Bernard Lavilliers – Baron Samedi
4.0Une réussite

Pour son vingtième album, Bernard Lavilliers nous invite au festin récapitulatif d’une musique qu’il nous sert depuis 40 ans et dont on ne se lasse toujours pas. Surtout quand il a cette saveur.

Pour en arriver là, le baroudeur revenu d’Haïti après le terrible tremblement de terre de 2010 s’est en effet entouré de Romain Humeau (chanteur de Eiffel) pour bâtir ce disque sans fard qui nous (re)plonge dans les fractures d’un monde malade, appelant la révolte et à garder la tête haute malgré l’oppression (« Scorpion » sur un superbe texte adapté de Nazim Hikmet).

La violence, la mort qui rôde, l’amour et le sang sont encore une fois les éléments fondateurs d’un univers noir comme le charbon, jamais obscur ou dépressif. En permanence surnage cet instinct de vie, de lutte, de combat perpétuel.

 

    « Tu es terrible, mon frère, comme la bouche d’un volcan éteint.
Et tu n’es pas un, hélas, tu n’es pas cinq, tu es des millions.
Et s’il y a tant de misère sur terre, c’est grâce à toi, mon frère,
Si nous sommes affamés, épuisés » – Scorpion

 

On retrouve tout cela, entremêlé autour de plaies douloureuses et fascinantes (« Baron Samedi ») et parfois calcinés dans un dénuement presque absolu quand il aborde la perte de sa mère sur le chimérique « Sans Fleurs Ni Couronnes). Car le chanteur, complexe, n’est décidément pas cette matière brute que certains ont bien voulu croire, à tort.

 

« Grand squelette de phosphore, la terre tremble sur le port
Downtown
Port-au-Prince dans la poussière, fracassés les ministères
Downtown » – Baron Samedi

 

Mais comme il le chante, le volcan n’est jamais éteint. En étreignant l’hymne à la vie (« Vivre Encore », une perle) ou l’impact de l’art sur le réel (« Tête Chargée ») en passant par les ruelles de New York (« Y’a Pas Qu’à New York »), Bernard Lavilliers nous entraîne une nouvelle fois avec lui, près de lui.

 

« Ce qu’il faut de sang, pour donner la vie
Ce qu’il faut de temps, pour toucher l’oubli…
Et vivre encore » – Vivre Encore

 

Et c’est en mettant en musique sur plus de 27 minutes la « Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France », long et bouleversant poème de Blaise Cendrars, qu’il enfile son plus beau costume. Celui du fiévreux passeur passionné des maux du monde et des mots. Tout simplement.

DESCRIPTION

81OwY-YXktL._SL1400_

Titre : Baron Samedi
Artiste : Bernard Lavilliers

Date de sortie : 25 novembre 2013
Durée : 40’42
Label : Universal – Barclay

Setlist

CD1

1. Scorpion – 3:58
2. Vivre encore – 3:56
3. Jack – 3:30
4. Y’ a pas qu’à New York – 4:02
5. Sans fleurs ni couronnes – 3:06
6. Baron Samedi – 4:56
7. Rest’là Maloya  – 3:59
8. Tête chargée – 4:03
9. Vague à l’âme – 4:13
10. Villa Noailles – 4:47

CD2

1. Prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France – 26:58

Line-up

– Bernard Lavilliers / guitares, voix

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.