Avec The Gentle Storm, ce sont deux grands noms de l’univers métal et prog-rock qui unissent (enfin) leurs talents. Le géant Arjen Lucassen et la ravissante Anneke Van Giersbergen.

À l’occasion de la sortie de « The Diary », et avant une première tournée prometteuse, les deux comparses reviennent longuement sur la genèse du projet et leurs attentes.

Une interview fleuve réalisée avec Stéphane Mayère, compagnon de route de Koid9.

The Gentle Storm - The Diary (2014)

Chronique de « The Diary »

Cyrille : D’abord, merci de nous recevoir ! Alors, comment allez-vous et êtes-vous heureux d’être à Paris ?

Arjen : C’est fantastique, on a fait un super resto hier soir, la ville est magnifique, on a eu de la bonne musique …

Cyrille : Si vous deviez vous présenter en quelques mots pour nos lecteurs qui ne vous connaitraient pas ou mal …

Arjen : Nous sommes tous les deux hollandais, j’ai démarré dans les années 70 dans les  groupes de hard-rock, Bodine et Vengeance. Ensuite en 94/95  j’ai démarré Ayreon, qui est un projet d’opera-rock avec des chanteurs et invités du monde entier, d’ailleurs nous avons déjà travaillé ensemble en 1998 (ndlr : sur Into the electric castle). Ensuite j’ai participé à un tas de side-project, probablement trop nombreux pour être listés ici… (Star one, Ambeon… )

Stéphane : Que pensez-vous l’un de l’autre ?

Anneke : Comme Arjen l’a indiqué, il a créé Ayreon et ce concept de rock-opera et il n’y a rien de semblable à Ayreon qui existe . Ce qui est super c’est que tous les grands chanteurs de notre style crèvent d’envie de figurer sur un album d’Ayreon, ne serais-ce que sur un ou quelques morceaux. C’est donc un grand honneur pour moi de faire partie de ce grand projet et je suis très heureuse de faire cet album.

Stéphane : Tous les deux avez fait de nombreux side-projects par le passé en parallèle de votre carrière, vous en avez cités quelques-uns , avec de nombreux artistes différents. Par ailleurs vous avez également déjà travaillé ensemble, qu’est-ce qui vous a donné l’idée ou l’envie de retravailler ensemble ? Quelle est la genèse de ‘The Gentle Storm’ ?

Arjen : Pour moi chaque nouvel album que je fais est une réaction, un contraste par rapport à l’album précédent. Le dernier album d’Ayreon, ‘The Theory of Everything’, je ne sais pas si vous le connaissez, était composé de 4 longues suites de 20 mn,  gavées de claviers, avec pleins de chanteurs différents, pas de chœurs, pas de chansons structurées, rien de tout cela… Du coup, le contraire a été de faire un album de chansons indépendantes, avec beaucoup de chœurs, et juste un chanteur… ah et pas de claviers (rires). C’était mon défi, je me suis dit , faisons ça ! Et j’ai commencé à écrire la musique de l’album avec juste des arrangements de cordes, je ne voulais pas que les chansons soient basées sur des riffs de guitare ou des sons de claviers, rien de tout cela. Ensuite j’ai eu l’idée de proposer les chansons sous deux arrangements , Gentle et Storm, acoustique et heavy.  Ensuite, puisque je ne devais travailler qu’avec un chanteur,  ça devait être un chanteur suffisamment bon pour assurer les deux versions, et il n’y en pas tant que ça ! (rires) Anneke est apparu comme une évidence. Ensuite il y a eu une coïncidence extraordinaire, c’est qu’exactement au même moment,  elle m’a contacté, pour un autre sujet et m’a dit , « Hey pourquoi est-ce qu’on ne prendrait pas un peu de temps pour écrire quelques chansons ensemble ? » . A ce moment, je lui ai présenté le projet mais je ne savais pas si elle aimerait, je lui ai expliqué le concept…

Anneke (elle le coupe) : j’ai adoré ! (rires) Ouais j’ai adoré parce qu’avant cet album j’ai fait 2 disques plutôt rock, pop-rock, quelque chose d’assez mainstream. C’était un style que je voulais explorer mais ensuite je voulais passer à autre chose,  différent, écrire un album solo dans un style nouveau. Par coïncidence, lorsque nous avons repris contact, Arjen est arrivé avec cette idée, et c’était parfait ! C’est plus que ce dont on a l’habitude pour un album de rock, c’est plus que quelques chansons qu’on assemble pour faire un album. Il y a une réelle histoire derrière, c’est un double album, c’est un concept, ça a été comme de travailler ensemble, en famille en partageant différentes idées, bref c’était parfait pour moi à ce moment : j’ai sauté sur l’opportunité !  Yes ! (elle mime avec le bras) Ensuite ça a été très vite, les idées sont venues rapidement les unes après les autres..

Arjen : Exactement ça a été facile …

The Gentle Storm

Cyrille : C’est donc devenu un véritable projet en duo ?

Arjen et Anneke : Oui tout à fait !!

Stéphane : Arjen, au début c’était donc ton idée, mais au final, qui a fait quoi sur le disque ?

Arjen : Et bien, j’ai fait l’ossature des morceaux, je les ai envoyés à Anneke, elle s’en est imprégné, a rajouté ses idées mélodiques, écrit les textes, tous les textes et à la fin on est arrivés avec l’histoire. Evidemment, elle a apporté ses lignes mélodiques avec le chant, je l’ai aidée avec certains textes, ça s’est fait dans les deux sens.

Stéphane : Quelle a été ton inspiration pour l’histoire et pourquoi avoir choisi cette période du passé ?

Arjen : Et bien, dès le départ, j’avais dit à Anneke, que j’aimerais que l’album soit un concept, qu’il y ait une histoire derrière. La musique aujourd’hui est formatée courte, 1 min sur youtube, ce genre de trucs. Alors tu peux rentrer dans ce moule, et dire « Ok , puisque c’est ce que tout le monde veut entendre, faisons ce genre de musique »  ou bien « allez vous faire foutre » (rires) et  faisons plutôt quelque chose dans lequel le public aura besoin de s’investir pour l’apprécier , qui lui demandera de l’effort. Ça peut paraitre fou de nos jours !

Stéphane : Mais c’est ce que tu as l’habitude de faire !

Arjen : Oui, exactement c’est ce que je fais, et donc on a décidé tous les deux.

Arjen Lucassen : « Hey pourquoi est-ce qu’on ne prendrait pas un peu de temps pour écrire quelques chansons ensemble ? »

Stéphane : Et Anneke également à la même approche, d’une manière différente.

Anneke : oui, et parce que c’est sincère et que c’est vraiment ce qu’on veut faire, que ce n’est pas artificiel, le public va rentrer dans ces chansons et les aimer. Dès de début, on sent qu’il va se passer quelque chose, avec le concept, l’histoire. Si vous aimez ce genre de musique, vous êtes aspirés immédiatement par l’album, sans vous forcer.

Arjen : Oui, car c’est le genre de public qu’on cherche à toucher : les personnes qui aiment la belle musique, les autres, on ne cherche même pas à les convaincre (rires). Une de mes amies dit une chose très juste «  si tu ne passes pas à la radio ou à la tv en permanence  les gens pensent que tu n’existes pas. Alors tu devrais faire quelque chose de commercial, pour faire un tube, ce genre de choses ». Mais 1) ce n’est pas ce que je veux faire et 2) une année tu as un hit et l’année d’après tout le monde t’as oublié ! De mon côté, je suis dans ce business depuis une trentaine d’année maintenant, et j’ai mes fans qui me suivent et leur nombre augmente … parce que j’ai toujours été sincère avec eux.

Stéphane : Merci à internet aussi pour la diffusion.

Anneke : Yeesss

Arjen : D’un certain coté oui.

Stéphane : Internet joue un peu le même rôle que la radio dans les années 70, pour faire connaitre les artistes et diffuser de la musique moins ‘commerciale’.

Arjen : Tu as en partie raison, mais je pense que le bouche à oreille aujourd’hui est encore plus important. Réellement.  Et c’est aussi pour ça que j’aime communiquer directement et personnellement avec les fans tu vois… Ensuite avec le bouche à oreille, ils se disent « hey j’ai causé avec Arjen, il m’a répondu c’est cool »… ce genre de choses.

Stéphane : Mais comment communiques-tu avec tes fans, car tu fais finalement peu de scène ?

Arjen : Oui c’est vrai, mais du coup j’ai plein de temps pour répondre aux messages ! Je n’ai pas besoin de répéter, de voyager, de tourner… J’ai vraiment plein de temps pour ça… Je n’ai pas non plus de famille à m’occuper.

Cyrille : Du coup tu peux écrire !

Arjen : Bon j’ai une chienne…mais c’est tout. Elle me demande beaucoup de temps !  (rires) Blague à part, j’aime vraiment répondre directement aux fans .

Cyrille : Reparlons du disque, pendant les sessions d’écritures, vous avez plutôt au départ conçu l’album pour être acoustique ou heavy ?

Arjen : En fait ça a démarré plutôt avec des structures de chansons classiques, voire de musique classique.

Stéphane : Donc la version ‘gentle’…

Arjen : Non, non, vraiment musique classique. Au départ il y avait juste contrebasse, violoncelle et violons. La version ‘Gentle’ est plutôt folk.

Cyrille : On y retrouve également des ambiances celtiques ou orientales…

Arjen : Oui c’est vrai.

Cyrille : C’est assez nouveau pour toi, pourquoi ce choix ?

Arjen : En fait c’est assez caché dans la musique, avec cette approche classique, on peut inclure plein de nuances différences… Je peux faire ce que je désire de cette façon, et finalement je trouve que la version ‘Storm’ est finalement plus proche de la version initiale ‘classique’.

Anneke : Oui je trouve aussi.

Stéphane : La version ‘Storm’ n’est pas si heavy  finalement…

Anneke : Oui c’est plutôt orchestral.

Stéphane :  Symphonique.

Arjen : Exactement ce n’est pas de la musique basée sur des riffs.  On n’a pas pas fait du Rammstein (rires)

Stéphane : Dieu merci (rires)

Arjen : Mais je pense que c’est quand même assez heavy, en particulier au niveau du chant, plus direct.

Stéphane : Est-ce que ça a été un challenge pour toi d’écrire ce type de musique acoustique alors que tu as un passé plutôt métal ou hard-rock ?

Arjen : Le truc bizarre c’est que c’est le genre de musique que j’écoute. J’adore Simon & Garfunkel, Bob Dylan…

Cyrille : Neil Young ? ce genre-là ?

Arjen : Exactement, c’est ce que j’écoute à la maison.

Cyrille : Il y avait des influences dans ‘The Guilt Machine’

Arjen : Oh c’était plutôt électronique cet album. En fait il y a une différence entre la musique que j’écris et celle que j’écoute, du coup c’est bizarre parce qu’on pourrait penser que je n’aime pas la musique que j’écris, alors que pas du tout. J’aime aussi ce type de musique heavy…mais j’en écoute peu finalement.

Anneke : « … j’aime aussi ce qui est intimiste, ça peut être très intense aussi… »

Stéphane :  C’est la même chose pour vous deux finalement, Anneke, tes deux premiers albums solos étaient aussi plutôt acoustiques alors qu’avec The Gathering tu avais exploré une musique plus heavy ou expérimentale. Du coup quel est ton sentiment sur les deux aspects de ‘The Gentle Storm’ ?

Anneke : Et bien c’est aussi pour ça que j’aime beaucoup ce disque ! J’aime ses deux aspects, en fait j’aime aussi plein de genres différents. J’aime la musique classique également. Donc quand on a commencé à travailler sur ces demos ‘classiques’,  je me suis immédiatement imprégné de cette musique, on peut faire tellement de choses dessus : je peux chanter fort, doucement, avec intensité… D’un point de vu chant, on peut expérimenter énormément de choses… Ca faisait un éventail de possibilités très large pour ce projet. Et j’adore chanter avec de la puissance, fort avec du coffre…mais j’aime aussi ce qui est intimiste, ça peut être très intense aussi, tu vois…Tout est question d’énergie, dépend de la signification des textes, c’est ce qui donne du sens à l’histoire qu’on raconte. C’est toujours un défi de bien faire les deux , il faut apporter de l’attention à tous les détails,  comment tu prononces les mots, la bonne longueur de la note que tu dois chanter, l’accentuation que tu dois apporter pour faire passer l’émotion… Il faut être très méticuleux.

Anneke Van Giesbergen

Arjen : On a été très très précis, très méticuleux, sur tous les aspects…au niveau de l’histoire, chaque mot, chaque ligne mélodique ont été travaillés avec beaucoup de précision.

Cyrille : La façon dont tu changes ta façon de chanter entre les deux versions est très intéressante.

Anneke : Oui alors que c’est à la base la même chanson.

Cyrille : Du coup comment fais-tu ça, quelle est ta formation de chanteuse ? Tu as pris des cours ou tout te vient naturellement ?

Anneke : Les deux en fait. J’ai eu des cours de chant quand j’étais plus jeune. Vers 17 ans, j’ai pris des cours de chant classique et jazz. Ça m’a permis d’acquérir de la technique. Ensuite j’ai toujours beaucoup tourné, beaucoup chanté. Je chante tout le temps, tous les jours, du coup je n’ai pas besoin de trop pratiquer, je suis très paresseuse pour ce qui est vocalises, pour entrainer ma voix. Si je pratiquais plus je serais probablement meilleure avec une voix plus riche, mais je pense que j’ai eu de bonnes bases techniques étant jeune, comment respirer, comment poser sa voix… Tout  le reste c’est l’expérience, l’émotion et le feeling. J’ai aussi appris, en plus de cette base classique et jazz, très technique, que tu dois apprendre à ne pas chanter de manière parfaite tout le temps, de manière à laisser de la fragilité, à faire passer de l’émotion. Si ta voix tremble ou se brise un tout petit peu, c’est souvent encore meilleur pour que le public ressente le message que tu fais passer. Je dirais que l’expérience est plus importante.

Cyrille : Quels sont tes chanteurs favoris du coup ?

Anneke : La plupart sont des hommes !  Freddie Mercury, Mike Patton (ndlr : Faith no more), Chino (ndlr Moreno) des Deftones , le chanteur de Tool : Maynard Keenan. Ce sont tous de très bons chanteurs qui ont beaucoup de feeling. Coté femme, j’ai grandi avec Barbra Streisand, Ella Fitzgerald…

Cyrille : Sur quelques titres ta voix me rappelle Annie Haslam de Renaissance, est-ce qu’elle est une de tes influences ?

Anneke (avec son sourire désarmant) : Je ne la connais pas…

Arjen : Ah c’est plus du folk

Cyrille : Ou Maddy Prior de Steeleye Span qui a un son très celtique, très folk (Arjen se met à chanter ‘All around my hat’)

Anneke (elle s’exclame ) : Elle ? mais oui, bien sûr ! Superbe voix

Arjen (en montrant Anneke) : En fait elle a un côté Dolly Parton

Anneke (se marre) : J’adore Dolly Parton !

Cyrille : Tu pourrais faire un album de country ou de bluegrass un jour !

Arjen et Anneke (l’air ennuyés) : errrhhhh je ne sais pas finalement …

Arjen : Au moins sur l’album je joue du banjo !

Anneke : On aime tellement de style de musique tous les deux, tout se retrouve dans le disque, il y a des passages folks, country…

Arjen : Jazzy…

Anneke : Certaines ambiances sont parfaites pour une partie des chansons, si j’avais fait mes parties de chant de manière plus conventionnelle ( elle se met à chanter façon lyrique … ) , ça n’aurait pas été si intimiste, ça n’aurait pas fonctionné pareil. C’est venu naturellement.

Arjen : Tu n’as pas calculé.

