No-Man - Love You to Bits
4.0Note Finale

Que les amateurs de mélodies vaporeuses et planantes s’accrochent au bastingage, le nouveau No-Man devrait les bringuebaler comme il faut dans les décors. Pour les retrouvailles de Steven Wilson et Tim Bowness quasiment onze ans après Schoolyard Ghosts, le duo n’aura pas fait les choses à moitié mais coupé les cheveux en quatre. Découpé en deux « faces » d’un même concept, de moins de vingt minutes chacune, avec à chaque fois cinq mouvements dans la continuité ; une forme d’exploration obsessionnelle tant sur le fond que sur la forme. Dans un décorum sonique électro mâtiné de space-rock vraiment light, « Love You to Bits » (en partie composé à la fin es années 90) et « Love You to Pieces » (commencé en 2013) égrainent la voix toujours suave de Bowness sur des textes évanescents : “what are you thinking? What are you dreaming? I like to know what’s on your mind”. Sentences définitives où tout serait dit en quelques mots sur fond de faux semblant qui balancerait de la techno avec basses pachydermique à réactions épidermiques. Clivage en vue.

Les ambiances s’enchaînent, la guitare de David Kollar déboule parfois inopinément (“Love You to Bits – part 4“), les circonvolutions magnétiques absorbent ce qui reste encore debout, alors que les claviers (Adam Holzmann) et les rythmiques tapent dans l’ambient avec un souci de l’hypnotique qui déroule dans le flottant. Renforcée par la pochette aux allures de discothèque (dont pourra discuter le goût), la recette s’avérera nécessairement indigeste pour certains, à la fois vide de sens, vide d’essence, et pour d’autres, le prétexte au cosmic trip en apesanteur à écouter d’une traite. Chaînon indéfinissable dans la discographie de No-Man, le départ de KScope pour Caroline tend à prouver que Love you to Bits, dont l’écriture se sera finalement étalée sur près de 25 ans, est leur premier pas dans une nouvelle dimension.

ENGLISH VERSION

The fans of vaporous and floating melodies cling to the rail must hang-on: the new No-Man should bring them back into the scenery in the right way. For the reunion of Steven Wilson and Tim Bowness almost eleven years after Schoolyard Ghosts, the duo will not have done things halfway. Cut into two “faces” of the same concept, each less than twenty minutes long, each with five movements in continuity; a form of obsessive exploration both on the music and on the lyrics. In an electro sonic decorum mixed with really light space-rock, “Love You to Bits” (partly composed at the end of the 90s) and “Love You to Pieces” (started in 2013) blur Bowness‘ still sweet voice on evanescent texts: “what are you thinking? What are you dreaming? I like to know what’s on your mind“. Definitive sentences where everything would be said in a few words around a swing techno with loud bass would cause some epidermal reactions. Really cleaving.

The atmospheres follow one another, David Kollar‘s guitar sometimes unexpectedly comes out (“Love You to Bits – part 4“), the magnetic convolutions absorb what remains standing, while the keyboards (Adam Holzmann) and rhythmics hit some “ambient” style with hypnotic mood. Reinforced by the discotheque-like cover, the recipe may prove indigestible for some, both meaningful and empty of essence, and for others, the pretext for a cosmic trip in weightlessness to listen to in one go. An undefinable link in No-Man‘s discography, KScope‘s departure for Caroline tends to prove that Love you to Bits, whose writing will finally have been spread over nearly 25 years, is their first step into a new dimension.

NO-MAN – LOVE YOU TO BITS

No-Man - Love You to Bits (2019)

Titre : Love You To Bits
Artiste : No-Man

Date de sortie : 2019
Durée : 35’57
Label : Caroline

Setlist

1. Love You To Bits (Bits 1-5) (17:03)
2. Love You To Pieces (Pieces 1-5) (18:54)

Line-up

– Tim Bowness / vocals, synths, lyrics
– Steven Wilson / instruments, harmony vocals, producer

With:
– Adam Holzman (Moonparticle, Steven Wilson, The Fents) / keys
– David Kollar (Komara) / guitars
– Ash Soan (Aviv Gefen) / drums
– Pete Morgan / bass
– Dave Desmond Brass Quintet

Votre avis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.