Metus - Black Butterflies / Szarse Motyle
4.0Note Finale

Que diriez vous d’un chanteur dont la voix serait un mélange, voire une synthèse, entre David Bowie et Geoff Mann de feu Twelfth Night ? Et bien, c’est quelque part le cas du polonais Marek Juza, dont le timbre vocal est très proche de ces deux grands artistes qui nous ont quitté bien trop tôt. Il s’agit d’un chanteur et multi-instrumentiste  qui existe depuis une dizaine d’années et dont le projet se nomme Metus, que personnellement j’avais découvert avec Source Of Life, son précédent album datant de 2012. La pochette demeurait aussi énigmatique que le livret intérieur (aucun crédit, ni line-up) et pourtant cet album m’avait déjà fort interpellé et attiré. Son univers musical vacillait déjà entre des mélopées plutôt mélancoliques et une musique qui s’apparenterait à un post rock atmosphérique. J’ai eu confirmation de mon attachement à ce musicien car, nous avons reçu récemment deux albums enregistrés, l’un en anglais, l’autre en polonais, qui est la langue maternelle de Juza de manière à mieux nous familiariser avec son univers musical bien particulier.

Black Buterflies et Szarse Motyle sont donc deux albums avec des pochettes tout aussi sombres et énigmatiques que la précédente. La musique proposée est quasiment identique dans le fond sur les deux enregistrements – on y  retrouve la même unité de ton propre à son créateur Marek dont la voix  évolue dans ces climats assez lugubres autour desquels les violons et violoncelles sont omniprésents, notamment sur la version en polonais. Cette version est intéressante, un peu plus intimiste que l’autre, mais le chant de Juza se sent un peu plus guttural. Quant à la musique, elle  se veut un peu plus acoustique et intimiste que sur la version en anglais. Celle-ci est un peu plus palpitante, de par la langue d’une part, qui sonne mieux à nos oreilles, ensuite la voix de Juza est un peu moins caverneuse. En cela, elle porte plus loin en se distinguant considérablement du paysage musical ambiant.

Plus on écoute cette version anglaise et plus on repensera à notre regretté Geoff Mann dont la voix fait écho sur ces neufs compos, d’une durée assez courte de quarante trois minutes sur chaque disque de très bonne facture. La voix de Marek est absolument remarquable, et il la module assez fréquemment, elle est à elle seule l’élément majeur de ces deux albums. Les musiciens présents  (tout du moins sur la version anglaise) sont néanmoins excellents, une mention spéciale sera accordée au guitariste Marcin Kruzek qui fait des prouesses, donnant aux compos de Marek un superbe relief, sans oublier la section de cordes qui donne à l’ensemble sa profonde originalité. Black Buterflies et Szarse Motyl sont au final deux très bons albums du projet Metus qui confirment à eux seuls tout le bien qu’on pensait des musiciens et de ces formations polonaises initiée par Riverside ou Albion (entre autres) qui font partie de cette nouvelle école en perpétuelle évolution qui permettent à ce courant musical si riche d’être parfaitement en phase avec son époque.

METUS – BLACK BUTTERFLIES / CZARNE MOTYLE

Metus - Black Butterflies (2017)

Titre : Black Butterflies / Czarne Motile
Artiste : Metus

Date de sortie : 2017 / 2016
Pays : Pologne
Durée : 43′ + 43′
Label : –

Setlist

Black Butterflies

1. I’m Adrift (5:33)
2. Into Dreamland (6:19)
3. Where Black Butterflies Live (4:18)
4. …and Time Goes On (3:56)
5. I Close My Eyes (5:16)
6. Wake Up in the Land Where Shadows do Not Reach (5:07)
7. The Sky’s So Inky Black There (4:39)
8. …and in that Very Vastness of Oblivion (3:40)
9. I’m the Rover (4:12)

Czarne Motile

1. Dryfuję (5:34)
2. W Krainę Snu (6:21)
3. Gdzie Zyją Czarne Motyle (4:44)
4. A Czas Trwa (4:18)
5. Zamykam Oczy (5:23)
6. Budzę Się Tam Gdzie nie Sięgają Cienie (4:50)
7. A Niebo Jest Atramentowe (4:39)
8. I w Tym Bezmiarze Zapomnienia (3:30)
9. Jestem Wędrowcem (4:12)

Line-up

– Marek Juza / all instruments

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.