S'enregistrer
Votre mot de passe vous sera envoyé.
The Pineapple Thief - Your Wilderness
5.0TOP 2016

OK, la carapate d’un batteur peut s’avérer sacrément problématique pour un groupe de rock, fusse-t-il progressiste. Dans l’entame de leur onzième album studio, The Pineapple Thief avait donc à résoudre une nouvelle quadrature du cercle suite au désistement de Dan Osborne, dernières baguettes en date du groupe britannique. Malgré cette compression au format trio, Bruce Soord se lançait dans l’écriture de la bete quelques semaines seulement après la sortie de son premier album en solitaire (Solo, 2015). Bonne nouvelle, le syndrome de la page blanche ne semble toujours pas d’actualité pour notre ami ! Bref, sur les conseils du label Kscope, le voici contacter rien moins que Gavin Harrison, membre de King Crimson et d’un Porcupine Tree placé depuis quelques années en coma artificiel… une nouvelle accointance qui ne manquera pas de donner son lot de grains à moudre aux exégètes de la comparaison futile avec la formation historique de Steven Wilson. Quoiqu’il en soit, voici donc venir une frappe subtile, une signature reconnaissable, un talent immense au service de l’univers ultra-sensible de The Pineapple Thief et autant dire que son apport s’avère essentiel dans la réussite totale de Your Wilderness.

Plutôt que de simplement habiller ces mélodies soyeuses, Gavin Harrison les porte plusieurs crans au-dessus, perchées très haut, dans une parfaite symbiose avec les autres membres du groupe. De fait, si Magnolia avait pu en laisser quelques-uns (dont mézigue) sur leur faim malgré toutes ses belles qualités, Your Wilderness marque une étape fondamentale et signe une forme de compilation luxueuse de ce que The Pineapple Thief sait faire de mieux – Un retour aux racines prog sans lâcher les accents pop des dernières productions. Et pour napper ces mets de choix, un son incroyable recouvre cet ensemble exquis, ramassé sur une quarantaine de minutes, sans gras ni temps mort.

Le disque assemble les pièces d’un puzzle fascinant avec une cohérence, une sérénité jusque-là inédite. Visiblement, l’enregistrement se déroula sans heurts ni soucis, dans une atmosphère de confiance absolue. Cela transpire sur chaque note, à la bonne place, au bon moment. Huit titres captivants, de l’hypnotique « In Exile » aux frissons de « Where We Stood », l’humeur ne creuse pas aussi profondément le spleen habituel mais fait montre d’une rage évanescente, de bouffées d’euphorie qui empêche tout plombage dépressif cafardeux.

Inutile d’égrainer les titres. Tout se tient. Les musiciens paraissent communier et à ce petit jeu, la basse de Jon Sykes gagne en profondeur, parfaitement associées au jeu bourré de trouvailles de Gavin Harrison. Quelle section rythmique ! Les atmosphères vaporeuses de Steve Kitch ajoutent à l’ensemble et le chant de Bruce Soord achève de faire de ce Your Wilderness l’un des sommets du groupe, sinon le chaînon manquant entre les premiers opus aux évanescences romantiques (Variations on a Dream, 10 Stories) et l’effervescence récente recouverte de limaille de fer (Somewhere Here is Missing, All the Wars). Une œuvre charnière qui relevait du fantasme et dont on peut aujourd’hui apprécier toute la puissance évocatrice. Chapeau…

Retrouvez l’interview avec Bruce Soord et Steve Kitch

THE PINEAPPLE THIEF – YOUR WILDERNESS

The Pineapple Thief - Your Wilderness (2016)

Titre : Your Wilderness
Artiste : The Pineapple Thief

Date de sortie : 2016
Pays : Angleterre
Durée : 41’30
Label : Kscope

Setlist

1. In Exile (5:40)
2. No Man’s Land (4:20)
3. Tear You Up (4:53)
4. That Shore (4:36)
5. Take Your Shot (4:34)
6. Fend For Yourself (3:49)
7. The Final Thing On My Mind (9:52)
8. Where We Stood (3:46)

Line-up

– Bruce Soord / guitars, vocals
– Jon Sykes / bass guitars, backing vocals
– Steve Kitch / keyboards
With:
– Gavin Harrison / drums
– John Helliwell (Supertramp) / clarinet
– Geoffrey Richardson (Caravan) / strings
– Darran Charles (Godsticks) / guitar

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre d'ailleurs (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires