Marillion - With Friends From The Orchestra
2.3Note Finale

Marillion est un groupe que je suis depuis leurs tout débuts, à qui j’ai donné plus d’argent que de raison, en commandant globalement tout ce qu’ils mettaient en vente et à qui j’ai beaucoup pardonné. Je leur ai pardonné la prod exécrable de Radiation, dont le remix 2013 montre qu’il contenait quelques beaux morceaux, je leur ai pardonné le remplissage d’Happiness is the Road qui aurait fait un superbe album simple, je leur ai presque pardonné d’inonder leur fans de merchandising en tout genre pour préparer leur vieux jours… Y’a finalement que deux choses dans leur production pléthorique qui ne trouveront jamais grâce à mes yeux, Less Is More et ce With Friends From The Orchestra. Si le premier était une revue acoustique, un peu expérimentale par moments, mais qui avait le mérite de tenter quelque chose, même si l’album était soporifique au plus haut point, je tombe d’assez haut en écoutant la platitude du résultat présenté avec ce With Friends From The Orchestra. Pourtant l’idée était alléchante, les concerts des conventions, du Zenith et surtout du Royal Albert Hall avaient placé la barre haut, la qualité en live était indéniable et au vu de ces témoignages, l’attente en terme de qualité de cet enregistrement studio était importante…. La déception n’en est que plus forte…. Michael Hunter, qui est à mon sens un excellent ingénieur du son (son travail sur les remasters en atteste), mais un producteur moyen voire médiocre (largement moins bon que Dave Meegan en tous cas), est ici responsable (j’allais dire coupable) de l’écriture des réarrangements pour orchestre… Alors le résultat en soit n’est pas si mauvais, mais il est d’une platitude, d’un ennui, qui rend l’écoute aussi passionnante qu’un discours politique un soir d’enterrement de vie de garçon. Comme quoi, aller réaliser un album aux Real World Studios n’est pas obligatoirement un gage de réussite systématique. Car enfin, ce qui saute aux oreilles, c’est quand même justement cette absence de production, de relief, d’envolées, de vie simplement, bref de tout ce qui fait qu’on aime Marillion.

Les arrangements d’orchestre manquent cruellement de finesse, là où justement l’exercice aurait été de jouer sur la subtilité pour transcender les morceaux originaux. Finalement à part “Hollow Man“, “A Collection“, qui sont à la base des titres très dépouillés et sur lesquels les nouveaux arrangements passent plutôt bien, ainsi que “A Sky Above The Rain” qui surnage, le reste est raté. Tout simplement. Des titres comme “This Strange Engine” ou “Ocean Cloud“, qui sont parmi mes préférés du groupe, parce que justement ils possèdent un souffle épique, perdent ici toute leur vie, toute leur puissance. La batterie est molle, sans relief, les claviers sont tellement noyés sous les cordes, qui jouent quasiment la même partition, qu’ils en deviennent invisibles, et globalement le mix est d’un niveau trop uniforme de la première à la dernière note… “Seasons End” est même massacré par un final de très mauvais gout. Quant à “Estonia” ou “Fantastic Place“, l’orchestre n’ajoute que maladroitement une couche de cordes sur des partitions quasi inchangées, surchargeant un peu inutilement les morceaux. Bref ce qui passait en live avec brio est raté sur disque, d’autant que le groupe a fait le choix risqué de n’utiliser qu’un orchestre de chambre et pas une philharmonie comme Yes ou Deep Purple l’avaient fait de leur coté, pour ne citer qu’eux. Si on ajoute à ce résultat un chant parfois approximatif d’h (“Beyond You” par exemple ), on a finalement l’impression d’un album fait à la va-vite, pour exploiter le filon et remplir les caisses de cette belle entreprise mercantile indépendante qu’est devenu Marillion. Allez messieurs, publiez-nous encore un ou deux grands albums originaux pour réussir votre sortie et restons-en là.

MARILLION – WITH FRIENDS FROM THE ORCHESTRA

Marillion - With Friends From The Orchestra (2019)

Titre : With Friends From the Orchestra
Artiste : Marillion

Date de sortie : 2019
Pays : Angleterre
Durée : 79’43
Label : –

Setlist

1. Estonia (7:57)
2. A Collection (3:04)
3. Fantastic Place (6:01)
4. Beyond You (5:25)
5. This Strange Engine (16:20)
6. The Hollow Man (4:23)
7. The Sky Above The Rain (10:33)
8. Seasons End (8:00)
9. Ocean Cloud (18:00)

Line-up

  • Sreve Hogarth / vocals
  • Mark Kelly / keyboards
  • Ian Mosley / drums & percussion
  • Steve Rothery / guitar
  • Pete Trewavas / bass

With:
“In Praise of Folly” – String Quartet
– Nicole Annemie /
– Margaret Maia /
– Sam Morris / French horn
– Emma Halnan / flute

Votre avis

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.