Chimpan A - The Empathy Machine
4.5Note Finale

Chimpan A (drôle de nom) est un encore un beau projet de Robert Reed, transfuge de Magenta, et accessoirement auteur de plusieurs albums solos largement inspirés de Mike Oldfield. Robert Reed était apparu comme très influencé par le guitariste, mais démontra qu’il n’était ps un clone de mister Tubular Bells, loin de là, mais bien un musicien à part entière. Bref, ce multi instrumentiste ne finira pas de nous surprendre par son immense talent ainsi que par sa pléthorique discographie avec à son actif de nombreux albums axés sur un  “prog “mélodique et plutôt sophistiqué, ce qui contraste énormément avec The Empathy Machine.

Pour cet album, changement radical de braquet, Robert Reed a décidé de se rapprocher au mieux des sonorités actuelles, en cela cette nouvelle production baigne dans les synthés, l’auto tune, et autres vocoders. Reed s’est adjoint la compagnie d’un illustre chanteur, Steve Balsamo, qu’on trouvait déjà sur le magnifique projet antérieur Kompendium (Beneath The Wave, 2016). Balsamo avait aussi collaboré à des albums d’Eric Woolfson (Alan Parson’s Project) et c’est donc doublé par la présence vocale de la belle Christina Booth (Magenta), que Reed réalise encore une fois l’exploit de nous surprendre, voire nous étonner.

Les influences oldfieldienne se font pourtant sentir dès les premières notes de piano de “The World Through MyEyes”, mais très vite on comprendra que Reed se dirige vers d’autres directions avec des harmonies à la Supertramp, ce qui ne gâche rien. Les vocaux de Balsamo, bien que super “trafiqués” sonnent parfaitement. Si “It’s So Real” est peut être une des compos les moins prenantes de Empathy Machine, Christina Booth entame à merveille le morceau suivant “Stars” développé lui sur dix bonnes minutes assez planantes, comme le seront les autres compositions de ce disque clairsemé de synthés et de voix vocodées. Quelques notes de trompette égailleront cependant le milieu de ce morceau.  “Speed Of Love” quant à lui emploi les climats sonores similaires à un Moby qui lui aussi navigue dans une sorte de “soft wave” mélodique. Le rythme syncopé et électro de ce titre permet de mieux apprécier où veut en venir Reed, qui il est vrai nous avait habitué à moins de numérique ainsi qu’ à des instruments plus authentiques. Cependant,l’album s’avère une œuvre à la croisée des chemins entre une musique progressive hyper mélodique et une “rétro wave” du meilleur jus.

Les trois compositions concluant The Empathy Machine en sont le reflet, l’intro de “The Calling” est saisissante par sa relative tristesse et Balsamo y est poignant. Ce titre est sans aucun doute le plus du disque – le doublage des voix avec Christina nous ramène au meilleur d’Anathema. Et pour terminer, une belle intro pour le final sur lequel la narratrice conte en Français ce magnifique titre “Jack” de près de dix superbes minutes durant lesquelles les synthés et guitares surplombent une mélodie toute en douceur dont les paroles sont “slamées” (discutable !) et se concluant par un intriguant et énigmatique  “My friend Jack Daniel”

CHIMPAN A – THE EMPATHY MACHINE

Chimpan A - The Empathy Machine (2020)

Titre : The Empathy Machine
Artiste : Chimpan A

Date de sortie : 2020
Pays : Angleterre
Durée : 59’25
Label : Tigermoth Records

Setlist

1. The World Through My Eyes (7:04)
2. Its So Real (8:07)
3. Stars (10:03)
4. Speed of Love (8:00)
5. Scream (7:49)
6. The Calling (8:28)
7. Jack (9:54)

Line-up

– Steve Balsamo (Jon Lord, Eric Woolfson) / vocals, throat singing
– Robert Reed (Magenta, Cyan, Kompendium) / keyboards, drum programming, guitars, bass

With:
– Christina Booth (Magenta) / vocals
– Tony Dallas / spoken word
– Rosalie Deighton / vocals
– Kirstie Roberts / vocals
– Shan Cothi / soprano vocals
– Rachel Mari Kimba / cello

Votre avis

A propos de l'auteur

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.