Yesternight - The False Awakening
4.5Note Finale

Il n’y a pas beaucoup de groupes qui peaufinent leur œuvre pendant 10 ans avant de la présenter au public. Yesternight est de ceux-là. Je ne sais pas si The False Awakening a mis 10 ans à maturer, mais le groupe existe depuis une dizaine d’années et cet album est leur premier. Autant dire qu’avec autant de préparation le groupe polonais fait une entrée tonitruante dans le petit monde du rock progressif mélodique et musclé, ce premier disque s’offrant le luxe, à mon sens, de tutoyer les meilleurs moments de leurs compatriotes de Riverside.

Formé autour du trio Marcin Boddeman (chant), Bartek Wozniak (guitares/claviers) et Kamil Kluczynski (batterie), le groupe est épaulé à la basse par Tomasz Znyk crédité en tant qu’invité et de Karol et Dorota Tomas aux chœurs féminins.  Ce premier disque est un quasi concept explorant les rêves lucides, ces rêves où le dormeur a conscience de rêver et pilote en quelque sorte ses songes. Chacun des titres de l’album va ainsi décrire un de ces rêves, une de ces situations, avec une illustration musicale en rapport avec les circonstances du rêve. En cela, l’album se rapproche du thème de la trilogie Reality Dream de Riverside en général et de Rapid Eye Movement en particulier.  Pour autant, à part le métallique “My Mind“, Yesternight œuvre plus dans le style des deux derniers opus de Riverside ou dans l’atmosphérique marillionesque que dans le métal progressif pur et dur…et c’est tant mieux. La musique proposée par le combo polonais est ainsi un progressif moderne, ou les riffs puissants alternent avec les passages plus subtils, aériens voire poignants.

Après un titre éponyme qui introduit l’album en douceur de façon très floydienne, c’est donc le métallique “My Mind” qui démarre réellement l’album… Gros son, grosse production, batterie énergique alternance de riffs rageurs et d’arpèges plus softs sont au programme de ce titre qui sera donc le plus énervé du disque. “Who You Are” avec une intro aérienne toute en percussion nous emporte dans les limbes du sommeil … Cet aspect est souligné par des synthés syncopés, plus petit à petit le morceau se fait de plus en plus mélodique et on découvre ce qui fait la force du groupe et qui sera le fil rouge de l’écoute : une guitare virtuose qui joue sur tous les registres. On avait découvert le coté rageur, la suite avec en particulier les soli de “Solitude” sont à pleurer et montrent autant de technicité que de sensibilité et de feeling dans leur exécution… Ce morceau, avec “Yesternight” est un des sommets de l’album. Steve Rothery et le regretté Piotr Grudzinski ne sont pas très loin. “About You” poursuit dans cette veine de progressif musclé, inventif avec un final symphonique, presque classique qui conduit à “To Be Free” un titre très calme, acoustique amené par un intro au piano acoustique… Ici c’est Anathema qui émerge clairement des influences digérées par le groupe.  Le final de l’album avec “Lost” lorgne du côté des dernières productions d’Opeth avec un rock progressif sombre, vintage dans son ambiance générale (riffs classiques, mellotron) mais avec une touche de modernité apporté par les synthés proches d’une boite à rythme. Le long “Just Try !” est lui séparé en deux partie bien distinctes, avec une première moitié dans la lignée du titre précédent et 6 minutes quasi-instrumentales pour terminer ou tournoient claviers floydiens tout en nappes et surtout un thème de guitare virevoltant qui emporte le morceau très loin. Encore une fois Bartek Wozniak (qui co-signe la totalité des titres) démontre que technique et feeling peuvent aller de pair…

Ce disque est un grand disque de néoprogressif. Non seulement parce que pour une premier album, il se paye le luxe d’être dans le haut du panier, mais aussi parce que si ce groupe continue sur cette lancée on aura de nouveau un groupe de classe mondiale venant de Pologne. Si la Scandinavie est la terre de prédilection du progressif ‘classique‘, la Pologne devient de plus en plus celle du ‘neoprogressif classieux‘. On en redemande !

 

Photo : Paweł Przybyszewsk

YESTERNIGHT – THE FALSE AWAKENING

Yesternight - The False Awakening (2018)

Titre : The False Awakening
Artiste : Yesternight

Date de sortie : 2018
Pays : Pologne
Durée : –
Label : 12 Sounds Production

Setlist

01. The False Awakening, 02. My Mind, 03. Who You Are, 04. Solitude, 05. About You, 06. To Be Free, 07. Yesternight, 08. Lost, 09. Just Try !

Line-up

Bartek Woźniak (Guitares / Claviers), Kamil Kluczyński (Batterie), Marcin Boddeman (Chant), Tomasz Znyk (Invité)

 

A propos de l'auteur

Articles similaires