Troy Donockley - The Madness Of Crowds
4.5TOP 2009

Quand on l’écoute sur ses flûtiaux magiques, Troy Donockley donne l’impression de marcher en équilibre sur le fait d’un toit perché à flan de montagne. L’horizon à découvert. L’ancien pilier multi-instrumentiste (il excelle également sur bouzouki, mandoline, guitare, saxophone et percussions) de la formation celtique Iona et actuel souffleur chez Nightwish est ainsi devenu incontournable pour contraster les accents folkloriques des productions qui effleurent le genre (Eureka, Mostly Autumn, The Enid, Dave Bainbridge, Mermaid Kiss, Magenta…).

Pour son troisième album solo, le périple musical qu’il nous propose est pour le moins dépaysant et profondément orchestral ; Quelque part entre Mike Oldfield, Dead Can Dance et Ennio Morricone (!). Et l’introduction est saisissante. D’abord la voix féminine, angélique, soprano mystique qui place immédiatement le curseur dans le sublime (« The Madness of Crowds ») avant une seconde partie aux percussions lancinantes, aux guitares distordues contrastant avec un chant toujours sensuel. Sans jamais taper dans le clinquant et sous des arcs-en-ciel de rêve, la suite s’enveloppe autour de guitares acoustiques (« Reeds »), électriques (« The Procession »), de piano et de violoncelle tout en spleen (« Exiled ») et brise le format chanson avec l’aventure « Now Voyager », à la fois inquiétante, légère, euphorique.

Parce que l’on croit en cette musique là, à la fois périlleuse et bourrée de sentiments, on (re)découvre un compositeur exceptionnel, capable de tenir la longue instrumentale « Orkahaugr » dans un schéma qui nous entraîne sur un fleuve périlleux, bordé d’herbes rendues folles par des vents de liberté. Pour un tel morceau, on lâcherait toute sa musette musicale mensuelle. Ce grand moment, touché par la grâce, donne le ton définitif d’un disque hors de son époque. En terminant sur le romantique « End Of Faith », Troy Donockley prouvait son excellence dans la production, de bout en bout splendide, et dans l’art d’être bien accompagné : en témoigne la présence des divines Joanne Hogg (Iona), Heather Findley (Mostly Autumn) et Barbara Dickson. Ce trio confère à ce Madness of Crowds (superbement packagé par Tim Martindale) le sceau du majestueux indispensable pour en faire un grand, un très grand album.

TROY DONOCKLEY – THE MADNESS OF CROWDS

Troy Donockley - The Madness of Crowds (2009)

Titre : The Madness of Crowds
Artiste : Troy Donockley

Date de sortie : 2009
Pays : Angleterre
Durée : 51’26
Label : Lantern Music

Setlist

1- The Madness of Crowds (8.54)
2- Reeds (5.15)
3- Exiled (5.16)
4- Now, Voyager (9.13)
5- The Procession (3.14)
6- Orkahaugr (11.18)
7- End of Faith (8.16)

Line-up

Troy Donockley: Uilleann Pipes, Low & High Whistles, Acoustic & Electric Guitars, Bouzouki, Keyboards, Mandolin, Percussion and voice.
Nick Holland: Voice
Brad Lang: Double Bass & Fretless Bass
Frank Van Essen: Violins, Viola, Drums & Percussion
Rosie Biss: Cello
Barbara Dickson: Voice
Heather Findlay: Voice
Joanne Hogg: Voice

Harp: Lucy Muir – Oboe: Daniel Gregg – Clarinet: Peter Carter
Flute: Vita Dowd – Bassoon: Martin Vanderhoff

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires