En Avant
3.5Note Finale

Premier film orginal signé Pixar depuis le mémorable Coco il y a presque trois ans, En Avant met en scène un monde imaginaire étonnant, entre féerie et réalisme, avec ses elfes, dragons, trolls, centaures et autres créatures magiques dans des agglomérations bien ancrées de notre réalité contemporaine. Soit. Avec sa direction artistique étonnante que certains trouveront forcément laide, Dan Scanlon (Monstres Academy) plonge dans ses souvenirs d’enfance pour entremêler l’émotion et la quête d’un moment fugace de bonheur et de résilience. La famille, la figure paternelle, la fraternité, le deuil et l’espoir sont au cœur d’un script peut être trop classique, le voyage du héros étant balisé de bout en bout, mais bien ancré dans la dramaturgie développée depuis les débuts de Pixar Studio. Malgré le départ de John Lasseter, bien après les premières lignes de scripts entamées, le film claudique dans l’espace temps Pixar avec cette impression d’une roue libre et  tranquille. Sur un enjeu classique, la fantasy de banlieue est alors peinturlurée avec cette palette psychanalytique à niveaux de lectures multiples qui transforme la quête des deux frangins Ian et Barley en course contre la montre d’un climax promis aux larmes. La caractérisation des personnage va à l’essentiel, ne s’embarrasse d’aucune subtilité, mais permet l’identification immédiate autour d’une patine de tendresse jamais trop mièvre. Et si quelques personnages secondaires tirent leur épingle du jeu (la Manticore ou les fées), d’autres n’ont pas ou peu de relief (la mère, le beau-père), le spectacle reste assuré. A l’instar du pantalon du film, En Avant peut alors se regarder comme un semi échec, ou une semi réussite, selon que l’on soit bien ou mal luné. Peut-être un peu trop sage, il manque paradoxalement un peu de magie à ce monde redécouvrant les vertus de cet art perdu. Mais l’humour et l’entrain fonctionnent encore et participent à une émotion transcendée dont l’écho vibrera encore après le générique de fin.

ENGLISH VERSION

ONWARD

Pixar‘s first original film since the memorable Coco almost three years ago, Onward features an astonishing imaginary world, between enchantment and realism, with its elves, dragons, trolls, centaurs and other magical creatures, in towns well anchored in our contemporary reality. So be it. With his astonishing artistic direction that some will inevitably find ugly, Dan Scanlon (Monster Academy) dives into his childhood memories to intertwine emotion and the quest for a fleeting moment of happiness and resilience. Family, father figure, brotherhood, mourning and hope are at the heart of a script that may be too classic, with the hero’s journey marked out from beginning to end, but is firmly rooted in the dramaturgy developed since the beginnings of Pixar Studio. Despite John Lasseter‘s departure, long after the first lines of the script have begun, the film is clamorous in the Pixar space-time with this impression of a free and quiet wheel. On a classical stake, the suburban fantasy is then painted with this psychoanalytical palette with multiple levels of readings that transforms the quest of the two brothers Ian and Barley into a race against the clock of a climax promised to tears. The characterization of the characters goes to the essential, does not embarrass itself with any subtlety, but allows immediate identification around a patina of tenderness that is never too much. And if a few secondary characters make their mark (the Manticore or the fairies), others have little or no relief (the mother, the stepfather), the show remains assured. Like the pants in the film, Onward can then be seen as a semi-failure, or a semi-success, depending on the mood. Perhaps a little too wise, it paradoxically lacks a little magic to this world rediscovering the virtues of this lost art. But the fun and the spirit still work and participate in a transcended emotion whose echo will still vibrate after the end credits.

En Avant - Pixar (2020)

Titre : En Avant
Titre original : Onward

Réalisé par : Dan Scanlon
Avec : Tom Holland, Chris Pratt, Julia Louis-Dreyfus, Octavia Spencer…

Année de sortie : 2020
Durée : 1035 minutes

Scénario : Dan Scanlon et C. S. Anderson
Musique : Jeff Danna et Mychael Danna

Nationalité : États-Unis
Genre : Comédie fantastique

Synopsis : Dans la banlieue d’un univers imaginaire, deux frères elfes se lancent dans une quête extraordinaire pour découvrir s’il reste encore un peu de magie dans le monde...

Votre avis

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires