Marcela Bovio - Unprecedented - The Piano Sessions
4.8Note Finale

A peine trois mois après la sortie officielle de son premier album solo Unprecedented, la belle rousse Marcela Bovio ressort sensiblement le même album, mais cette fois ci, ce n’est plus un quatuor à cordes qui l’accompagne mais un pianiste et quel pianiste puisqu’il s’agit d’Erik Van Ittersum. Marcela l’avait rencontré en septembre 2015 lors du concert de Theater Equation d’Ayreon (le projet « live » d’Arjen Lucassen). La chanteuse avait été très impressionnée par le jeu et les arrangements du pianiste et elle s’était promis de travailler avec lui un jour et c’est chose faite à présent sur ces reprises d’Unprecedented qui se nomment en la circonstance pour cet album bis The Piano Sessions. Ce sont donc les mêmes titres interprétés en acoustiques comme sur l’album initial que Marcela interprète  ici mais simplement accompagnés d’un piano, cet album étant  agrémenté de  quatre titres en bonus qui n’existaient pas (ou presque) sur l’album original. Que ceux qui comme moi sont ultra sensibles au charme et à la voix « angélique de « la rossa », pourront comprendre à quel point, on peut se sentir émus et chamboulés voire bouleversés par tant de grâce et de talent contenus dans une même personne. Le caractère dépouillé de ces nouveaux enregistrements « voix/piano » conviennent à merveille à « la mexicaine », cela lui permet de mettre en valeur un peu plus son organe vocal, ce qu’elle fait à la perfection. Les arrangements du claviériste ne sont pas étrangers à la réussite globale de ces nouvelles versions, son jeu au piano est empreint d’une grande musicalité, cela donne un peu plus d’impact à la voix somptueuse de Marcela.

On pourra écouter  les deux albums simultanément et apprécier les deux versions, chacune ayant sa particularité, mais les deux sont totalement complémentaires et forment le chainon manquant à la carrière de Marcela qui devrait « décoller » après ces deux disques. Sur les quatre morceaux « bonus » on retiendra entre autres, une version en espagnol, qui est la langue maternelle de Marcella, du titre « The One« . Ensuite elle nous chante un super morceau légèrement orientalisant dont elle seule a le secret « Hope Is Never« , là encore sa voix se lisagerardise (pour les initiés), mais les climats de ce superbe titre ramèneront à la grande Kate Bush, et là encore les accompagnements du pianiste Erik Van Ittersum sont prodigieux. Le troisième titre « Pure Imagination«  est quant à lui plus conventionnel.

Pour terminer venons-en à la  magnifique reprise d’un morceau emblématique de Nat King Cole « Nature Boy » datant de 1948, la voix de Marcela donnant ici la chair de poule sur cette fabuleuse composition qui n’a pas vraiment vieillit. Le fait que son ex groupe Stream Of Passion soit dissous, est à coup sûr une belle opportunité pour Marcela qui pourra à l’avenir consacrer tout son temps à son unique carrière solo. De bien belles heures nous attendent donc en compagnie de cette chanteuse musicienne, car ne l’oublions pas, elle excelle aussi au violon. Ces sessions voix/piano resteront gravées dans nos mémoires collectives et Marcela Bovio sera très certainement une des grandes « voix » de la musique du futur, ces deux albums n’en formant qu’un, mais ne sont que le début nous l’espérons d’une longue et grande carrière à la hauteur de son immense son talent, on se doit de dire qu’elle le mérite largement.

MARCELA BOVIO – UNPRECEDENTED – THE PIANO SESSIONS

Marcela Bovio - Unprecedented - The Piano Sessions (2017)

Titre : Unprecedented – The Piano Sessions
Artiste : Marcela Bovio

Date de sortie : 2017
Pays : Mexique
Durée : 45′
Label : Autoproduction

Setlist

Hay amores
The treasure hunter
Found!
Dime
The Cartographers
Powerless
Alicia
Saboteurs
Stars
The one

Line-up

Marcela Bovio Vocals

Erik Van Ittersum – piano

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l’éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J’ai été bercé aux sons du « Segent peppers » des Beatles, puis ensuite je n’ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j’ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j’ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m’ aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période « jazz rock » qui m’a bien plue jadis « au temps de Pierre et Gladys », telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d’aficionados et je compte bien par le biais d’Amarokprog, en découvrir d’autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany