Aisles - Hawaii
4.5Note Finale

Aisles se sera fait remarquer deux fois cette année. La première en annulant brutalement au printemps les rares dates françaises qui étaient prévues avec Karfagen, la deuxième cet été en sortant ce merveilleux album qu’est Hawaii. Ce court ( un peu moins d’une heure et demi ) double disque est très certainement ce que les chiliens nous ont proposé de mieux jusqu’à présent et un des tous meilleurs concepts albums de progressif de ces dernières années. L’album est livré dans un très beau packaging qui illustre l’histoire, à savoir la vie des hommes dans l’espace après que la terre ait disparu, la préservation de l’héritage de l’espèce humaine ainsi que tous les dilemmes que ces survivant ont à affronter.

Bien que sud-américain d’origine, le disque n’est pas typé andin. Le son, l’ambiance est plutôt classique, européenne avec des touches d’éclectisme parsemée de titres en titres. A l’instar d’autres concepts albums remarquables du même acabit, tels Brave, Subterranea ou Holophinium (chroniqué dans le précédent Koid9), il serait illogique de décrire le disque morceau par morceau, puisque l’album raconte une histoire et se vit de bout en bout comme un film, un livre. Le disque est très cohérent, à part peut-être « Club Hawaii » dont le final bruitiste détonne dans un ensemble quasi parfait, et également très accessible, avec des détails, une profondeur, une richesse qui se dévoile de plus en plus au fil des écoutes. Très mélodique, l’album démarre dans une ambiance qui m’a rappelé le Camel de Raindances ou Breathless (certains passages de « The Poet« ), et tout de suite entre musique et chants expressifs, on est plongé dans une histoire.

Ce disque par moment est la rencontre du néo-progressif avec l’ambition des grands concepts albums des seventies, remplis de grandes envolées instrumentales ou chaque instrument est mis en valeur au sein d’un tout homogène (« The Poet« , « Pale Blue Dot« ) ou la beauté de la musique arrive aussi à vous faire frissonner (le sublime « CH-7 » ) et ou l’ambiance générale futuriste est présente de bout en bout (« Year Zero« , « Still Alive« ), apportant une unité au disque. Dans ce disque on trouve aussi des réminiscences, des influences larvées de Yes, Marillion, des premiers Crimson,  le tout retravaillé à la mode chilienne. La partition présentée à une solide fonction de rock mélodique, on a cité Camel, mais aussi parfois de jazz fusion ou de art-rock, fusionnés dans des arrangements atmosphériques (le second CD surtout). Le chant, également, très expressif, parfois presque parlé, parfois presque lancinant (« Falling« ), parfois chanté en duo (« The Poet » encore … ) est superbement travaillé. Entre moments intimistes (« Terra« , « Nostalgia« ) ou plus explosifs (« The Poet« , le final de « Club Hawaii » ), le disque illustre une palette complète de sentiments et d’émotions, c’est franchement réussi ! Attention , album addictif.

AISLES – HAWAII

Aisles - Hawaii (2016)

Titre : Hawaii
Artiste : Aisles

Date de sortie : 2016
Pays : Chili
Durée : 77’45
Label : Presagio Records

Setlist

1. The Poet Part I: Dusk (10:06)
2. The Poet Part II: New World (4:18)
3. Year Zero (4:36)
4. Upside Down (4:53)
5. CH-7 (12:33)
6. Terra (8:03)
7. Pale Blue Dot (9:53)
8. Still Alive (4:46)
9. Nostalgia (2:11)
10. Club Hawaii (7:22)
11. Falling (2:11)
12. In The Probe (6:53)

Line-up

– Sebastian Vergara / vocals
– Rodrigo Sepulveda / guitars
– German Vergara / guitars
– Juan Pablo Gaete / keyboards
– Daniel Baird-Kerr / bass
– Felipe Candia / drums