JPL (Jean-Pierre Louveton) - Le Livre Blanc
4.5Note Finale

Le livre blanc est le successeur du réussi MMXIV sorti il y  a déjà près de 3 ans. Enregistré sur plus d’un an, il marque sa filiation avec l’opus précédent par le discret MMXVII dans le logo de couverture. Avant de poser le disque sur la platine, on prend plaisir à déflorer l’objet, avec une nouvelle fois un livret et un artwork splendide de Stan W Decker. Du vitrail médiéval aux portraits retravaillés façon tableau, avec une touche de calligraphie gothique, tout le visuel donne une impression de cohérence. Du coté des musiciens qui accompagnent Jean-Pierre Louveton, on retrouve les habituels Ludovic Moro et Jean-Baptiste Itier à la batterie ainsi que Guillaume Fontaine qui délivre quelques magnifiques lignes de piano (« L’Ermite » par exemple), Jean-Pierre se chargeant des voix (avec deux invités de marque dont on parlera plus loin), des guitares, basses et percussions diverses (programmées ou non)…

Les premières écoutes de l’album sont surprenantes, c’est très varié, très riche, tant au niveau de la musique que des textes, et on peut se demander légitimement si ce nouveau disque doit être ‘classé’ dans la case prog ou non tellement on y trouve choses. Ce qui est certain c’est qu’on n’a pas une seconde d’ennui à son écoute. On y retrouve tout ce qui fait la patte JPL, les textes, parfois engagés (« La Peste et Le Choléra« ), parfois sombres (« L’Ermite« ) ou encore tristes (« Convoléances« ) et ce jeu de guitare avec ce son typique, qui peut sembler facile sur les riffs pour s’envoler vers des sommets de technicité sur les solos.  Certains morceaux, seront franchement progressifs et dans la veine des meilleurs Nemo, « L’Ermite » en particulier, pour moi le sommet du disque, d’autres seront plus acoustiques, plus intimistes, explorant une veine qu’on n’attendait pas forcément de JPL (l’acoustique « Trompe la Mort » ou le presque minimaliste « Convoléances« ).

J’ai dit en préambule que le disque avait des invités surprise. JPL nous refait le coup du « dernier souffle de vent » et réinvite Dominique Leonetti (Lazuli) pour doubler sa voix sur « Trompe la Mort » donnant une épaisseur rare et chaude au chant. La deuxième surprise vient du troisième titre, Joker. On supposait JPL fan de Deep Purple ( cf la reprise de « Rat Bat Blues » sur Coma) , ça se confirme avec ce titre qui démarre comme un blues-hard chanté par… David Coverdale (c’est vraiment ce qui m’est venu à l’esprit en l’entendant la première fois). Seul titre en anglais, c’est  ici Steph Honde, qui vient poser ses cordes vocales chaudes, presque rocailleuses sur la première partie du morceau amenant cette couleur au chant, avant que Jean Pierre ne prenne le relais en chamboulant le morceau avec des percus quasi latino et un apport important de la guitare acoustique. C’est d’ailleurs une des caractéristique de l’album, Jean-Pierre fait un usage important de la guitare acoustique (l’intro de « Un Livre Ouvert« , la section centrale de « Joker », « Trompe La Mort« , « L’Etoile du Nord« ) offrant un beau contraste avec les passages électriques, flirtant plus avec le hard-rock vintage au niveau du son que du métal d’ailleurs (« L’Ermite« , « Un Livre Ouvert » qui possède une ligne de guitare  pas si éloignée du « Sweet Home Alabama » de Lynyrd Skynyrd je trouve).

Deux titres, « Jehanne » et surtout « L’Ermite » survolent ce disque et ne peuvent que ravir tout amateur de prog qui se respecte. Ces deux morceaux font voyager, décoller par leur richesse musicale, leurs break et changements d’atmosphère et réfléchir par leur textes, comme toujours réfléchis et  engagés. L’engagement est encore plus palpable dans le rageux « La peste et le Choléra » qu’on imagine sans peine ‘dédié’ à la peste brune qui est aux portes de plusieurs pays… mais qui se termine fort heureusement sur un message de paix de Ravi Shankar (« L’antidote« ). C’est un instrumental apaisé et apaisant qui termine le voyage… « Le Livre Blanc » est une douceur d’arpèges et d’arrangements de cordes, presque triste qui nous fait atterrir en douceur…

Ce disque est un grand disque de rock. Il a une structure progressive, bien sûr, mais c’est avant tout un grand disque de rock qui mériterait largement une exposition plus large que celle dont il devra probablement se contenter. Les esprits chagrins pourront toujours trouver à redire sur le chant de Jean-Pierre, la musique est écrite en fonction…et ça fonctionne foutrement bien. Après une bonne quinzaine d’écoute, je trouve toujours des passages qui me titillent l’oreille et que je n’avais pas détecté auparavant, des paroles qui me titillent le cerveau… et j’appuie bien volontiers sur repeat pour en redécouvrir d’autres.

JPL – LE LIVRE BLANC

JPL - Le Livre Blanc (2017)

Titre : Le Livre Blanc
Artiste : JPL

Date de sortie : 2017
Pays : France
Durée : –
Label : Quadrifonic

Setlist

1. Un Livre Ouvert
2. L’ermite
3. Joker
4. Trompe la Mort
5. L’étoile du Nord
6. Convoléances
7. La Peste et le Choléra
8. Jehanne
9. Le Livre Blanc

Line-up

– Jean-Pierre Louveton (aka JPL) (Nemo, Wolfspring) / Guitar, Bass, Vocals, Keyboard, Programming, Percussion
With:
– Jean Baptiste Itier (Nemo) / Drums
– Ludovic Moro / Drums
– Guillaume Fontaine (Nemo) / Piano
– Steph Honde / Lead Vocals
– Dominique Leonetti (Lazuli) / Backing Vocals
– Sebastien Delestienne / Bass

 

A propos de l'auteur