John Petrucci - Terminal Velocity
3.8Note Finale

Surprise ! Entre confinement et alertes de toutes sortes, voici que John Petrucci et Mike Portnoy, nos deux anciens compères de Dream Theater et de Liquid Tension Experiment, s’en reviennent avec un album sous le bras après avoir passé dix ans à s’éviter soigneusement. Tout va de travers ma petite dame. Rien ne va plus. Et pourtant ! Au-delà de la simple réunion de copains de trente ans (et même plus), ce nouvel album solo, quinze ans après Suspended Animation, n’a rien d’anecdotique, ni d’une réunion d’anciens combattants cramoisis. Appuyés par la basse de Dave LaRue (Dixie Dregs, Flying Colors), nos deux compagnons travaillent le ferrugineux en artisan du gros son. John Petrucci fait un peu plus que rendre hommage à quelques icones de la six cordes. Ça foisonne, pulse et pistonne dans tous les recoins, à grands renforts de riffs délurés et avec des plâtrées de notes qu’il déroule à la moulinette. Treize à la douzaine (« The Oddfather »). S’il ne fait pas toujours dans la dentelle, il sait faire preuve d’un mélodique joyeux qu’on pensait disparu de son horizon. Le morceau titre, « Terminal Velocity » déploie immédiatement ses accents Eric Johnson (celui de “Cliffs of Dover“) alors que le bien nommé « Happy Song » prend des apparats de surf rock mixé à la saturation euphorique. L’ombre du Liquid Tension Experiment plane inévitablement derrière ce menu ultra-calorique mais revigorant. Entre deux titres testés sur scène avec le G3 (« Zero Tolerance », « Glassy-Eyes Zombies ») quelques envies de blues traversent l’album (« Out of the Blue » tellement Gary Moore) qui ne s’épargne pas le feu (« Gemini » et sa course folle) ni les accents Dream Theater (« The Way Things Fall », « Bridges in the Sky »). Alors oui, tout cela pourra sembler épuisant, démonstratif mais sous les couches épaisses d’une technique ébouriffante émerge du mélodique, de la dérobade qui ne cherche pas à mettre KO ou tuer raide sur son chemin. Tout cela est impeccablement interprété, joyeusement dévergondé, sculpté dans la ferveur du meilleur acier et évite soigneusement le trop plein de fureur ou de tempête (« Temple of Circadia »). Un beau retour aux sources qui en met plein la gueule sans la faire. Enjoy!

Photo by George Fairbairn/Total Guitar Magazine

JOHN PETRUCCI – TERMINAL VELOCITY

John Petrucci - Terminal Velocity (2020)

Titre : Terminal Velocity
Artiste : John Petrucci

Date de sortie : 2020
Pays : États-Unis
Durée : 55’06’
Label : The Orchard Music

Setlist

1. Terminal Velocity (6:07)
2. The Oddfather (6:25)
3. Happy Song (6:01)
4. Gemini (6:05)
5. Out of the Blue (5:46)
6. Glassy-Eyed Zombies (5:55)
7. The Way Things Fall (7:33)
8. Snake in My Boot (4:04)
9. Temple of Circadia (7:10)

Line-up

– John Petrucci (Dream Theater, Liquid Tension Experiment) / guitars
– Dave LaRue (Dixie Dregs, Flying Colors) / basses
– Mike Portnoy (Dream Theater, Transatlantic, Winery Dogs, Sons of Apollo) / drums

Votre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.