Eye 2 Eye - Nowhere Highway
4.0Note Finale

La sortie d’un album français de néo prog constitue toujours un évènement, c’est le cas ce jour avec l’arrivée du  cinquième album d’un groupe issu de la région parisienne Eye 2 Eye. Pour l’occasion, le combo a pu être distribué par la prestigieuse boite de prod allemande Progressive Promotion Records qui détient quelques formations relativement récentes et de grande qualité telles que, Black Noodle Project, Retrospective, Light Damage, Karibow ou Anima Mundi (entres autres grosses pointures). Sans oublier l’excellent chanteur et musicien Canadien Rick Miller qui fait partie également de la même écurie. Par ailleurs, les digipacks entourant ses albums sont superbes et atypiques par leur format légèrement plus grand que la taille habituelle d’un CD (cf. l’album Dark Dreams, une de ses plus belles réalisations). A propos de design,  il faut signaler en exergue que la pochette de Nowhere Highway a été conçue  par Didier Pègues, la tête pensante du groupe. Il s’agit aussi d’un très beau digipack qui donne une vision assez futuriste tout à fait en adéquation avec une musique un peu plus mélancolique dans son interprétation. Le livret intérieur constitue un beau prolongement du visuel initial, ce qui apporte encore plus de profondeur au désir du concepteur. Didier Pègues est aussi l’auteur de la majorité des textes formant un concept pour Nowhere Highway. Ce dernier tient également une partie des claviers ainsi que la batterie, le musicien est avec Philippe Benabes, l’autre claviériste et compositeur, le créateur du projet Eye 2 Eye, et ce depuis une bonne quinzaine d’années. Excepté ces deux piliers d’Eye 2 Eye, il faudra noter un changement de line up assez important pour ce nouvel opus puisque l’ancien chanteur Michel Cerroni dont le rôle fut prépondérant dans l’évolution du groupe, a du quitter le navire, mais il est resté en excellent  terme avec ses anciens amis. Il a d’ailleurs participé à la composition de Nowhere Highway. Le précédent album avec Cerroni, The Light Bearer reçut un accueil chaleureux et se voulait légèrement plus symphonique et restera quoiqu’il advienne comme une pièce maîtresse dans l’œuvre  d’ Eye 2 Eye. 

Le groupe a donc du trouver un nouveau chanteur pour succéder à Cerroni et ils ont contacté un ancien vocaliste en la personne de Jack Daly qui tenait déjà les vocaux sur le deuxième album du groupe After All paru en 2009. Pour ce qui concerne les guitares, elles sont tenues par Bruno Pègues pour la six cordes, la basse reste entre les mains du talentueux Etienne Damin qui a d’autre part mixé cet album avec un résultat final vraiment brillant. Celui-ci a parfaitement réintégré le groupe et a de suite ressenti la nouvelle orientation que désirait prendre Eye 2 Eye : revenir à ses anciennes amours néo-prog. Et de ce fait,  les cinq compositions ici présentes versent donc plutôt dans le genre, mais avec une  certaine mélancolie ambiante. Les premières notes donnent d’ailleurs le ton par le biais d’un très joli titre  « Behind The Veil » avec sa montée tout en puissance.

Le thème principal de Nowhere Highway étant la quête de la muse, on peut comprendre que la dimension de la musique soit teintée d’un certain romantisme mais dans une version néo-prog qui est la base des compos d’Eye 2 Eye. L’album démarre par de jolies notes de piano entrelacées par le  violon de Marie Pascale Vironeau, avant que n’intervienne le chant de Jack Daly qui se distingue quelque peu par un timbre vocal aux pulsions mélodramatiques collant bien avec la musique d’Eye 2 Eye. On peut imaginer que ces ambiances teintées de tristesse soient un vœu escompté par le groupe et que l’on ressentira tout au long de l’album. Les musiciens n’ont pas trop perdu au change avec ce nouveau vocaliste, car le chanteur, connaissant déjà l’univers du groupe, se montre tout à fait à la hauteur de la situation en s’immergeant complètement dans cette œuvre . Le troisième morceau de l’album « The Choice » (plus de seize minutes) entre dans le même schéma qui s’apparente à une longue plainte du chanteur à la recherche d’une belle âme, à la manière d’un Jan Henrik du groupe norvégien Gazpacho. Sentiment ressenti et de façon encore plus évidente sur le titre éponyme Nowhere Highway, étiré sur vingt minutes durant lesquelles le groupe déploie des trésors musicaux insoupçonnés. Les harmonies aux différents synthés sont hyper sophistiquées, et le guitariste fait montre de grandes qualités. Le gimmick qu’il utilise de façon récurrente sur ce titre en est la flagrante démonstration. Ce long morceau constitué de  sept sous parties représente et définit ce que Eye 2 Eye a réalisé de mieux, de plus ambitieux et de plus abouti tout au long de sa carrière. Sur ce morceau « phare » de l’album, les backing vocaux d’une invitée Claudine Istria, enjolivent sacrément cette forte composition et ses vocalises s’accordent on ne peut mieux avec le chant de Daly.

Les différents épisodes de ce titre fleuve caractérisent totalement l’esprit des musiciens d’Eye 2 Eye. Souhaitons à cette formation légèrement au dessus de la moyenne, de rencontrer le succès qu’elle mérite,  dans l’hexagone et ailleurs. Le précédent album avait déjà ouvert la voie vers une plus grande reconnaissance du public. Espérons  que cela se confirme à présent et qu’ Eye 2 Eye parvienne avec Nowhere Highway à toucher le plus grand nombre. C’est tout le mal qu’on leur souhaite.

EYE 2 EYE – THE LIGHT BEARER

Eye 2 Eye - Nowhere Highway (2020)

Titre : Nowhere Highway
Artiste : Eye 2 Eye

Date de sortie : 2020
Pays : France
Durée : 59’39
Label : Progressive Promotion Records

Setlist

1. Behind the Veil (Ghosts, Pt. 2) (8:54)
2. The Hidden Muse (Ghosts, Pt. 3) (6:42)
3. The Choice (Ghosts, Pt. 4) (16:54) :
– i. Strange Battlefield
– ii. A Light Appeared
– iii. Ghost’s Creepy Voice
– iv. The Fight
– v. No Compromise
– vi. The Silent Shroud
4. Moons Ago (Ghosts, Pt. 5) (7:09)
5. Nowhere Highway (Ghosts, Pt. 6) (20:00)

Line-up

– Jack Daly / vocals
– Bruno Pegues / guitars
– Philippe Benabes / keyboards
– Etienne Damin / bass, guitars
– Didier Pegues / drums, keyboards

Votre avis

A propos de l'auteur

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.