UPF - Fall in Love with the World
4.3Note Finale

Lorsque Mark Trueack et Sean Timms annoncèrent le split réglo de Unitopia en 2012, on s’était rendu à la malheureuse conséquence d’une nouvelle perte sèche d’un combo formidable, en plein devenir, fauché comme un lapin en plein vol. En marge d’une discographie aussi courte que réussie, les australiens avaient su convaincre par les fulgurances d’une musique illuminée comme peu d’autres nouvelles formations des années 2000 en produisent. C’est pourquoi, lorsque le chanteur demanda à ses potes de venir bosser sur son premier album solo, l’idée de créer une « fraternité » vit le jour de façon assez naturelle. Au passage, Jon Anderson (Yes) et Steve Hackett (Genesis) se sont joints au casting d’un opus chamarré qui compte également Guy Manning (The Tangent), Daniel Mash (Maschine, The Tangent), Marek Arnold (Seven Steps to the Green Door), Steve Unruh et Claire Vezina au compteur.

On va le dire d’emblée, Fall In Love With The World est un disque extrêmement réjouissant. Il ressemble évidemment, et comme deux gouttes d’eau, à ce que Unitopia avait pu faire de mieux. Quoi de plus naturel : Sean Timms avait travaillé sur de nombreuses compositions reprises ici alors que le cinquième album du groupe, abandonné depuis, était en préparation. Si l’on met de côté les querelles de ménage des deux leaders et anciens compagnons de route sur la paternité de tel ou tel titre (bye bye l’amitié), c’est avec un brin d’emphase que UPF entame les choses sur le monumental « Overture: We Only Get One World », sorte de bande originale fantasmatique, portée par une world music symphonique qui s’autorise du sentimental sans faire de sentimentalisme. La suite convoquera de grandes envolées progressives, melting-pot de pop, rock, heavy, jazz, atmosphérique avec des thèmes tout en péripéties, qui épatent par leur aptitude à systématiquement toucher la cible. Dans le mille.

Évidemment, là où le message pourrait sembler ronflant, un peu sucré sur la préservation et la beauté de notre monde (ce qui change des thématiques habituellement glauques), l’ensemble s’avère assez subtile et sophistiqué pour en cacher les ombres au profit de la lumière, du positif et de l’espoir. Bref, une musique joyeuse qui fait du bien en ces temps où les grincheux cérébraux ont la main.

On pourrait avoir des doutes, suspecter un effet de bric et de broc bien arrangé mais aux pieds d’argile. Non. En relevant le défi de mixer des morceaux à longueurs variable, sautant de 3 à 21 minutes sans jamais perdre ses oripeaux, ni se diluer dans la cvacuité, le groupe inscrit en première ligne tout son barnum instrumental dans une espèce de farandole multicolore dont on ressort essoré mais rechargé à bloc.

UNITED PROGRESSIVE FRATERNITY (UPF) – FALL IN LOVE WITH THE WORLD

United Progressive Fraternity - Fall In Love With The World (2014)

Titre : Fall In Love With The World
Artiste : United Progressive Fraternity

Date de sortie : 2014
Pays : Australie
Durée : –
Label : Inside Out

Setlist

1. Overture
2. Choices
3. Intersection
4. The Water (with Jon Anderson and feat. Matt Williams)
5. Don’t look back
6. Travelling Man (The Story of Eshu)
7. Fall in Love with the World

Line-up

– David Hopgood / drums,vocals
– Guy Manning / keyboards, guitars, mandolins, vocals
– Ian Ritchie / sax, flutes, vocals
– Mark (truey) Trueack / vocals
– Matt Williams / guitars, vocals
– Steve Gee / bass, vocals
– Tim Irrgang / percussion

Guests :
Jon Anderson / vocals
Steve Hackett / guitars

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre d'ailleurs (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?