Ashby - Fragmental
4.0Note Finale

C’est une nouvelle fois d’Allemagne que nous arrive Ashby qui est un des meilleurs fleurons que compte la scène « néo prog » actuelle. Ce jeune groupe évolue à fond dans ce registre et Fragmental  est leur premier véritable disque (un EP était sorti en 2013)

Sept compositions ont été enregistrées sur cet opus, dont trois dépassent les dix minutes, c’est dire si Ashby joue dans la mouvance de ses prestigieux ainés dont ils ont su digérer les influences, tout en restituant une musique résolument « moderne ». La première chose qui saute aux oreilles se situe au niveau du chant qui est  tenu par Sabina Moser, chose assez inédite  dans le genre « néo prog », ce n’est pas évident car la musique d’Ashby se veut rentre dedans, et une nana sur le devant se voit surtout dans les groupes de « métal » et plus rarement dans les combos jouant dans ce style musical. Et bien, elle s’en tire haut la main, et on le devinera assez vite et  dès le deuxième titre Aether A Lunar Year, sur lequel il faut un certain « coffre« , elle dégage un  max sur ce long morceau (le plus long de l’album, il s’étire sur treize minutes). Sur ce même titre les parties de claviers de Joel von der Heiden sont époustouflantes et particulièrement bien vues, aussi bien au piano acoustique qu’aux différents synthés – cette compo fleuve représente à coup sûr le meilleur d’Ashby.

La gageure d’Ashby réside dans le fait de combiner toutes les influences qu’ils ont pu avoir et de restituer au final une musique « contemporaine » sans aucune concession artistique et sans tomber dans les « clichés » éculés » du genre et que bon nombre de musiciens sans talent s’amusent à nous balancer. Tout ce qu’on apprécie dans la musique progressive est ici transcendée et magnifiée, la chanteuse Sabina en est certainement responsable, elle ose tout et se risque sur des terrains vocaux de haute volée, sa voix s’apparente vaguement à celle de  Dolores O’Riordan de Cramberies (si l’on veut absolument des comparatifs). Mais n’oublions pas qu’elle est secondée par un groupe solide et d’une efficacité redoutable, Ashby ne lâche jamais le morceau, et ce durant plus d’une heure. Le second titre qui attire l’attention est The Colossal Empire, pour ses nombreuses réminiscences avec Arjen Lucassen (Ayreon) dans la construction et l’élaboration de ce titre très fort de Fragmental Sabina se déchainant littéralement, sa voix rauque fait de cette chanteuse la « frontwoman » idéale pour ce type de projet.

Le design de la pochette est quant à lui assez sympa cette tête volant en éclats évoquera un peu le côté « fantastique » voire surréaliste que l’on apprécie chez certains créateurs et qui colle parfaitement à ce genre musical. Pour un premier jet, il est sans conteste qu’avec Fragmental, Ashby rentre directement dans la cour des grands, ils ne leur reste plus qu’à confirmer cela sur le prochain album que nous attendrons avec impatience, mais ce premier essai était déjà tellement concluant ! Affaire à suivre de très près.

ASHBY – FRAGMENTAL

Ashby - Fragmental (2016)

Titre : Fragmental
Artiste : Ashby

Date de sortie : 2016
Pays : Allemagne
Durée : 52’48
Label : Autoproduction

Setlist

01.The Faceless And The Shore 05:00
02.Aether – A Lunar Year 13:05
03.Ashes Decay 09:42
04.Pax 06:06
05.The Colossal Empire 13:17
06.Holy Water 06:49
07.A Question Never Heard 10:25

Line-up

Sabina Moser (vocals)
Jan Göpelt (guitar)
Joel von der Heiden (keyboards)
Christopher Streidt (bass guitar)
Rik Schindler (drums)

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany