The Tangent - The Slow Rust Of Forgotten Machinery
4.3TOP 2017

Pratiquement quinze ans après sa mise sur orbite, le projet d’Andy Tillison se lance dans un neuvième album costaud (près d’une heure et quart) toujours encadré par des musiciens pas franchement manchots : Luke Machin, Theo Travis, Jonas Reingold et la nouvelle venue Marie-Eve de Gaultier exfiltrée de Maschine. C’est donc en solide quintet que The Tangent entame The Slow Rust Of Forgotten Machinery (traduire « la lente rouille des machines oubliées ») avec cinq nouveaux titres et la ferme intention de s’en payer une bonne tranche. En témoigne « Two Rope Swings », seul titre en dessous de la barre des dix minutes (!) qui lance l’album sur des rails bien connues des amateurs du combo mais toujours aussi réjouissant. Andy Tillison est à la baguette. Compositeur, chanteur, claviériste et… batteur cette fois, pour permettre à l’ensemble de toucher juste, que ce soit sur « Dr. Livingstone (I Presume) », instrumentale jazz-rock en effervescence ou les 22 minutes de « Slow Rust », plus traditionnel dans un enchevêtrement dont la substance pourra évoquer un mélange de U.K. et Yes.

Sur des textes incisifs toujours aussi politisés et sociaux (illuminati, migrants, fake news, médias), The Tangent évolue autour de Marie-Eve de Gaultier dont les contrepoints vocaux participent à transformer la voix d’Andy Tillison (sempiternel sujet de discussion) et à la porter sur des sentiers plus intenses. En véritable kaléidoscope musical, ce titre résume à lui seul le son du groupe. C’est doté de cet esprit hors du cadre et du temps que s’installe « The Sad Story of Lead and Astatine » qui permet à chaque membre de briller par séquence, comme autant d’entrées fracassantes dans l’univers multicolore du groupe.

Si l’univers semble plus personnel, « A Few Steps Down to Wrong Road » ne fait pas dans la dentelle côté revendications (nationalisme, argent, avidité) avec un esprit punk assumé (Andy étant passé par le genre au début des années 80) et une volonté manifeste de déconstruire les choses. En finissant sur une analyse du Brexit plutôt verbeuse, Andy Tillison prend le risque de faire de ce titre, plus parlé que véritablement chanté, un pavé revendicatif pur et dur. Mais son tempérament entraîne les choses et accouche d’une chanson aux allures assez uniques. Les vertus thérapeutiques d’une telle rupture ne fait pas ombrage aux grandes qualités musicales de l’ensemble. The Slow Rust Of Forgotten Machinery s’avère même un album éminemment recommandable pour toutes les formules magiques qu’il trimbale dans ses poches.

THE TANGENT – THE SLOW RUST OF FORGOTTEN MACHINERY

The Tangent - The Slow Rust Of Forgotten Machinery (2017)

Titre : The Slow Rust Of Forgotten Machinery
Artiste : The Tangent

Date de sortie : 2017
Pays : Angleterre
Durée : 74’32
Label : InsideOut

Setlist

1. Two Rope Swings (6:32)
2. Dr. Livingstone (I Presume) (11:58)
3. Slow Rust (22:31)
4. The Sad Story Of Lead and Astatine (16:00)
5. A Few Steps Down The Wrong Road (17:31)

Line-up

– Andy Tillison / vocals, keyboards, drums
– Luke Machin / guitar, vocals, producer
– Marie-Eve de Gaultier / keyboards, vocals
– Theo Travis / saxes, flutes
– Jonas Reingold / bass guitar, double bass

With:
– Boff Whalley / vocals
– Matt Farrow / DJ

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003. Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre d'ailleurs (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?