Anneke : Non, et il y avait un spectre vocal tellement large à couvrir…

Arjen : Si tu écoutes ‘Endless sea’, (il chante les 2 versions), tu entends une énorme différence dans la manière de chanter,  dans l’intonation.

Cyrille : Tu as joué tous les instruments ?

Arjen : Noooonnn ! Il y en a trop, une quarantaine, dont certains complètements inconnus, dont vous n’avez probablement jamais entendu parler.

Stéphane : Tout a été produit avec des vrais instruments , il n’y a donc pas de samples ?

Arjen : Tout est authentique…

Cyrille/Stéphane : Wow

Arjen : Si , pour être vraiment honnête, je dois vous confesser que j’ai utilisé quelques samples d’orchestre à corde sur la version ‘Storm’, pour simuler la taille de l’orchestre. Mais pour le reste : uniquement de vrais instruments.  Pour l’orchestre j’aurais pu enregistrer 8 ou 10 fois le même musicien dans mon studio, mais c’était 8 fois le même violon…donc. Pour le reste tout est réel.

Stéphane : Ca a dû être encore un sacré challenge.

Arjen : C’était un énorme défi, et surtout une grosse quantité de temps et d’argent investis. (rires)

Stéphane : Est-ce que ce projet est le début d’une nouvelle et durable collaboration ou bien un one-shot parce qu’il y avait une idée et une opportunité de faire un album ensemble ?

Anneke : Ca pourrait … Ca si marche…

Arjen : Tout dépend si les ventes décollent. J’ai bossé sur ce disque une année complète, sans rien faire d’autre, à part peut-être une ou deux guest-appearance. Une année complète de ma vie, c’est beaucoup. Et en même temps je dois vivre. Donc si c’est un succès, oui, j’aimerais vraiment faire un autre album de Gentle Storm. Mais sinon… je ne peux pas investir une année complète de ma vie sur un projet s’il n’y a pas de retour.

Anneke : Même pour l’amour de la musique…

Stéphane : Quel serait le facteur de succès pour vous ? Vous avez un objectif ?

Arjen : Un certain nombre de copies vendues (ndlr : il ne se prononce pas sur le nombre). Si on dépasse ce nombre. En fait on a reçu une avance de la maison de disque basée sur une estimation de vente. Si on vend plus que ce nombre, c’est là qu’on commencera à gagner de l’argent.

Anneke : La différence avec cet album pour Arjen, c’est que je vais tourner avec. Du coup il va avoir une exposition plus longue, une vie un peu plus longue… Bon ses albums ont tous eu une longue vie.

Arjen : Vrai pour la tournée. Les albums d’Ayreon n’ont jamais une exposition très longue, un mois deux mois, après c’est le bouche à oreille qui maintien un petit niveau de ventes.  C’est bizarre avec Ayreon, du genre quand un album sort tu es dans le top chart de 15 pays… (il lève les bras en criant) et la semaine suivante… plus rien… (rires) Mais c’est vrai que cette fois , avec la tournée d’Anneke, l’album va avoir une exposition plus importante, les gens vont l’entendre sur scène, vont aimer le groupe, Anneke…et plus s’approprier la musique et s’identifier dans l’album. Tout est réuni pour que ca soit possible que l’album vive plus longtemps, c’est une bonne chose.

Cyrille : Justement, tu vas tourner avec l’album, que peut-on attendre de la tournée ?

Anneke :  J’ai mis sur pied un groupe de métal fantastique. Bien sûr, j’ai mon propre groupe qui est fantastique également, mais qui n’est pas orienté métal. Et pour jouer cet album, nous allons mettre l’accent sur l’album ‘Storm’, et nous allons jouer aussi  des morceaux d’Ayreon, de ma carrière solo, de Devin Townsend, quelques titres acoustiques mais on a monté une setlist plutôt heavy basée sur le Storm album, donc j’avais besoin des meilleurs dans le paysage métal (ndlr : des pays-bas). Il y a tellement d’ambiances, de nunaces dans cette musique, et je veux vraiment arriver à les retranscrire ‘live’. Même si on ne pourra pas rejouer l’album ‘tel quel’, je veux garder cette énergie… Donc, on a bien sûr Ed à la batterie (ndlr : Ed Warby : batteur habituel d’Ayreon), qui a tout de suite voulu être dans le groupe qui allait tourner donc c’est génial car il apporte beaucoup de puissance avec son jeu. On a aussi des membres de After Forever, Stream of Passion dans ce groupe. Marcela (ndlr : Bovio, chanteuse de Stream of Passion) qui assurera les chœurs, et qui sont très très importants.

