Eye 2 Eye - The Light Bearer
4.0Note Finale

Nous n’avions plus trop de nouvelles du combo francilien (ou tout du moins jusqu’à cet album) Eye2Eye depuis leur précédent album The Wish, paru en 2011;et voici qu’en ce début d’année ils opèrent un come-back remarqué  pour la sortie de  leur tout nouveau bébé The Light Bearer produit par Musea. Pour l’occasion le groupe s’est adjoint de la présence d’un très bon chanteur en la personne de Michel Cerroni dont l’organe vocal n’est pas s’en rappeler celui d’un certain Ian Gillian. Les deux membres fondateurs et principaux compositeurs de la musique et des paroles en anglais d‘Eye 2 Eye (ex ADN) sont toujours à bord du  navire depuis sa création et se nomment respectivement Didier Pegues (batterie, claviers et Philippe Benabes (claviers, synthés).

En premier lieu, on pourra apprécier la magnifique pochette de ce The  Light Bearer conçue par le même  Didier Pegues  et qui illustre parfaitement le propos de ce fameux « porteur de lumière » – cette métaphore peut s’appliquer à toutes les pseudos « gurus »  désirant nous apporter un monde meilleur, et ce dans différents domaines  et le plus souvent à notre insu. On peut aussi y déceler  une autre interprétation plus cérébrale celle-là, consistant à apercevoir un « flash » catapulté par  notre subconscient et intervenant  au terme d’une grosse dépression. Mais concernant la musique, disons-le d’emblée, il est certain qu’ Eye 2 Eye a largement gagné au change en embauchant ce nouveau chanteur (qui, il faut préciser était un vieux pote à eux); mais son éloignement géographique (il habite le sud de la France) ne permettait pas qu’ils puissent  facilement jouer  ensemble. Internet aidant et de fait les nouvelles technologies allant de pair, le groupe a pu ainsi définir les nouveaux contours du nouvel album réjouissant qu’ils nous proposent à présent. La voix de Michel Cerroni offre au groupe une dimension qu’ils n’avaient pas atteint auparavant, on sent  chez ce chanteur un réel professionnalisme qui faisait  sans doute défaut jadis à Eye 2 Eye,

La musique ne s’en porte que mieux au final, les deux compositeurs se sont saisi de cette opportunité, et ont vu comme une sorte de « challenge » la réalisation de cet album, leur création musicale s’est vue magnifiée par l’intermédiaire du vocaliste. Et pour réaliser cette entreprise, les Eye 2 Eye ont vu les choses en grand car en plus de leur nouveau line-up de base constituant l’ossature du groupe, ils ont convoqué un quatuor à cordes en plus d’une jeune talentueuse vocaliste Audrey Ruquet, notamment sur le titre assez « tubesque » débutant par de jolies notes de piano  « Home » qui ne devrait pas laisser indifférents les amateurs de belles mélodies, faisant  suite au titre éponyme ouvrant l’album et qui frappe fort sur plus de dix minutes.

 The Light Bearer n’est pas à proprement parler un concept album, mais une suite assez logique de morceaux s’imbriquant subtilement l’un dans l’autre pour un ensemble somme toute assez cohérent. Disons que l’atmosphère globale de cet album est assez mélancolique, les deux compositeurs (Pegues/Benabes)  ont recherché des ambiances musicales en demi-teinte, et empreintes   d’une certaine tristesse, mais néanmoins d’une grande harmonie, en cela leur démarche et leur son s’apparentent  beaucoup aux formations « pop/prog », ayant jalonné les seventies dont ces deux protagonistes sont très friands.   Le deuxième titre qui retient l’attention sur cet opus car il semble être le plus « prog » au sens large certainement  par ses changements de climats,  est « Standing On The Edge », les beaux arpèges de guitare cristalline entamant ce morceau y sont parfaits, et Cerroni place impeccablement sa voix qui n’est jamais aussi juste que sur cette compo durant laquelle Benabes nous envoie quelques notes Supertrampiennes. Les musiciens s’efforcent de donner vie aux huit compositions présentes sur ce disque, ils y parviennent le plus souvent, comme sur « October Rain » qui est peut-être le deuxième « tube » en puissance de ce disque, mais gageons que les deux n’ont pas été créés dans ce but. Eye 2 Eye oscille donc dans ses compos entre une « pop » de qualité et une « néo/prog » assez appuyée, c’est à coup sur les morceaux tels « Ghosts (part 1″), et surtout sur le morceau concluant l’album  » Crossing The Miror », dans lequel interviennent encore intelligemment  les cordes et les cœurs, que c’est le plus frappant.

En conclusion bien bel album d‘Eye 2 Eye, qui n’en restera pas là dans leur nouvelle formation, ils auraient déjà en boite un futur album qui serait pratiquement terminé, souhaitons que le succès de celui-ci leur permette de réaliser très vite ce projet. Une petite précision pour terminer, les musiciens d‘Eye 2 Eye ont tenu à rendre hommage à travers ce disque au regretté Denis Longo de feu Progressivearea, lui qui par son grand cœur,  par son immense générosité et son sens du partage aura marqué d’une empreinte indélébile le paysage musical européen, et nous ne pouvons que remercier le groupe pour cette belle dédicace à ce grand monsieur malheureusement disparu bien trop tôt.

 

Retrouvez l’interview avec EYE 2 EYE

EYE 2 EYE – THE LIGHT BEARER

Eye 2 Eye - The Light Bearer (2017)

Titre : The Light Bearer
Artiste : Eye 2 Eye

Date de sortie : 2017
Pays : France
Durée : 54’36
Label : Musea

Setlist

1. The Light Bearer (10:39)
2. Home (4:16)
3. Standing On The Edge (7:05)
4. One Way In . (2:41)
5. October Rain (10:19)
6. Ghosts [Part 1] (7:44)
7. Two Ways Out (1:44)
8. Crossing The Mirror (10:08)

Line-up

– Michel Cerroni / vocals
– Bruno Pegues / guitars
– Philippe Benabes / keyboards
– Etienne Damin / bass
– Didier Pegues / drums, keyboards

guests:
– Audrey Ruquet / lead & backing vocals (2)
– Kelly Mezino / backing vocals, lead vocals (8)
– Natasha Morley / backing vocals
– Marie Hortense Carlach / backing vocals (2)
– Sophie Guille Des Buttes / violin
– Marie Delaunay / violin
– Chloé Lecoq / alto
– Mathieu Lecoq / cello

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l’éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J’ai été bercé aux sons du « Segent peppers » des Beatles, puis ensuite je n’ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j’ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j’ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m’ aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période « jazz rock » qui m’a bien plue jadis « au temps de Pierre et Gladys », telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d’aficionados et je compte bien par le biais d’Amarokprog, en découvrir d’autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany