Airbag - Disconnected
4.5Note Finale

Il y a certains albums comme le nouveau Airbag par exemple, qu’on attend impatiemment, c’est le cas de leur dernier opus “Disconected” , et bien notre attente n’a pas été veine, car le groupe norvégien revient en force avec cet album de toute beauté ne dérogeant pas à la règle qui est la leur, c’est à dire de nous proposer à chaque fois un disque d’excellente qualité.

On s’en serait certainement douté, Airbag avait systématiquement réussi ses trois premiers albums, avec en premier lieu et menant l’ensemble, sa tête pensante Bjørn Riis le principal compositeur, ici en état de grâce. lui même avait placé la barre très haut déjà aussi sur son dernier album solo Lullabies in a Car Crash. Airbag atteint ce coup-ci avec Disconected les sommets du genre “prog/mélodic/ post/rock” que le groupe affectionne particulièrement, nous faisant vivre un beau voyage au cœur de leur univers plutôt mélancolique et sacrément mélodique.

Alors comme toujours Airbag reste dans le filiation d’un Pink Floyd (mais qui s’en plaindra?) – en effet, on pourra apprécier cette longue plainte du chanteur Asle Tostrup qui accompagne les superbes accords de guitare de Bjorn Rïss dans la droite ligne d’un Gilmour, et transcendant même ses sonorités de guitare, les musiciens ont redonné leurs lettres de noblesse à un Pink Floyd qui manque beaucoup au paysage musical actuel. Tout dans cette musique nous remémorera les plus beaux moments musicaux du célèbre du groupe anglais sans bien entendu qu’il soit question de plagiat, bien au contraire.

Un peu comme les allemands de RPWL, Airbag a tiré la quintessence de la musique floydienne pour en composer une autre qui va encore plus loin, elle est empreinte d’un chant plaintif récurent, et de ces notes de guitare tournoyantes et envoûtantes de Bjørn Riis qui ne vous lâchent plus, on ne peut qu’être admiratif de son talent guitaristique. Pratiquement tous les morceaux de Disconected sont longs et dégagent une infinie grandeur d’âme, et disposent de plus d’un sens aigu de la mélodie. Le titre éponyme y est développé ici sur treize bonnes minutes, il est à lui seul représentatif de la musique d’Airbag, toute en douceur et pas le moins du monde agressive, ces six compos présentes sur Disconected. atteignent dignement le but escompté – quelque part celui de nous apaiser et de nous faire rester “zen“.

Aucune démarche “baba cool” néanmoins chez Airbag qui se veut un combo bougrement moderne mais se référant à des thèmes plutôt planants, et au final tellement jubilatoires. Quant au titre concluant l’album, les amoureux de Steven Wilson seront certainement surpris d’y entendre quelques similitudes avec sa musique (c’est très sûrement involontaires). Donc dans son ensemble Disconected. confirme tous les espoirs que nous avions émis sur Airbag, le plus grand bonheur que ces musiciens puissent nous apporter serait de venir jouer en France prochainement et y interpréter ce bien joli album, “wait and see”.

AIRBAG – DISCONNECTED

Airbag - Disconnected (2016)

Titre : Disconnected
Artiste : Airbag

Date de sortie : 2016
Pays : Norvège
Durée : 50’28
Label : Karisma Records

Setlist

1. Killer (9:18)
2. Broken (7:07)
3. Slave (8:39)
4. Sleepwalker (7:05)
5. Disconnected (13:09)
6. Returned (5:10)

Line-up

– Asle Tostrup / vocals, keyboards, programming
– Bjørn Riis / guitars, keyboards, backing vocals, bass
– Jørgen Grüner-Hagen / programming, keyboards
– Anders Hovdan / bass
– Henrik Fossum / drums

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires