Tool - Fear Inoculum
4.3TOP 2019

Avec cinq albums seulement au compteur et une attente, interminable, de plus de 13 ans, la formation ferrugineuse Tool aura largement mérité son statut de groupe culte dotée d’une discographie sans anicroche. Pour célébrer ce retour en fanfare, avec tambours et sans trompettes, Fear Inoculum ne fait pas dans la légèreté et déboule sept titres étalés sur pratiquement 80 minutes. Costaud ! Dans des arcanes soniques toujours énigmatiques et baignées de vaporeux, nos quatre zigotos construisent un nouveau monument inclassable. Atmosphérique, métal, les arrangements complexes et sans complexes de l’album leur permettent de tout se permettre, et de revenir dans les sentiers des immenses Ænima (1996) et Lateralus (2001).

Maynard James Keenan, Adam Jones, Justin Chancellor et Danny Carey ne surprendront pas les amateurs, ok, mais leur capacité à tenter demeure assez acidulé pour offrir ses moments hors du cadres (l’instrumentale électro-frappée « Chocolate Chip Trip ») tout en restant en droite ligne avec l’esprit de l’album. Le temps aura également fait son œuvre. Les musiciens ont eu l’occasion de fureter ici et là au gré de projets et collaborations annexes (Puscifer, A Perfect Circle, Intronaut etc.), de maturer et c’est aussi ce qui ressort des thématiques abordées. Pas forcément centré sur le concept de peur en tant que tel, l’album aborde cette notion de résilience et d’acceptation de ce que l’on est devenu. Le tout articulé autour du chiffre 7, qualifié de parfait et très présent dans la « mystique ».

 

“J’ai l’impression que l’album traite de la sagesse à travers l’âge et l’expérience. Heureusement, en vieillissant, vous devenez plus sage grâce à certaines des choses que vous avez vécues. Vous apprenez de vos erreurs et de vos succès. Donc, s’il y a quelque chose qui caractérise cet album, c’est ce phénomène de faire le point sur sa vie et de s’accepter ici et maintenant.” – Maynard James Keenan

 

L’individu (« Invicible ») comme l’humanité sont dans la ligne de mire (« Descending ») et l’on passe musicalement des transes hypnotiques (« Fear Inoculum ») au tempêtueux (« Pneuma ») en passant par les longs discours (le quart d’heure de « 7empest ») sans jamais donner l’impression d’hésiter. La peur est au centre mais ne transpire jamais. Mieux, l’album triture dans les détails, joue du rock progressiste contemporain (Mariusz Duda en cousinage direct avec Riverside appréciera), entremêle les abstractions et nécessitera d’y revenir pour explorer ses profondeurs et en saisir toute la subtilité.

ENGLISH VERSION

With only five albums and an endless wait of more than 13 years, the ferruginous band Tool will have largely earned its status as a cult band with a discography without any weakness. To celebrate this comeback with a musical big bang, Fear Inoculum is not being light-hearted and is releasing seven tracks spread over almost 80 minutes. Heavy-duty! In sonic arcanas that are always enigmatic and bathed in vapours, our four friends are building a new unclassifiable piece of music. Atmospheric, metal, the album’s complex and uncomplicated arrangements allow them to do whatever they want, and so, to return to the paths of the immense Ænima (1996) and Lateralus (2001).

Maynard James Keenan, Adam Jones, Justin Chancellor and Danny Carey will not surprise fans, okay, but their ability to try remains strong enough to offer their moments out of the box (like the instrumental “Chocolate Chip Trip“) while staying in line with the spirit of the album. But time will also have done its work. The musicians had the opportunity to play here and there through related projects and collaborations (Puscifer, A Perfect Circle, Intronaut etc.), to mature thmelves and this is also what emerges from the themes discussed. Not necessarily centred on the concept of fear as such, the album addresses this notion of resilience and acceptance of what we have become. All this is articulated around the number 7, described as perfect and very present in “mystic” world.

The individual (“Invicible“) as well as humanity are in the line of fire (“Descending“) and we musically move from hypnotic trance (“Fear Inoculum“) to stormy passages (“Pneuma“) through long speeches (the quarter of an hour of “7empest“) without ever giving the impression to hesitate. Fear is at the centre but never sweats. Better yet, the album work in detail, plays contemporary progressive rock (Mariusz Duda from Riverside will appreciate it), plays with abstractions and will require to listen it again and again to explore its depths and grasp all its subtlety.

TOOL – FEAR INOCULUM

Tool - Fear Inoculum (2019)

Titre : Fear Inoculum
Artiste : Tool

Date de sortie : 2019
Pays : États-Unis
Durée : 79’10
Label : –

Setlist

1. Fear Inoculum (10:20)
2. Pneuma (11:53)
3. Invincible (12:44)
4. Descending (13:37)
5. Culling Voices (10:05)
6. Chocolate Chip Trip (4:48)
7. 7empest (15:43)
– Video – Recusant Ad Infinitum

Bonus tracks on download only:
8. Litanie Contre La Peur (2:14)
9. Legion Inoculant (3:10)
10. Mockingbeat (2:05)

Line-up

– Maynard James Keenan / vocals

  • Adam Jones / guitar
  • Justin Chancellor / bass
  • Danny Carey / drums, percussion

With:
– Brian Lustmord / sounds & Fx (6)

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.