A l’occasion de la sortie de la sortie de leur 4ème album The Light Bearer, je suis allé interviewer le groupe majoritairement francilien Eye2Eye et bien qu’ils ne soient que quatre membres présents, ils ont largement répondu à mes questions, et ce  avec beaucoup d’entrain et de sympathie.

Eye 2 Eye - The Light Bearer (2017)

Lire la chronique de « The Light Bearer »

Tout d’abord bonjour les Eye2Eye, (ils ne sont que quatre, car  le bassiste Etienne Damin, devait arriver plus tard ) et merci de répondre à quelques questions,  pouvez vous vous présenter un peu pour les internautes d’Amarok Magazine ?

Philippe Benabes : Moi c’est Philippe Benabes, le suis claviériste et fondateur d’Eye2Eye avec Didier Pegues, nous sommes ensemble au sein d’ex ADN depuis 1993 et nous avons fondé Eye2Eye en 2003 avec d’autres musiciens qui nous ont malheureusement quittés depuis.

Didier Pegues : Pas tous heureusement (rires) et nous en avons récupéré d’autres et pas des moindres, moi c’est Didier Pegues, fondateur d‘Eye2Eye également,  je compose, paroles et musique et joue des claviers et de la batterie chez Eye2Eye,  nous avions en effet  formé ADN un  peu plus tôt même qu’en 93, mais nous nous appelions Scission à l’époque, ce groupe s’est vite dissous, nous avons ensuite créé ADN et donc aujourd’hui  avec Eye2Eye nous travaillions tous de façon très attentive et très ardue et avons réalisé ce quatrième album du groupe.

Bruno Pegues : Moi je suis Bruno Pegues, je tiens les guitares, petit frère de Didier, je suis entre guillemets, le nouveau venu dans le groupe pour ce 4ème album, car j’avais eu la chance de participer au 1er album d’Eye2Eye, sur le titre « You ».

Didier Pegues : Parallèlement à ça d’ailleurs Bruno faisait partie malgré tout  de notre groupe, car il a participé de près ou de loin aux enregistrements, en  enregistrant les rythmiques de quasiment  tous nos albums.

 

C’était en quelque sort, le musicien de l’ombre?

Didier Pegues /Bruno Pegues : Oui c’est exactement ça… (rires)

Michel Cerroni : Moi c’est Michel Cerroni, je suis chanteur et parfois parolier et  j’ai rejoint le groupe en septembre 2014, j’ai essayé de porter un souffle  nouveau au groupe et suis très heureux de participer à cette aventure.et ça se passe merveilleusement bien.

Didier Pegues : Pour la petite histoire nous connaissions Michel,  Bruno et moi, depuis fort longtemps et avions déjà joué en live avec lui dans le groupe Sinciana, pour quelques concerts qui resteront mémorables.

 

Votre nouvel album The Light Bearer vient de sortir chez Musea, avez vous eu certaines difficultés à trouver un distributeur dans notre beau pays?

Didier Pegues : En dehors de Musea, dans notre beau pays, il n’existe pas grand-chose, hélas, à part YouTube ou des choses comme ça, et Musea nous connaissait depuis le départ et tout se passe très bien avec eux et nous continuons donc  l’aventure.

 

Je crois savoir que tous les morceaux de ce disque ont été composés par le batteur/ claviériste Didier Pegues et par le claviériste Philippe Benabes, combien de temps vous a-t-il fallu pour composer ce disque, et sa gestation a-t-elle été longue?

Didier Pegues : Paradoxalement elle a été assez courte, nous avions des idées à profusion, et tout cela s’est mis en œuvre lorsque je me suis installé tout près géographiquement de Philippe, et en partant de là il nous a fallu une bonne année pour la composition et environ une autre année aussi  pour enregistrer ce disque.

 

Les autres musiciens du groupes ont-ils participé de près ou de loin à ces compositions?

Didier Pegues : Alors oui, et de façon importante , Michel notamment, il posé ses textes sur les musiques de Philippe, qu’on trouve sur la quatre premiers titres , et tu pourras constater que l’album est subdivisé en deux parties, 1ère partie ou les textes sont de Michel et il a posé sa voix sur la musique de Philippe et la seconde partie de l’album est de moi, car  perso  j’ai tout composé, mais rien de définitif dans tout cela, tout peut évoluer dans le bons sens, je l’espère, sur des futurs albums,  mais pour celui-ci, mes lignes mélodiques étaient déjà composées avant  même d’y poser mes textes.

 

Vous avez engagé un nouveau chanteur en la personne de Michel Cerroni , de quelle manière cela a—t-il changé voire influé  vos compositions?

Didier Pegues : Michel comme je te l’ai dit précédemment était un vieux pote, mais c’est plus ou moins un nouveau venu dans domaine de la musique progressive, mais c’est  quelqu’un qui connaît le milieu de la musique depuis de nombreuses années, c’est un chanteur « professionnel« , de fait il s’adapte parfaitement à nos demandes, on lui soumet nos idées qu’il pige très vite, on compare nos impressions respectives et comme nous nous connaissions bien déjà, cela a permis à cet album de voir le jour dans de bonnes conditions.et assez rapidement.

