Tim Bowness - Lost in the Ghost Light
4.3TOP 2017

En prenant le parti de jouer sur la corde autobiographique d’un concept, simple, qui nous parle de la vie d’un musicien, Tim Bowness explore une nouvelle fois la veine mélancolique qu’il sait arpenter avec une rare élégance, que ce soit en solo, en groupe (Henry Fool), ou en duo avec Steven Wilson (No-Man). L’ombre bienveillante de ce dernier plane d’ailleurs souvent sur cet opus bourré d’émotions, qui n’hésite pas à convier les proches (Colin Edwin, Bruce Soord, Hux Nettermalm, Ian Anderson, David Rhodes, Kit Watkins et quelques autres) pour donner de la chair à des mélodies pleines de frissons. Des regards sur le passé (« Worlds of Yesterday ») d’où surgit la voix, en apesanteur, de Bowness, avec ces aspérités atmosphériques et quelques élans seventies qui semblent échappés d’un prog-rock « classique » mais diablement efficace. A cette image, la suite de l’album déroule son attachement pour un genre musical estampillé grande époque, avec les arrangements d’aujourd’hui. Cela donne des apartés plus surprenantes pour notre ami (« Kill the Pain That’s Killing You », « You Wanted to be Seen »), des fulgurances d’énergie brute, assez exceptionnelles avant que l’album ne rejoigne les rives d’un calme de façade. Quelque chose de plus contemplatif, mais pas moins prégnant (« Distant Summers »). En taquinant le genre avec des musiciens exfiltrés de ses différentes époques (Jethro Tull, Camel, Porcupine Tree, The Pineapple Thief), Tim Bowness réussit une synthèse qui force le respect. On pourra lui reprocher un chant monolithique, trop vaporeux peut-être, trop évanescent, mais c’est bien le style qu’il défend ici et sur ses autres projets. Ceux qui n’apprécient habituellement pas ne seront pas plus convaincus. Les autres retrouveront quant à eux de quoi répondre aux atermoiements de l’âme, dans un spleen musical moins dépressif qu’à l’accoutumé mais toujours aussi inspiré. Dans le genre, Lost in the Ghost Light est une vraie, belle, réussite.

TIM BOWNESS – LOST IN THE GHOST LIGHT

Tim Bowness – Lost in the Ghost Light (2017)

Titre : Lost in the Ghost Light
Artiste : Tim Bowness

Date de sortie : 2017
Pays : Angleterre
Durée : 43’28
Label : InsideOut

Setlist

1. Worlds of Yesterday (5:41)
2. Moonshot Manchild (8:58)
3. Kill The Pain That’s Killing You (3:44)
4. Nowhere Good To Go (4:46)
5. You’ll Be The Silence (9:01)
6. Lost In The Ghost Light (1:40)
7. You Wanted To Be Seen (5:32)
8. Distant Summers (4:06)

Line-up

– Tim Bowness / vocals, keyboards, guitar, programming
With:
– Stephen Bennett / Keyboards, Additional Guitars (1,2,4,5)
– Bruce Soord / Guitars (1,3,5,7,8) Backing Vocals (1)
– Colin Edwin / Electric, Fretless and Acoustic Bass Guitars
– Hux Nettermalm / Drums (1,2,5)
– Andrew Booker / Drums (3,4,7,8)
– Ian Anderson / Flute (8)
– Steve Bingham / Violin (7,8)
– Charlotte Dowding / Violin Ensemble (3,4,5)
– Andrew Keeling / String Arrangements (3,4,5) Flute (3,4,5), Acoustic Guitars (4)
– David Rhodes / Guitar (3)
– The ‘unknown’ Pete Smith / Rickenbacker Bass (7)
– Kit Watkins / Flute (1,6) Waterphone (6)