Arjen (captivé par Anneke , approuve en hochant la tête)

Anneke : Ce n’est pas une autre voix qui fait juste les choeurs, c’est Marcela ! Elle est impressionnante, elle est capable de faire la même chose que moi, elle connait tous les morceaux, toutes les paroles, peut-être mieux que moi … de ce qu’on a vu aux répétitions . Je suis heureuse comme une gosse de tourner avec ces musiciens, c’est comme de démarrer un nouveau groupe…

Arjen : On a également Joost aux claviers (ndlr : Joost van Den Broek clavier de Ayreon, After Forever, Star One, Stream of Passion, Sun Caged… ) qui est exceptionnel. Il était de la tournée Star One, j’ai beaucoup travaillé avec lui auparavant,  il a un rôle très important dans ce groupe, quasi un rôle de chef d’orchestre.

Anneke : Il est super impliqué…

Cyrille : Je crois que vous allez jouer en France.

Anneke : Oui

Stéphane : le 22 Avril…

Anneke et Arjen : wow, on n’avait même pas la date… merci.

Anneke : C’est au Divan du Monde je crois, vous viendrez ? Ça va être géant !

Arjen Lucassen : « Portnoy est un virtuose, Neal Morse est un virtuose… je sais ce qu’est un virtuose et je n’en suis pas un. Il faudrait que je bosse pour ça ! »

The Gentle Storm

Cyrille : Tu as récemment reçu le Virtuoso Prog Award, quelle a été ta réaction en recevant ce prix ? (Arjen reste silencieux et embarrassé.  Anneke se marre)

Cyrille : Je pense que tu as dû être surpris.

Arjen : Je réfléchissais : est-ce que je dois mentir ou répondre honnêtement ?  Ça ne représente pas grand-chose pour moi… Non… Et je ne sais pas pourquoi. Si le public aime l’album de ‘Gentle Storm’, ou si toi tu me dis que tu as adoré telle ou telle chanson, ça représente tellement plus ! C’est personnel comme réaction, bien sûr ce prix est une forme de reconnaissance.

Cyrille : Tu avais eu l’air vraiment surpris sur facebook.

Arjen : Oui bien sûr, car je ne suis pas un virtuose.. Et j’ai eu le virtuoso award. La surprise vient peut-être de là. Si j’avais eu un prix en tant que compositeur, j’aurais probablement été plus excité. Mais virtuose… Portnoy est un virtuose, Neal Morse est un virtuose ou Joost… Il y a tellement de virtuoses. Je sais ce qu’est un virtuose et je n’en suis pas un. (rires) Il faudrait que je bosse pour ça…

Bien sûr c’est cool d’avoir un prix et de la reconnaissance….mais …

Cyrille et Stéphane : La reconnaissance du public est plus importante à tes yeux…

Arjen : Bien plus importante, Enormément plus importante. Ça parait tellement facile de dire ça après coup, mais c’est la vérité.

Anneke : C’est une bonne occasion de faire connaitre ton nom et de faire parler de toi.

Arjen : C’est vrai

Anneke : Ça te donne une certaine exposition, on parle de toi, tu as des articles dans les magazines, ton petit moment de gloire. Les gens entendent parler de toi, que tu as été nominé pour tel truc que tu as reçu tel prix…

Arjen : Au départ je voulais même refuser, et puis je suis allé chercher ce prix.

Cyrille : Donc c’est une satisfaction, mais rien de plus.

Arjen : Non.

Cyrille : Quels sont vos prochains projets après ce disque ?

Anneke : Et bien j’ai la tournée avec pas mal de dates. Et je suis ravie car bien que personne n’ai entendu la moindre note de ce disque, on a déjà vendu pas mal de places.

Stéphane : Juste sur vos noms.

Anneke : Sur nos noms et je pense que le public s’attend a quelque chose de bon, donc prévoit de venir au concert. On va quand même essayer de surprendre le public pour ces shows. Ensuite je devrais faire quelque chose de plus classique. Mais je penserais vraiment à la suite après la tournée, j’ai quelques idées. Hier  Arjen a eu une idée… on verra, j’aime bien explorer plusieurs pistes en même temps, c’est très créatif. Je serais ravie de tourner également, après la phase de conception j’aime pouvoir jouer. Arjen aime créer, j’aime re-créer sur scène, soir après soir.

Arjen : Complémentarité parfaite !

Anneke : Exactement…

Cyrille : C’est plus vivant sur scène.

Anneke : Oui, et j’adore les shows, chanter tous les jours, améliorer les morceaux, les interpréter de mieux en mieux.

Arjen : Elle très bonne pour ça. Si tu fais de la scène et que tu n’es pas très bon, tu dois travailler et tu ne prends pas autant de plaisir.

Stéphane : Il faut que ce soit naturel.

Arjen : Ouais il faut que ça vienne naturellement. Et le public le ressent.

Anneke : L’autre jour je regardais Arjen sur la tournée Star One et je te trouvais tellement cool sur scène…

Arjen : Oui mais c’était juste pour 7 ou 8 concerts. Après 7 ou 8 concerts, je commence à sentir la routine et je prends moins de plaisir… Je dois jouer ceci, me mettre là, bouger comme ça… Mais tu as raison c’était sympa. Bon on a aussi mis 6 mois à monter le spectacle, 6 mois de préparations et de répétitions.

Anneke : Tu trouves que c’est trop …

Arjen : Oui, c’est beaucoup, c’est trop de temps à investir.

Cyrille : Et donc la suite pour toi Arjen ?

Arjen : Et bien, je suis l’opposé d’Anneke, je ne peux travailler que sur un sujet à la fois. Il faut que je conçoive avant dans ma tête. Je travaille plus dans ma tête qu’en studio. Je n’enregistre que pendant deux  ou trois heures par jour. Le reste du temps, je le passe à concevoir, à peaufiner les détails. Je ne peux vraiment faire qu’une chose à la fois. Ca va aussi dépendre si ‘The Gentle Storm’ a du succès. Normalement chacun de mes projets met environ 4 à 5 ans pour voir le jour , 5 ans pour Ayreon. Et si nous attendons 4 ans pour refaire un album de Gentle Storm, je pense de c’est trop long, il sera trop tard. Donc ça va dépendre du succès de l’album et de la tournée. …Ce que je vais faire dans l’intervalle, je n’en ai aucune idée.

Stéphane : Une petite question pour Anneke, tu as l’habitude de beaucoup tourner, seule ou avec différents artistes, avec The Sirens, avec Danny Cavanagh, avec The Gentle Storm en avril. Quelle est ton sentiment sur le fait de tourner avec des artistes si différents, avec des morceaux ou des styles également différents ?

Anneke : J’adore ça. Comme dit Arjen, du coup il n’y a pas de routine. Bon si je devais faire 100 dates sur une tournée ça me conviendrais aussi, hein ! Mais c’est un challenge et c’est inspirant de travailler avec autant de personnes différentes comme Devin (ndlr : Townend) ou même The Sirens, ou je chantais avec 2 autres filles. C’est un feeling très différent de ce que je peux faire avec mon groupe ou même en solo avec ma guitare. Il faut raisonner et réagir différemment sur une collaboration comme celles-là. Donc je trouve ça rafraichissant, inspirant… et j’apprends également beaucoup de ces collaborations.

Stéphane : Comment as-tu vécu les concerts de réunion avec The Gathering ?

Anneke : C’était génial. On a fait deux concerts dans la journée. Des fans du monde entier sont venus nous voir… On a été stupéfaits. Et le gens connaissaient toutes les chansons par cœur… de ma période ou après… J’ai adoré célébrer cet anniversaire.

Stéphane : Merci beaucoup.

Arjen : Comment avez-vous trouvé le disque ?

Cyrille : J’aime beaucoup

Arjen Lucassen & Anneke Van Giesbergen

Stéphane : Pour être franc, je n’ai écouté que 2 fois le cd1 et 1 fois le 2, donc c’est peu pour rentrer dedans. Pour l’instant je préfère la version ‘Gentle’, ça j’aime beaucoup. Par moment ça me fait penser aux albums de Blackmore’s Night, si tu connais.

Arjen : Ah oui, cool. Le problème avec eux, c’est qu’ils utilisent tellement de samples et d’instruments numériques. J’aime ce qu’ils font, mais ils ne vont pas au bout de la démarche, du concept. Si tu fais un truc renaissance, baroque, il ne faut pas utiliser de samples. Tu utilises de vrais luths, etc…

Stéphane : Oui, c’est pour ça que je t’avais posé la question (rires)

Arjen : Tu as un morceau préféré ?

Stéphane : Pour le moment Endless Sea me plait beaucoup.

Cyrille : J’aime aussi beaucoup la version ‘Gentle’ , je suis un grand fan de musique folk et celtique, donc  j’aime beaucoup ces arrangements des chansons et j’aime vraiment ‘Shores of India’ et ta façon de chanter sur ce titre, les arrangements orientaux, l’ambiance. Je ne suis pas un grand fan de métal, donc j’ai aussi besoin de réécouter la version ‘Storm’. Ce qui est intéressant, c’est que tu as deux versions différentes des mêmes morceaux.

Arjen : Oui et ce qui est intéressant, c’est que tu n’as pas besoin d’aimer les deux.

Cyrille : les mêmes morceaux, avec une approche , des arrangements , des ambiances différentes. C’est intéressant… Et surtout on ressent tout le travail qu’il y a derrière.

Arjen et Anneke : Cool, super. On va vous montrer un truc que personne n’a encore vu, on travaille sur trois vidéos , voici la première , celle d’Endless Sea. (Arjen passe la video d’Endless Sea sur son Ipad, depuis la video est sortie)

Arjen : Toutes les vidéos seront dans le même esprit , 17ème, ça donne aussi une identité visuelle au disque.

Stéphane : Il y a un bateau du 17eme siècle dans le port d’Amsterdam, baptisé Amsterdam d’ailleurs, c’est vraiment l’époque qui vous a inspiré.

Anneke : Oh oui, exactement, les navires, les marchands, la route des épices (elle montre la video). Vous êtes les tous premiers à voir ça…

Arjen : On va vous monter la première minute de Shores Of India qui est en cours de réalisation.

Stéphane : Est-ce qu’il y aura un dvd de la tournée ?

Arjen : Probablement pas, on n’a rien prévu pour l’instant.

Anneke : C’est très couteux de sortir des vidéos. Si on n’explose pas les ventes, il n’y en aura probablement pas.

Arjen : C’est un peu tôt de toute façon, il faut que le groupe se rode, joue avant qu’on puisse penser à sortir une vidéo. Ahh (il passe Shores of India). C’est une preview , on n’a pas fini le montage. Comme tu vois on est parti aux indes pour tourner, ça couté super cher (il se marre), avec mon actrice favorite (Anneke se marre)

Cyrille : Il y a des passages qui me font pense a Game of Thrones.

Arjen (avec l’air heureux) : Mais oui….tu as raison, tu as bien écouté j’ai tout pompé sur le générique de Game of Throne… Bon, pas les accords, mais l’ambiance, le style…

Cyrille : Je crois que c’est sur le 6eme titre surtout.

Stéphane et Cyrille : Nous allons vous quitter, merci beaucoup de votre temps , de cette conversation et pour votre gentillesse.

Anneke : Les meilleurs interviewers ont de la conversation.

Propos recueillis en février 2015
Remerciements à Valérie Reux.

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003. Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre d’ailleurs (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

  • Ketal

    Wow, superbe interview, merci beaucoup. Ca fait du bien de lire ça après avoir vu le concert mercredi 🙂