Eye2Eye

C’est peut être un bon « feeling » commun, une complicité amicale aussi ?

Michel Cerroni : Je dirai aussi une complémentarité, mais comme Didier l’a dit, je ne venais pas du « prog » en particulier mais du « rock » en général et effectivement en partant des mélodies qu’ils avaient composées, en y ajoutant ma voix; cela  a donné quelque chose de très intéressante au final.

Par conséquent, l »alchimie a évidemment bien fonctionnée?

Michel Cerroni : Oui la mayonnaise a bien pris !!

A ce propos, je sais que la majorité du groupe est francilienne et que votre chanteur habite le sud du pays, de quelle manière avez-vous enregistré cet album?

Didier Pegues : Nous avons utilisé les méthodes actuelles et bien évidement internet, nous nous sommes échangés les fichiers de cette façon, et lorsque nous avions une idée, nous la soumettions à Michel. qui nous donnait son avis, favorable ou pas, tout en nous renvoyant aussi les siennes, et nous avons donc fonctionné comme cela.

Bruno Pegues : On peut dire que Michel représente  quelque part le « cloud » de l’élaboration de ce disque!!

Michel Cerroni : On peut voir ça comme ça, mais, j’ai aussi finalisé les morceaux chez moi, dans mon studio d’enregistrement.

 

Il semble impensable aujourd’hui de ne pas se servir de ce vecteur qu’est internet pour enregistrer un album?

Michel Cerroni / Bruno Pegues : Oui c’est un peu ça.

 

Pouvez-vous nous dire un peu vos influences musicales respectives?

Michel Cerroni : Très varié, mais dans l’esprit c’est plutôt « rock« , alors j’écoute et chante dans tous les styles qui vont du « jazz » au « funk » à la « soul » voire à le « heavy métal« .

 

Tu as donc des gouts assez éclectiques ?

Michel Cerroni : Oui et c’est la synthèse de tout cela qui est intéressante, car même dans un titre rock, on peut inclure une de ces influences.

 

Toutes ces influences ne pouvant que donner plus d’ampleur aux morceaux, et ce qui fait la diversité et la richesse de ces compositions, je pense?

Didier Pegues : Oui, et perso j’ai été très influencé par Genesis, Pink Floyd dans mes premières années puis ensuite Marillion, IQ, et Pendragon, puis j’écoute beaucoup de musique classique, de jazz, de la « world » musique, et beaucoup de musique celtique, ce qui permet bien une mixité de choses différentes à l’intérieur de la musique d‘Eye2Eye.

 

Et toi, Bruno, tes influences?

Bruno Pegues : Et bien le fait d’être le cadet de Didier a fait que j’ai dû écouter par la force des choses  tout ce que mon frangin écoutait (rires) et Dieu sait si il y avait de la matière.

 

Ce sont loin d’être de mauvaises influences?

Bruno Pegues : C’est sûr, mais plus directement j’ai été très influencé par Davis Gilmour, qui qui a été le guitariste qui m’a le plus influencé.

 

Guitariste pour le moins fondamental de la musique progressive…

Bruno Pegues /Didier Pegues /Philippe Benabes : Ca c’est bien vrai ! (rires)

Philippe Benabes : En plus de toutes les influences dont ils ont parlé, j’écoute beaucoup de musiques européennes et notamment suédoises, et on peut trouver dans ma musique pas mal d’influences  d’Anglagard, ou d’Anekdoten, j’aime aussi beaucoup les groupes italiens, tels Banco, ou des groupes japonais qui peuvent paraître « pompier« , ça se ressent un peu sur mes sonorités de synthé d’ailleurs.

 

Je crois savoir que Didier et Philippe ont beaucoup aimé et aiment encore Supertramp, et les musiciens qui en faisaient partie, qu’en est-il, concernant ces goûts par rapport à Eye2Eye ? Je pense notamment à la petite « touche » supertrampienne qu’on trouve sur un titre de l’album.

Philippe Benabes : Pour moi, j’ai découvert Supertramp avant même la musique progressive, j’ai sauté sans embûche de la « variétoche » pure et dure à Supertramp (rires) et c’est très certainement grâce à ce groupe que j’ai découvert les claviers.

Didier Pegues : La même chose concernant Supertramp qui a été pour moi une influence majeure.

 

J’aime beaucoup la pochette de cet album, qui l’a réalisée? Et de quelle façon ?

Didier Pegues : C’est moi et je suis très heureux qu’elle te plaise, je l’ai réalisée sur avec le logiciel « photoshop« .

 

Merci pour vos réponses à très bientôt et longue vie au groupe et bonne chance à votre dernier disque  The Light Bearer de la part des internautes d’Amarok Magazine.

Une interview préparée et réalisée par Daniel Sébon, avril 2017

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany