Lifesigns - Cardington
4.5Note Finale

Cela faisait un bon moment qu’on attendait le nouveau Lifesigns, projet du musicien et chanteur John Young. Avec Cardington c’est donc le troisième album du groupe si l’on compte le live sorti il y a deux ans Live In London Under The Bridge, et qui comprenait déjà trois titres qui figurent sur ce nouveau disque dans lequel quatre compos totalement inédites nous sont proposées en supplément. On avait tous pris une claque à la sortie de l’album titre Lifesigns qui mettait déjà la barre très haute et qui fut une vraie révélation pour bon nombre d’amateurs de “néo prog” pointu. L’album “live” nous ayant déjà drôlement mis l’eau à la bouche. On ne pourra donc qu’apprécier son successeur qui ne faillit pas à la règle d’extrême qualité, une constante avec Lifesigns.

Et cela attaque très fort avec un morceau appelé simplement “N” qui est à lui seul un sommet d’inventivité et qui, à bien des égards, fera penser à feu UK dans sa construction. Young n’est pas Wetton, mais ce chanteur possède une voix empreinte d’une grande émotion qu’il nous communique à chaque écoute. Ce titre à lui seul mérite l’achat de l’album avec ses circonvolutions musicales,  délectables à souhait. On en redemande ! Le tandem Young aux clavier, Tsonev à la guitare est éblouissant et s’associent parfaitement avec Poole à la basse (faisant presque oublier l’excellent  Nick Beggs qui fut à l’origine du projet Lifesigns). Ces trois musiciens d’exception plus Beedle aux  fûts réussissent avec ce titre à étonner les plus blasés d’entre nous, et nous n’en sommes qu’au début de l’album.

Il faut cependant préciser que John Young s’est adjoint le concours de pas moins de quatre prestigieux guitaristes pour l’enregistrement de Cardington, et ça s’entend par la grande diversité des  interprétations signées Tsonev, Bainbridge, Boult, Gootjes, excusez du peu. A part les titres  “Voice In My Head”Differentet Impossible”  que nous connaissions déjà, et qui ici ont été réinterprétés et brillamment réarrangés, le nouveau morceau Chasing Rainbows ainsi que les deux titres “Touch et le titre éponyme “Cardington, demeurent d’une précision exemplaire clouant ainsi le bec à un paquet de prétendants au trône des princes du “néo prog” qui ne font que de la redite. Sur ce titre final, Lifesigns est au sommet de son art, les cœurs sont majestueux, le chant de Young y est sans faille, et  l’élaboration et certains passages (surtout par l’utilisation des claviers) ramèneront à un génial groupe à présent oublié et qui marqua profondément la musique progressive du vingtième siècle,  Happy The Man.

Lifesigns, avec sa tête pensante John Young, réinvente le genre et se bonifie à mesure qu’il prend de l’age. Ce troisième album en est la preuve éclatante. Par conséquent, on espère vivement que Young et sa bande réaliseront très vite un nouvel album. Wait and see, Cardington constitue déjà une grosse pièce maîtresse, c’est un disque vraiment incontournable qui nous fera patienter en attendant la suite.

LIFESIGNS – CARDINGTON

Lifesigns - Cardington (2017)

Titre : Cardington
Artiste : Lifesigns

Date de sortie : 2017
Pays : Angleterre
Durée : 49’36
Label : –

Setlist

1. N (10:57)
2. Voice In My Head (5:35)
3. Chasing Rainbows (3:40)
4. Different (9:19)
5. Impossible (5:25)
6. Touch (4:00)
7. Cardington (10:40)

Line-up

– John Young / keyboards, vocals
– Jon Poole / bass, bass pedals, backing vocals
– Martin Beedle / drums, percussion, backing vocals

With:
– Dave Bainbridge / guitar
– Menno Gootjes / guitar
– Niko Tsonev / guitar
– Robin Boult / guitar
– Chris Taylor / backing vocals
– Steve Rispin / sound design

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires