Agent Fresco - Destrier
4.0Note Finale

Une très bonne amie en qui j’ai une confiance absolue, m’a alerté sur l’existence d’un groupe nommé Agent Fresco, qu’elle avait découvert jouant en “live” au début de l’été à Barcelone en première partie de Pineapple Thief, festival se déroulant sur deux jours durant lesquels se sont produits également Magma, Opeth et mister Steve Wilson. Agent Fresco jouait donc le premier soir à ce prestigieux Be prog espagnol  et mon amie prétendait qu’elle avait vécu  une véritable ˝révélation˝ à l’écoute de ce combo, sur lequel elle avait complètement craqué.

Sans plus attendre, je me suis procuré leur dernier opus Destrier que je me suis écouté en boucle, et effectivement, j’ai vachement apprécié ce disque, dont j’ai particulièrement aimé le final qui est grandiose. Agent Fresco vient d’Islande et c’est la deuxième production que réalise ce groupe nordique et c’est bien de ˝post rock˝ pur jus dont il est question  sur Destrier, qui est malgré tout un album assez éclectique dans son ensemble, et que je découvrais pour la première fois. Le combo avait sorti leur premier disque A Long Time Listening en 2010 que j’ai écouté dans la foulée, et que je trouve légèrement en deçà de ce fameux Destrier. Le visage féminin en décomposition et se métamorphosant  au fronton de la pochette, met tout de suite dans l’ambiance, ce sera une musique qui elle aussi prendra des formes différentes, mais qui a pour vocation de mieux adoucir nos sens.  

Les compos oscillent entre un rock assez nerveux et des titres plus calmes qui à mon avis, sont la marque de fabrique du quatuor.  Le tempo mi lent de ces morceaux est du meilleur gout, il suffit de vous laisser bercer par la voix suave de, Arno´r Dan Arnarson, notamment sur ˝Let Fall The Curtain˝, son timbre vocal prend en plus des reliefs somptueux sur le titre le plus accessible  de l’album ˝Bemoan˝. Ce chanteur  au timbre si particulier et enjôleur, représente à lui seul  un des atouts majeurs d’Agent Fresco. Les deux derniers titres du disque sont quant à eux aussi de toute beauté, tout d’abord ˝Death Rattle˝ qui donne la chair de poule, Arno’r Dan Arnarson se rapprochant  un peu sur ce titre de  Mariusz Duda de Riverside, ce qui pour moi n’est pas une mince référence, j’adore particulièrement ce groupe et ce chanteur avec qui Arnor’r a fortes similitudes.   Je vous ai gardé pour la bonne bouche le dernier morceau ˝Mono No Aware˝, peut être le plus ˝prog˝ dans sa construction, ici on pensera paradoxalement vaguement à Coldplay pour les belles harmonies de piano, mais plus encore à Noend of Mine  dont je me suis remémoré l’ambiance et les climats, ce très bon combo ukrainien que j’avais beaucoup aimé et que j’ai eu la joie de chroniquer il y a peu de temps sur votre site favori.

Bref, ces sept minutes sont superbes, et concluent un excellent album au final. Agent Fresco se plaçant d’emblée en tête des nouvelles formations émergeantes – on les attend de pied ferme car ils viendront à Paris courant octobre en première partie de Katatonia, cette affiche étant tout à fait homogène, on appréciera de fait en live, mais je peux vous dire dores et déjà que j’y serais avec mon amie, car on ne loupera ce concert sous aucun prétexte.

AGENT FRESCO – DESTRIER

Agent Fresco - Destrier (2015)

Titre : Destrier
Artiste : Agent Fresco

Date de sortie : 2015
Pays : Islande
Durée : 51′
Label : SPV

Setlist

1) Let Them See Us
2) Dark Water
3) Pyre
4) Destrier
5) Wait For Me
6) Howls
7) The Autumn Red
8) Citadel
9) See Hell
10) Let Fall The Curtain
11) Bemoan
12) Angst
13) Death Rattle
14) Mono No Aware

Line-up

Arno´r Dan Arnarson (lead vocal)
Þo´rarinn Guðnason (guitar+piano+programming)
Vignir Rafn Hilmarsson (bass, guitar)
Hrafnkell O¨rn Guðjo´nsson (drums+percussion)

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires