Sylvan
Zèbre de Belleville – Paris
5 mars 2016

C’est devant un public malheureusement trop peu nombreux que le groupe Allemand Sylvan s’est produit le samedi 5 mars au Zèbre de Belleville. En effet nous étions une petite centaine de pèlerins à nous être déplacés ce samedi soir (il faut dire que  Dream Theater était à Paris le même soir) et c’est bien dommage que nous ayons été si peu, car Sylvan mérite largement de s’adresser à un public plus large, mais c’est ainsi. Le groupe avait été programmé au mois de novembre dernier, mais en raison des tragiques évènements à Paris, ils durent annuler cette date et c’est donc en ce début mars que nous avons eu la chance de les voir dans la capitale. De mémoire le groupe s’y produisait pour la première fois, en tous cas, moi je les découvrais en « live », je connaissais déjà parfaitement leur musique sur disques et je les appréciais vachement depuis un bon moment.

Il n’y eut pas de première partie et c’est directement et en toute simplicité que les cinq musicos prirent possession de la petite, mais néanmoins très agréable, scène du Club Le Zèbre de Belleville ou l’on pouvait véritablement constater le travail et l’évolution de Sylvan. Ils arrivaient directement de Hambourg et devaient y retourner après le concert, ce qui représentait une drôle de gageure à laquelle on ne peut qu’être sensible.

Le groupe basique de Sylvan était composé depuis sa création de Marco Gluehmann au chant, de Matthias Harder à la batterie, de Sebastian Harnack à la basse et de Volker Soehl  aux claviers, le guitariste Jonathan Beck ne fut quant à lui embauché que sur Home leur dernier album en date

Sylvan

Après un accueil très chaleureux de la part du public, qui apparemment connaissait bien le groupe,  ils attaquèrent par « Not Far From the Sky » et deux autres titres d’ouverture  tirés de ce fameux  opus « Home » que je considère comme leur meilleur album à ce jour (ils ont déjà en neuf à leur actif), il fut  d’ailleurs mis à l’honneur durant ce show irréprochable au cours duquel ils en interprétèrent six titres.

Ces gars-là ne se prennent pas la tête et disposent d’un capital sympathie indéniable, le public ne s’y trompait d’ailleurs pas en leur accordant des applaudissements nourris. L’excellent chanteur Marco Gluehmann, qui  visiblement  parlait notre langue, s’adressa à plusieurs reprises avec les spectateurs, introduisant chaque nouveau morceau avec quelques paroles très sympas. Curieusement le guitariste Jonathan Beck, jouait assis, on apprit un peu plus tard que c’était du a une récente opération de la jambe qu’il avait subi, ceci expliquant cela.

Sylvan

Ils interprétèrent aussi plusieurs titres de leurs autres albums que les fans ont de suite reconnus, et en premier lieu Stella, la très active organisatrice de ce beau concert. Elle nous donna d’ailleurs des petits « lumineux » assez chouettes  au milieu du show, nous permettant de redonner un brin d’ambiance à ce concert ou d’évidence il manquait du monde.

Malgré ce manque, les musiciens donnèrent le meilleur d’eux même, et un des points culminants du show résidait au moment où le chanteur rendit hommage aux victimes du 13 novembre, et ce juste au  début de « Shine » tiré du dernier album, ce fut de fait, un des moments les plus intenses et les plus émouvants  de ce set.

Ils égrenèrent de plus et de bien belle manière d’autres compositions crées antérieurement, mais qui sont aussi d’une efficacité redoutable, Marco Gluehmann possède un timbre vocal assez chaud qu’il module à souhait, entrainant le reste du groupe dans une sorte de spirale infernale.

Sylvan joua pendant plus de deux heures et nous avons eu droit à trois rappels, toujours aussi « cools » les musiciens nous donnaient l’impression que nous faisions partie de leurs amis (petite assemblée oblige), cela contrastait vraiment avec les « méga » concerts style « Bercy » voire  « Stade de France » –  car au Zèbre de Belleville, et malgré le petit comité que nous étions, tout cela ne nous a pas empêchés  d’apprécier pleinement la prestation de Sylvan.

Nous eûmes droit à trois rappels, le groupe sembla très heureux d’avoir (enfin) pu se produire à Paris et ils vinrent saluer tous les cinq le public, et puis Marco fit monter avec eux sur scène un des enfants  de l’organisatrice, ce qui  fut assez touchant.

Sylvan

Au final ce fut de bien beaux moments que nous ont fait vivre Sylvan durant cette soirée, ils font  partie de ceux qu’on n’oublie pas et qui resteront  longtemps en mémoire.

Une fois le concert terminé, chose étrange, ce fut les musiciens eux même qui rangeaient le matos (la route les attendait), Marco nous précisa que c’était  le bassiste Sylvan Harnack qui tenait le volant. Ils prirent quand même le temps de se prêter au jeu des photos et autres dédicaces, le groupe vendait sur place  le seul DVD qu’ils aient sorti « Posthumous Silence The show  10 th anniversary 1998 -2008 » que je me suis empressé d’acheter et de faire signer, petit témoignage d’un super groupe qui gagne à être vu en « live ». On espère vivement que pour leur prochaine venue en France, le public soit plus nombreux, en tous cas on leur souhaite bonne suite et que Sylvan réalise  encore des albums formidables comme Home et que leur show soit toujours de cette trempe (voire « Supertramp »).

Photos : Marc Auger

Setlist

Not Far From the Sky
Shaped Out of Clouds
In Between
Fearless
Around the World
Black and White
The Sound of Her World
One Step Beyond
Transitory Times
Sleep Tight
Shine
Point of No Return
All These Years
Home
Vapour Trail
Eternity Ends
Bequest of Tears
In Chains
The Colors Changed

Encore

Share the World with me
Artificial Paradise
Farewell to Old Friends (Parts 1, 3 and 4)

Line-up

– Marco Gluehmann / vocals
– Matthias Harder / drums
– Sebastian Harnack / bass
– Volker Soehl / keyboards
– Jonathan Beck / guitars

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires