Arena - The Unquiet Sky
2.5Note Finale

N’ayant jamais été en pamoison face la musique de Arena (même Pride en 1996 ou The Visitor en 1998), déçu comme beaucoup par les dernières livraisons Pepper’s Ghost (2005) et The Seventh Degrees Of Separation (2011), l’arrivée de The Unquiet Sky ne promettait rien de très neuf pour faire frissonner mézigue. Et, effectivement, sans être mauvais, l’album se laisse écouter sans vraie passion. En développant un son très proche de Seventh Degrees, ce huitième album garde cet esprit de simplification mélodique sans forcément toucher à l’essentiel.

Les douze titres s’enchainent tranquillement, portés par la guitare toujours aiguisée de John Mitchell et la voix de Paul Manzi. Les claviers de Clive Nolan sont réduits à leurs plus simples expressions (les amateurs sont avertis) et la rythmique déployée par Kylan Amos et Mick Pointer fait le boulot dans une production typiquement estampillée Arena. Entre hard-rock, néo-progressif et heavy tendances gothiques, The Unquiet Sky reste évidemment un album bien fait, bien produit, bien joué, mais sans âme. Il lui manque ce petit quelque chose qui donnerait à ce lot de chansons palotes la possibilité d’emporter le morceau. En l’état, il s’agit d’un album de plus que les fans apprécieront d’ajouter à leur collection mais qui ne devra pas forcément servir de point d’entrée.

Photo : Martin Reijman

ARENA – THE UNQUIET SKY

Arena - The Unquiet Sky (2015)

Titre : The Unquiet Sky
Artiste : Arena

Date de sortie : 2015
Pays : Angleterre
Durée : 55’30
Label : Verglas Music

Setlist

1. The Demon Strikes (5:37)
2. How Did It Come to This? (4:30)
3. The Bishop of Lufford (5:24)
4. Oblivious to the Night (2:47)
5. No Chance Encounter (4:30)
6. Markings on a Parchment (2:19)
7. The Unquiet Sky (5:29)
8. What Happened Before (4:55)
9. Time Runs Out (4:39)
10. Returning the Curse (3:48)
11. Unexpected Dawn (3:52)
12. Traveller Beware (7:40)

Line-up

– Paul Manzi / vocals
– John Mitchell / guitars
– Clive Nolan / keyboards
– Kylan Amos / bass
– Mick Pointer / drums

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires

Une réponse

  1. Maisiat

    Pas du tout d’accord avec cette chronique.
    Regain d’inspiration pour Arena après un décevant Pepper’s Ghost et un
    inégal Seventh Degree of Separation. Le groupe retrouve l’emphase
    mélodique qui lui a fait (quelque peu) défaut précédemment. S’appuyant
    sur un indéniable savoir faire instrumental, le groupe offre à Manzi de
    remarquables parties vocales.
    En dépit de ses 20 ans, Arena porte toujours beau, il demeure un groupe
    très agréable à écouter, et ce, en dépit de multiples changements de
    personnels. Si certains déplorent des évolutions radicales du
    groupe,(à nuancer toutefois selon moi), le groupe reste très
    identifiable et surtout mélodique.
    A ranger tout près de « the visitor » (ah
    Wrightson ! le meilleur à son poste selon moi…) et de « contagion » bien
    évidemment.
    17/20

     
    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.