Fish on Friday - Black Rain
4.0Note Finale

Après six ans d’attente arrive enfin Black Rain le cinquième album de Fish On Friday, le beau projet de Nick Beggs et du chanteur multi-instrumentiste Frank Van Bogaert. C’est sans doute leur album le plus accompli à ce jour. Après la cessation d’activité de Lifesigns il y a cinq ans, et ayant constaté que The Mute Gods, un autre projet du bassiste déjanté, était en stand bye, on est super heureux de retrouver Nick Beggs en forme au sein de Fish On Friday. Il est considéré comme  un des meilleurs musiciens anglais actuels et ses collaborations à diverses formations furent nombreuses et particulièrement fructueuses ces dernières années, notamment auprès de Steven Wilson et Steve Hackett.

Sur chacune des onze chansons de l’album, la production est impeccable avec des arrangements imaginatifs et créatifs. Le groupe semble plus uni et plus percutant que jamais. En réponse aux réactions positives sur les contributions vocales de Lula Beggs dans le précédent album Quiet Lifecette dernière s’est vue attribuer un rôle d’invitée plus important, apparaissant dans quatre des onze titres de l’album. Sur le fond, ce nouvel opus de Fish On Friday  peut être  considéré comme un album conceptuel dont le thème est l’évolution rapide (pour certains, beaucoup trop) du monde dans lequel nous vivons … Notre environnement changeant, les réfugiés fuyant la guerre et la folie politique de certains pays, tel serait le postulat de départ de ce Black Rain.

Dès le premier titre “Life In Towns”, on sent déjà des réminiscences wilsonienne au niveau des harmonies vocales, qui demeureront une constante tout au long de l’album. Le deuxième morceau “Murderous Highland Highway” (le plus long) est quant à lui le plus novateur et certainement le plus abouti de l’album, offrant au groupe un terrain idéal sur lequel les notes peuvent allègrement s’égrainer. On peut également percevoir dans la musique de Fish On Friday des intonations et des climats très proches d’un Alan Parson Project notamment sur “Mad At The World.Le chant de Frank Van Bogaert est assez langoureux sur la totalité des morceaux, son timbre vocal reste uniforme et colle parfaitement à l’univers du “Poisson du vendredi” qui se déguste avec délectation. Sinon, un des plus jolis titres de ce disque “Letting Go Of you”, voit l’apport vocal de la belle Lula.

Black Rain est au final un album très agréable à écouter, et Fish On Friday y affirme tout son talent qui est mis ici au service d’une musique résolument positive dans l’ensemble et dont les deux morceaux concluant l’album en sont le meilleur reflet. Contre balançant avec un livret un peu plus amer, FOF démontre avec cet opus  que tout espoir est permis et que l’avenir n’est pas aussi sombre que le pensent certains. Les onze titres de Black Rain laissent espérer à un monde meilleur pour l’avenir, c’est tout ce que l’on souhaite. La musique de Fish On Friday y contribuera au maximum.

FISH ON FRIDAY – BLACK RAIN

Fish on Friday - Black Rain (2020)

Titre : Black Rain
Artiste : Fish on Friday

Date de sortie : 2020
Pays : Belgique
Durée : 55’31
Label : Cherry Red/Esoteric Antenna

Setlist

1. Life in Towns (5:45)
2. Murderous Highland Highway (8:13)
3. Black Rain (4:53)
4. Mad at the World (4:57)
5. Letting Go of You (6:48)
6. Angel of Mercy (4:48)
7. We’ve Come Undone (5:08)
8. Morphine (3:08)
9. We Choose to be Happy (3:25)
10. Trapped in Heaven (4:04)
11. Diamonds (4:22)

Line-up

– Frank Van Bogaert / keyboards, guitar, vocals, producer & arranger
– William Beckers / keyboards, percussion
– Marty Townsend / acoustic & electric guitars, mandolin
– Nick Beggs / bass, Chapman stick, backing vocals
– Marcus Weymaere / drums, percussion

With:
– Lula Beggs / vocals

Votre avis

A propos de l'auteur

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.