Abel Ganz - The Life Of The Honey Bee And Other Moments Of Clarity
4.8TOP 2020

Il aura donc fallu 6 ans pour que sorte The Life of The Honey Bee And Other Moments of Clarity et qu’on se rassure sur le fait que la renaissance d’Abel Ganz n’était pas qu’un simple one-off.  Le line-up du groupe s’est stabilisé autour du même noyau que sur l’album éponyme de 2014, avec Jack Webb (piano) ici crédité comme membre à part entière (vous vous rappelez du magnifique solo de “Unconditionnal” ? c’était lui) et Dave King se partageant les guitares avec Davie Mitchell, guitariste de longue date du combo. Cette nouvelle incarnation d’Abel Ganz nous offre donc un album qui est musicalement une évolution du précédent, sans toutefois vouloir en être une copie : une série de morceaux, qui explorent la relation des humains avec leur mémoire, quelque part entre passé et avenir, basées sur un progressif doux, presque pastoral teinté de touches jazzy. Comme l’album précédent, ce disque est articulé autour de deux longues plages. La première, le morceau titre, ouvre l’album avec un titre élégant, qui mélange le prog pastoral habituel avec un aspect jazzy nouveau chez le groupe écossais. Les claviers, très ‘Steely Dan’, nappent des arpèges élégants sur lesquels évolue la voix de Mick McFarlane ainsi que …l’harmonica d’Alex Paclin, le saxo de Snake Davis ou encore le violon de Fiona Cuthill. Le groupe ose se réinventer et sortir de sa zone de confort…et le résultat est juste parfait. Le deuxième titre qui montre l’évolution d’Abel Ganz est “One Small Soul“, décliné en deux versions (un radio edit, dont on pourra toujours discuter l’intérêt, en fin d’album).  Sur une base mélodique douce piano/guitare acoustique, la chanteuse folk Emily Smith (star en écosse) vient doubler la voix de McFarlane pour un duo de toute beauté.  La voix féminine apporte un plus et une richesse indéniable à la musique délicate d’Abel Ganz : un titre quasi parfait dans son genre.  La délicatesse et la nostalgie sont aussi de la partie pour le mélancolique “Summerlong“, sur lequel viennent voleter des cordes arrangées par Frank Van Essen. C’est un titre un peu plaintif, mais très cinématique. Le deuxième long titre de l’album est “Sepia And White“, qui renoue avec un progressif un peu plus musclé. Si la touche jazz était présente en début d’album, ici c’est presque un rythme funk qui apparait dans l’intro. Passé cette intro, Abel Ganz nous ramène sur un néo-prog low-tempo plus classique, toujours très mélodique, où les guitaristes laissent parler leur classe. Alternance de passages délicats et d’autres plus lourds, le morceau est un maelstrom de musique et d’émotion : le meilleur titre de l’album si ce n’est le meilleur du groupe toutes périodes confondues. L’album va se terminer sur une dernière surprise, puisque “The Light Shines Out” voit McFarlane s’effacer au profit du batteur historique Dennis Smith qui passe au micro. Retour à un progressif minimaliste pour illustrer avec les loops de batteries et de synthés la voix rocailleuse de Smith, un titre qui pourra rappeler certains moments du grand Peter Gabriel.

Produit par Smith, mixé par Simon Vinestock (Texas, Robert Plant, Simple Minds) et masterisé par Jacob Holm-Lupo (White Willow / Opium Cartel), The Life of The Honey Bee And Other Moments of Clarity montre un Abel Ganz qui se réinvente sans complètement oublier son passé pour délivrer un disque merveilleux, qui s’il n’est pas dans les canons du progressif ‘classique’, est un formidable disque, imaginatif, et qui touche au cœur.

ABEL GANZ – THE LIFE OF THE HONEY BEE AND OTHER MOMENTS OF CLARITY

Abel Ganz - The Life Of The Honey Bee And Other Moments Of Clarity (2020)

Titre : The Life Of The Honey Bee And Other Moments Of Clarity
Artiste : Abel Ganz

Date de sortie : 2020
Pays : Angleterre
Durée : 46’18
Label : –

Setlist

1. The Life of the Honey Bee and Other Moments of Clarity (12:37)
2. One Small Soul (5:52)
3. Arran Shores (2:40)
4. Summerlong (5:22)
5. Sepia and White (13:31)
6. The Light Shines Out (6:16)

Bonus track:
7. One Small Soul (radio edit) (3:57)

Line-up

– Davie Mitchell / guitars
– Jack Webb / keyboards
– Mick Macfarlane / vocals, guitars, bouzouki
– Stephen Donnelly / bass
– Denis Smith / drums, vocals (6)
– David King / guitars, keyboards (1,6), drum programming (6)

With:
– Alan Hearton / keyboards (1,5,6), vibraphone (5)
– Fiona Cuthill / fiddles & recorders (1)
– Alex Paclin / harmonica (1)
– Snake Davis / saxophone (1)
– Emily Smith / vocals (2)
– Frank van Essen / strings (4)
– Stevie Lawrence / low whistles (6)
– Signy Jakobsdottir / congas, percussion (6)
– Marc Papaghin / French horns (6)

Votre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.