Nth Ascension - In Fine Initium
4.0Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)

On doit considérer Nth Ascension comme un combo sacrément immergé dans le “néo prog” et détenant ici la formule gagnante en réussissant avec In Fine Initium qui semble être le parfait reflet d’un genre il est vrai vachement galvaudé et souvent ressassé. Ce groupe British lui redore le blason et lui redonne ses lettres de noblesse, il en est en réalité à son troisième album, Nth Ascension a en effet été formé en, 2010 par le claviériste Darrel Treece Birch qui était issu du “hard” avec son ancienne formation TEN. Pour changer de style il fit appel à un chanteur Alan “Spud” Taylor qui a un timbre vocal très légèrement chevrotant se rapprochant vaguement de  celui du chanteur de Pavlov’s Dog, David Surkamp, ce  groupe américain incontournable des seventies qui a connu de bonnes  heures de gloire en son temps (pour mémoire Bill Brudford joua sur un de leurs albums).

Globalement, les  ambiances de ce troisième effort discographique de Nth Ascension, In Fine Initium, se rattachent à Marillion (époque Fish) surtout dans l’atmosphère de certains morceaux de cette galette ou l’on trouve deux grosses pièces  dépassent largement  les quinze minutes. Les guitares tenues par Martin Walker sont elles aussi Rotheriennes à souhait, quasiment tout dans In Fine Initium respire cette musique si passionnante, mais d’une époque révolue que fut celle de l’ère du poisson. Cependant Nth Ascension ne se contente pas de singer ou de pomper ce groupe mythique, ils arrivent à insuffler une touche perso, qui donne un aspect un peu différent à cette “néo prog” bien appuyée. On retiendra au final un album bien ficelé au détour duquel l’auditeur affiné trouvera malgré tout son compte de bons morceaux. On pensera aussi beaucoup à IQ mais bien plus  encore à Arena pour les vocaux types Rob Sowden, qui se placent nettement dans son registre, cela peut s’ajouter aux  influences évoquées plus haut.

Par la manière dont ils construisent  leurs  thèmes musicaux, Nth Ascension s’est vraiment imprégné de ces environnements musicaux pour l’élaboration de cet opus, ces  trois groupes “phares” précités ayant maintenu un très haut niveau dans leur domaine de prédilection. C’est sans conteste l’avant dernier titre du disque ” Forever Clanaan (pt 5)” qui clouera le bec à tous les détracteurs potentiels, car Nth Ascension réalise avec ce morceau instrumental l’exploit consistant à transcender le genre. Le combo, nous gratifie d’une fantastique composition sur laquelle le guitariste fait des prouesses, ainsi que le claviériste très Kelly aussi, sur ce titre précisément mais ses interventions sont magnifiques. Voilà après ces sept minutes quarante-sept secondes de bonheur absolu, il ne reste plus qu’à remettre l’album au début et d’oublier tout, la musique fera le reste.

NTH ASCENSION – IN FINE INITIUM

Nth Ascension - In Fine Initium (2016)

Titre : In Fine Initium
Artiste : Nth Ascension

Date de sortie : 2016
Pays : Angleterre
Durée : 67′
Label : Melodic Revolution Records

Setlist

1. Kingdom Keys
2. End Of Days
3. So That Was The Apocalypse
4. The Cage
5. In Search Of The Rider (Clanaan Pt 4)
6. Forever (Clanaan Pt 5)
7. When The Rain Falls (Clanaan Pt 6)

Line-up

– Alan ‘Spud’ Taylor / Vocals
– Craig Walker / Drums and Percussion
– Darrel Treece-Birch / Keyboards
– Gavin Walker / Bass Guitar
– Martin Walker / Guitars

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires