Chris Pureka - How I Learned To See In The Dark
4.5TOP 2010

Chris Pureka chante. Elle chante comme on combat le destin que certains voudraient imposer, avec une énergie, une volonté, une force qui la fait toucher au plus près la vérité. Sa vérité. Un effort partagé avec un art consommé de la guitare, orné de ses plus beaux effets fingerpicking. L’instrument apprivoisé sur le tard est profond, bavard, espiègle, intérieur. Sur ce troisième album intitulé How I Learned To See In The Dark, le propos se fait plus politique, plus sombre, jamais désespéré. Un storytelling qui en dit long sur l’état des choses.

[…] Nothing nothing nothing left some sand in your shoe, a stone in your chest some sand in your shoe, a song in your mind We ran out of time time time […]

Pour que les forces en présence s’organisent, il fallait le talent d’écriture qui pulse, nourrie, relance les débats. Une musique tout en équilibre, sur le fil, d’une grande variété d’effets et d’affects. Une matière prompte à creuser le sillon, à toucher au plus profond. Entre un single enthousiasmant (« Wrecking Ball ») et un chef d’œuvre mélodique (« Landlocked »), l’album déborde de réussites et tourne logiquement au jeu de massacre pour la concurrence. Le manque de célébrité de Chris Pureka lui permet de faire ses gammes sans miser sa carrière, de traverser les apparences sans jouer les faux-semblants.

[…] walk walk walk, bye bye bye, sometimes I wish that the tide would take me […]

Le chant se fait profond, la production compacte, légère, aérienne, parfois minimaliste (« August 20th ») et énergique (« Broken Clocks ») avec un back band en parfaite conjugaison. On pourrait citer également le côté dramatique de « Time Is An Anchor » ou le splendide prélude de « Damage Control ». La coupe est pleine.

[…] The endless story of how we survived the lowlands and this unlikely road, unraveling like thread[…]

Certains ont osé rapprocher How I Learned To See In The Dark du légendaire Harvest de Neil Young. Autant l’avouer, le jeu des comparaisons est simpliste et vain. Mais il faut malgré tout concéder un point commun aux deux albums : leur totale honnêteté transformée en véritable catharsis de la tristesse.

CHRIS PUREKA – HOW I LEARNED TO SEE IN THE DARK

Chris Pureka - How I Learned To See In The Dark (2010)

Titre : How I Learned To See In The Dark
Artiste : Chris Pureka

Date de sortie : 2010
Pays : États-Unis
Durée : –
Label : –

Setlist

1. Wrecking Ball
2. Hangman
3. Shipwreck
4. Barn Song
5. Broken Clock
6. Landlocked
7. Song for November
8. Lowlands
9. Time is the Anchor
10. Damage Control (Prelude)
11. Damage Control
12. August 28th

Line-up

– Chris Pureka / Vocals, guitars

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires