Maschine - Naturalis
4.5Note Finale

Mashine, c’est un groupe de machin. Enfin un des groupes dans lequel Luke Machin œuvre (en plus d’apparitions dans The Tangent). Contraction des patronymes des fondateurs (Daniel Mashal – basse /chant et Luke Machin – guitare/chant) ce nom prend une signification particulière en français. Si le premier album tendait vers un prog-métal bien troussé mais parfois convenu, avec Naturalis le groupe passe à la vitesse supérieure pour devenir une Maschine de guerre du genre (désolé ).

Quelques changement de line-up ont eu lieu depuis le premier album, avec aux claviers/flûte et chant la belge Marie-Eve de Gaultier, dont les capacités de soufflage dans le tuyau oblong (sauf votre respect) amène la vrai touche progressive classique qui pouvait faire défaut au premier opus, et James Stewart, dans le rôle du meilleur acteur, euh pardon du batteur. Le jeu de Stewart, très éclectique, fin, inventif à la fois groovy et technique participe grandement à l’inventivité grandissante du groupe et à la qualité de ce disque.

En effet, l’album Naturalis est une réussite de bout en bout. Naturalis. Le nom porte le thème du disque, inspiré par le tsunami de 2011, qui sans être un concept déclaré tourne ouvertement autour de la place de l’Homme sur Terre, (« Megacyma » et la vidéo publiée par le groupe est assez explicite), la guerre (« Hidden in plain sight« ), l’exploitation de la Terre (« Make believe« ) ou un nouvel espoir, (désolé je suis en mode Star Wars), enfin l’espoir d’un avenir meilleur (« A new reality« ). A travers ces thèmes Maschine explore une palette de styles différents avec toujours la même réussite.

Musicalement, l’album visite avec autant de bonheur plusieurs styles. Les deux longs titres « Resistance » et « Megacyma » qui débutent et terminent le disque (si on occulte les morceaux bonus live tiré du premier album et témoignages du passage du groupe à Veruno) sont les plus rock, les plus puissants avec des passages presque métal ou les guitares saturées se font lourdes et les riffs puissants, alternant avec des passages plus soft, proches du néo-prog. Ces deux titres possèdent une construction complexe, parfois déstructurée, parfois très mélodique.

Le reste de l’album nous fait découvrir des titres d’apparence plus simple (faussement) mais très riches. Ambiance jazz-rock pour « Night and Day » ou « New Reality« , comme si Donald Fagen ou Joe Jackson s’étaient mis au prog, avec en particulier un travail basse/batterie incroyable de dextérité et d’inventivité. Cette rythmique forte est aussi mise en avant dans le plus funky « Hidden in Plain Sight« , là c’est le premier Prefab Srout qui me vient à l’esprit. Le dernier titre, « Make Believe » est le plus accessible, presque commercial, avec une mélodie fluide, limpide immédiate et un chant aérien…et des plans de guitares qui au phrasé prêt rappellent parfois le grand Holdsworth, celui de UK… Le chant, on n’en a pas parlé mais c’est un atout de ce disque, et de ce groupe qui possède désormais 2 chanteurs et une chanteuse. Le chant doublé ou triplé avec trois voix de densité différente prend ici une épaisseur rare. Ce Naturalis est une franche réussite, qui réussit à créer un progressif inventif, se nourrissant de jazz, de métal,  de racines seventies et d’éléments très modernes.

MASCHINE – NATURALIS

Maschine - Naturalis (2016)

Titre : Naturalis
Artiste : Maschine

Date de sortie : 2016
Pays : Angleterre
Durée : 69’24
Label : InsideOut

Setlist

1. Resistance (11:52)
2. Night And Day (5:08)
3. Make Believe (7:10)
4. Hidden In Plain Sight (7:01)
5. A New Reality (8:45)
6. Megacyma (11:46)

Bonus Tracks
7. Eyes Pt.2 (Live in Veruno) (8:55)
8. Rubidium (Live in Veruno) (8:47)

Line-up

-Luke Machin : Guitars/Vocals
-Daniel Mashal : Bass/Vocals
-Marie-Eve de Gaultier : Keyboards/Vocals
-Elliott Fuller : Guitars
-James Stewart : Drums

 

A propos de l'auteur