaven (épilogue) », lui aussi de plus de dix minutes est une fois encore interprété par Annie Haslam qui donne une version assurément plus percutante à ce titre puissant, comparée à celle d’Hayward un tantinet plus soft. The Sound Of Dreams s’avère donc un bien bel album automnal qui permettra sans aucun doute d’accroître la popularité déjà grandissante de David Minasian qui a bien fait de réaliser des albums de musique car des talents comme le sien sont au final assez rares.

DAVID MINASIAN – THE SOUND OF DREAMS

David Minasian - The Sound Of Dreams (2020)

Titre : The Sound Of Dreams
Artiste : David Minasian

Date de sortie : 2020
Pays : Etats-Unis
Durée : 74’57
Label : Golden Robot Records

Setlist

1. The Wind of Heaven (Prologue) (8:29)
2. All In (6:24)
3. Faith Hope Love (3:32)
4. The Sound of Dreams (First Movement) (4:03)
5. The Sound of Dreams (Second Movement) (2:03)
6. The Sound of Dreams (Third Movement) (4:38)
7. Road to Nothingness (6:04)
8. Room with Dark Corners (6:13)
9. Hold Back the Rain (4:31)
10. Twin Flames at Twilight (13:42)
11. So Far from Home (5:16)
12. The Wind of Heaven (Epilogue) (10:02)

Line-up

– David Minasian / vocals, keyboards, 12-string acoustic guitar, percussion
– Justin Minasian / guitars, bass, keyboards
– Geof O’Keefe / drums, guitars

With:
– Alberto Parodi / keyboards, percussion (1)
– Francesca Rapetti / flute (1)
– Kerry Chicoine / bass (3)

Special Guests:
– Justin Hayward / vocals, guitars, keyboards (1)
– Steve Hackett / guitars (4,6)
– Annie Haslam / vocals (4,12)
– Billy Sherwood / bass (4-6,12)
– PJ Olsson / vocals (11)
– Julie Ragins / vocals (8)

Votre avis

A propos de l'auteur

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.