Zio - Flower Torania
4.0Note Finale

Après avoir écumé quelques scènes l’an passé, voici enfin la matérialisation discographique de Flower Torania, le premier concept album de Zio. Réunis autour de Jimmy Pallagrosi, on va retrouver un noyau créatif composé d’Olivier Castan (Franck Carducci) aux claviers et de Marc Fascia aux guitares. Toutes les compositions, ainsi que les visuels sont l’œuvre de ces trois lascars qui sont accompagnés à la basse par Lizzie Hayes et Alex Lofoco, bassiste italien virtuose (“Erwin’s Opera” !) installé à Londres. Tout ce petit monde a mis en musique un univers basé sur le monde des jeux vidéo dont nous avions eu un avant-gout grâce aux vidéos dévoilées courant 2019. Pour raconter son histoire, c’est à 4 chanteurs et chanteuses que Jimmy a fait appel, se rapprochant de la démarche d’un Arjen Lucassen avec Ayreon, chaque voix incarnant un personnage. C’est donc Joe Payne et Franck Carducci qui s’occupent des personnages masculins et Hayley Griffiths et Heather Findlay des voix féminines. Le résultat est un album assez inclassable, avec de nombreuses influences, pop (“Interstellar List“, “Erwin’s Opera“), rock (“Inner City Shorroma“, “Jupiter“), métal (“X-Ray“), prog (“Gold and Power“, “Straight Up From Underneth“), mais sans qu’on soit capable de rattacher le disque à un genre particulier, d’autant qu’on peut facilement passer d’un style à un autre au sein du même morceau. C’est donc à un véritable opéra-rock, trépidant comme le jeu vidéo qu’il illustre qu’on est convié. S’il démarre assez calmement (“Ride Along“), le rythme devient rapidement trépidant (“X-Ray“) au fur et à mesure qu’on suit les tribulations d’Alan (Joe Payne), réincarné en héro de jeux video. Avec de nombreux breaks, on passe d’une pop sophistiquée à un quasi métal symphonique au sein du même morceau.

Quel que soit le style abordé, ce qui est frappant, c’est la parfaite complémentarité entre les voix d’Hayley Griffiths et de Joe Payne. Leurs tessitures et timbres s’accordent à merveille et les parties de duos sont vraiment très réussies. De son côté, Franck Carducci est utilisé à contre-emploi avec un rôle de vilain et son chant devient ici assez sardonique pour coller au personnage (“Gold and Power“, “Erwin’s Opera“), Heather Findlay apportant quant à elle une touche féminine plus chaleureuse dans le rôle de l’héroïne à sauver (“Ma Petite Histoire“). Avec Jimmy derrière les futs, on pouvait également s’attendre à une rythmique de feu. Sans être trop puissamment en avant, son jeu me rappelle ici, en un peu plus sobre, ce que Portnoy peut faire avec le Neal Morse Band : un jeu puissant juste quand il faut, mais surtout très varié et qui s’accompagne parfaitement des deux bassistes invités. La bonne surprise vient en fait de Marc Fascia et d’Olivier Castan. Les guitares et claviers sont très présents : la guitare est parfois lourde, limite métal (le final de “Inner City Sharroma” ou celui effréné de “X-Ray“), parfois un peu plus légère avec toutefois beaucoup de technicité (“Straight Up From Underneth“, “Jupiter“)…quant aux claviers, Olivier Castan, co-compositeur de la quasi-totalité place tout son arsenal avec classe: orgue hammond, synthés, piano, tout y passe tout en maintenant un bel équilibre entre les différents instruments solistes. Ajoutons que Cagri Tozluoglu, également ancien comparse de Karnataka a assuré une partie des arrangements et de l’orchestration (“Jupiter“, “Inner City Sharroma” et “Flower Torania“) et vous aurez une bonne image du son de Zio, une sorte de Karnataka plus rock, plus conceptuel, débarrassé de la couche celtique, et dopé à des amphétamines piochées chez Lucassen.

Flower Torania est un album à la fois intéressant et très réussi. Passé une première écoute où on a l’impression que tout part dans tous les sens, tellement le rythme est soutenu et inventif, on se prend au jeu et on dévore l’histoire racontée par le groupe. C’est d’ailleurs un pré-requis pour réellement apprécier l’album : lire le pitch de l’histoire pour suivre les différents personnages au fur et à mesure qu’on entend les vocalistes. Pour un premier disque, Zio nous offre une alternative franco-anglaise plus que crédible à la plupart des albums d’Ayreon, en explorant le même créneau, sur un mode plus festif et léger, ni plus, ni moins … Chapeau !

ZIO – FLOWER TORANIA

Zio - Flower Torania (2020)

Titre : Flower Torania
Artiste : Zio

Date de sortie : 2020
Pays : Angleterre
Durée : –
Label : –

Setlist

1. Ride Along (2:19)
2. X-Ray (6:23)
3. Wings Inside (3:23)
4. Gold and Power (2:35)
5. Straight Up from Underneath (7:04)
6. Jupiter (7:04)
7. Erwin’s Opera (6:49)
8. Inner City Shorroma (7:51)
9. Ma Petite Histoire (1:29)
10. Interstellar List (5:52)
11. Flower Torania (2:06)

Line-up

Hayley Griffiths (Torania), That Joe Payne (Alan), Heather Findlay (Belbi), Franck Carducci (Nato) : Chant – Jimmy Pallagrosi, Batterie – Olivier Castan, Claviers, Piano – Lizie Hayes (2,3,5,8,10), – Alex Lofocco (6,7): Basse – Marc Fascia, Richard Henshall (7) : Guitare, Guitare Lead – Cagri Tozluoglu (6,8,11) : Orchestration – Alfonso Alfano (11) : Accordéon

Votre avis

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.