JPL (Jean-Pierre Louveton) - Sapiens, Chapitre 1/3 : Exordium
4.0Note Finale

Jean-Pierre Louveton est décidement un musicien prolifique. Depuis la mise en sommeil de Nemo, il nous abreuve d’albums solo, soit originaux, soit réédités à un rythme soutenu. Avec Sapiens, il démarre une œuvre ambitieuse, en 3 volumes, dont Exordium (prélude en latin) est la première pierre. Ambitieux car écrire sur l’Homme, son origine, son évolution, est un sujet qui peut être casse-gueule. On sait les textes de Jean-Pierre souvent incisifs et pointus, leur résonnance sur notre passé et notre futur en ces temps de confinement planétaire amène forcément une interrogation plus profonde encore.

Cet album, tout en restant dans un style typique du guitariste auvergnat, marque quelques changements par rapport a ses albums antérieurs. Découpé en 3 mouvements à tiroirs, les compositions font une belle place aux longs développements instrumentaux, avec des arrangements orchestraux de toute beauté, auxquels Jean-Pierre ne nous avait pas forcément habitué. Ainsi “Erectus” le premier mouvement s’ouvre et se termine sur deux instrumentaux de plus de 5 min (“Mastodontes” et “Ecce Homo“) où la guitare toujours incisive de Louveton côtoie des passages très orchestrés, pendant lesquels les claviers très riches du compère de toujours Guillaume Fontaine prennent une place prépondérante. Entre ces deux titres nerveux, construits comme des pièces de musique classique, s’insère “Homo Sapiens“, avec son texte présentant l’Homme comme un futur maitre du monde. La guitare est nerveuse, le ton général est proche d’un hard-rock travaillé et très mélodique (WolfSpring) , avec une intro aux saveurs orientale qui rappellera “Kashmir“. “A Condition” et “Le Chaud et Le Froid” forment le mouvement central du disque. Ces deux titres traitent de l’agressivité et du comportement souvent destructeur de la race humaine. A nouveau la guitare décoche quelques beaux solos sur un fond bluesy (“A Condition“) alors que “Le Chaud et Le Froid” est plus symphonique avec également un chant épaulé ici par la pianiste Stéphanie Vouillot. La dernière partie, “Exodus“, est cruellement d’actualité avec une projection dans le futur pour un effondrement annoncé de la civilisation qu’a bâti ce Sapiens (“Planete A“) et un possible exode dans les étoiles comme seul salut (“Alpha Centauri“).  La musique ici se moins rugueuse, plus accrocheuse, à la fois dans le chant et les mélodies, voire même presque joyeuse et optimiste sur le final où on retrouve le son habituel de la guitare de Jean-Pierre Louveton.

Avec ce premier chapitre de ce qui s’annonce comme un “2020, l’odyssée de l’espèce“, JPL frappe assez fort tant dans le sujet que dans les textes qui l’illustrent et qui interrogent sur notre passé et notre présent. Coté musique, c’est riche, très riche, avec des arrangements luxuriants et des contributions remarquables de JB Itier derrière les futs et de Guillaume Fontaine aux claviers.  Vivement le chapitre 2 pour savoir comment JPL voit le futur !

JPL – SAPIENS, CHAPITRE 1/3 : EXORDIUM

JPL (Jean-Pierre Louveton) - Sapiens Chapitre 1-3 - Exordium (2020)

Titre : Sapiens, Chapitre 1/3 : Exordium
Artiste : JPL

Date de sortie : 2020
Pays : France
Durée : 46’29
Label : Quadrifonic

Setlist

– Erectus (16:56) :
1. Mastodons (5:46)
2. Homo Sapiens (6:09)
3. Ecce Homo (5:01)
– Exitium (15:55) :
4. Provided (6:14)
5. Hot and Cold (9:41)
– Exodus (13:38) :
6. Planet A (5:39)
7. Alpha Centauri (7:59)

Line-up

– Jean Pierre Louveton / guitars, bass, vocals, arrangements

With:
– Jean Baptiste Itier / drums

Votre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.