bannière www.bdelanls.fr - Création et refonte de site internet
Marillion - Be Hard on Yourself
4.5Note Finale

Sounds That Can’t Be Made, paru en 2012, avait permis de replacer le groupe Marillion au centre de l’échiquier, tout en lui permettant de conserver cette part d’unicité et de singularité le caractérisant dans le paysage musical prog-rock. Non pas que les albums précédents fussent d’un niveau médiocre mais, avec STCBM, Marillion avait renoué avec une qualité d’écriture à la hauteur de leurs ambitions.

F.E.A.R, sorti en 2016, avait, au plus grand bonheur des fans, fait plus que confirmer ce renouveau comme cette veine créative, nous offrant un album dense, puissant, d’une magie indicible et peut-être plus engagé que jamais, du premier titre “El Dorado” aux dernières notes de “The New Kings”, grâce au regard acéré et critique de leur talentueux chanteur lyriciste.

Les anglais ont annoncé, un peu avant l’été 2021, l’ouverture des pré-commandes d’un nouvel album intitulé An Hour Before It’s Dark, dont la sortie est prévue début 2022. Articulé autour de 6 compositions, il est présenté par Steve Hogarth comme « le plus riche musicalement et peut-être notre travail le plus optimiste, en dépit d’un concept sombre ». Et pour remercier les fans l’ayant commandé, de leur indéfectible fidélité, le groupe leur a fait parvenir, fin octobre,  le morceau “Be Hard On Yourself”, qui devrait, à priori, ouvrir l’album.

Avec cette pièce à tiroirs de 9 minutes structurée autour de 3 sous parties (“The Tear In The Big Picture”/ “Lust for Luxury” /”You Can Learn”) , le groupe perpétue cette formule magique dont il a le secret. L’ouverture très orchestrée donne le ton : un sens du drame et de l’urgence enveloppera tout le morceau. C’est un Hogarth expressif et habité qui nous invite fiévreusement à tout remettre en question, à aller au-delà du confort (« Be hard on yourself, you’ve been spoilt all these years ») comme du conforme de nos vies (« I heard you say life is what you settled for. Nobody told you this can be more »), à s’écarter d’un certain consumérisme (« Lust for luxury, cause of death »), à donner un sens à cette vie qui, comme l’écrivait Ferré « dure l’espace d’un cri », à prendre des risques («Run towards the things that scare you ») jusqu’à la rupture (« Push the button !). Un morceau qui ne laissera pas indifférent, d’injonctions fortes en funestes et obsédantes visions, sur un schéma musical propre au groupe, alternant des moments quasi évanescents avec des crescendos menant à de véritables accélérations et implosions magnifiées par la guitare de Steve Rothery. Et au final, c’est bien d’une ode à la vie dont il s’agit. Avec l’espoir chevillé au cœur de lendemains plus prometteurs. Mais le message est clair, rien ne viendra sans une prise de conscience et un effort immédiats. Le compte à rebours est enclenché : “Be Hard on Yourself. You got an hour before it’s dark“.

La promesse d’un bel album. A suivre.

MARILLION – BE HARD ON YOURSELF

Marillion - Be Hard on Yourself (2021)

Titre : Be Hard on Yourself
Artiste : Marillion

Date de sortie : 2021
Pays : Angleterre
Durée : 9′
Label : –

Setlist

1. Be Hard on Yourself (9′)

Line-up

  • Sreve Hogarth / vocals
  • Mark Kelly / keyboards
  • Ian Mosley / drums & percussion
  • Steve Rothery / guitar
  • Pete Trewavas / bass
Votre avis

2 Réponses

  1. Mario Provençal

    Bonjour! Que pensez-vous de la belle surprise musicale de Porcupine-Tree paru il y a quelques semaines! Harridan !

     
    Répondre
    • Cyrille Delanlssays
      Cyrille Delanlssays

      Bonjour, je n’en pense que du bien ! C’est une excellente nouvelle et l’album s’annonce dans la veine de FOBP (à mon sens le plus réussi du groupe). Nous allons essayer de faire un petit article dessus…

       
      Répondre

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :