The Rome Pro(g)ject - Exegi Monumentum Aere Perennius
4.0Note Finale

Bon an mal an, Vincenzo Ricca poursuit son évocation musicale de la Rome antique. Le troisième volet de cette série, et peut-être le dernier, s’attache à la culture et aux monuments que nous a laissés Rome après nous avoir présenté la naissance de la cité et sa grandeur passée. Toujours fidèle à son principe de line-up ‘all-stars’, Vincenzo Ricca (claviers, compositions) s’est ici entouré des indispensables Steve Hackett (guitares électriques et classique), Nick Magnus (piano), David Cross (violon), David Jackson (saxes et flûtes), John Hackett (flûte), Franck Carducci (basse et guitare 12 cordes), Roberto Vitelli (basse) et Daniele Pomo (batterie).  La voix du regretté Francesco Di Giacomo (Banco, décédé en 2014) réapparaît sur les morceaux bonus en reprise de ses interventions du premier album. Ces titres bonus, co-écrits avec S. Hackett sont des inédits du premier volume et viennent compléter les 10 autres titres.

L’album évoque donc la fin de l’empire romain et les vestiges monumentaux qu’il nous a lassé et qui ont duré plus longtemps que le bronze de leurs armes (traduction du titre latin). Le disque démarre et se termine par deux pièces de piano classique signées Nick Magnus (“Proemium” et “Epilogus“), quasiment des sonates de musique classique. Hormis ces titres d’introduction et de conclusion on retrouve le progressif symphonique instrumental classieux habituel des albums de Rome Pro(g)ject. En particulier le morceau titre, monument (c’est le cas de le dire), de plus de 12 minutes, où Steve Hackett démontre une fois de plus toute sa classe et son feeling au service d’un titre écrit sur-mesure et dont la progression, lente et majestueuse, explose finalement en un final digne de “Shadow of the Hierophant“. Après ce titre qui laisse sur les genoux, l’ambiance change du tout au tout avec l’entrée en scène de David Jackson. De fait “Once were Romans” sonne par moment très Van der Graaf, avec des parties de sax un peu dissonantes et torturées. Une curiosité dans un ensemble globalement très harmonieux. “Of Myths and Gods” est très Genesis période 76/77 avec Franck Carducci qui brille sur ce titre, comme sur “Exigi Monumentum“,  aux guitares et basse et John Hackett qui conduit l’ensemble à la flûte. “476 A.C.” est dédié à John Wetton, avec une formation resserrée autour de Cross, Ricca et Pomo uniquement et une atmosphère qui évoque UK. Avant de s’achever sur l’épilogue et les bonus, le disque propose une longue suite de 15mn découpée en 4 parties : “Aere Perennius” (Bronze). A la fois d’inspiration Genesis (sur la partie 1) ou ELP (sur la partie 2 dédiée à Emerson), grâce à un dialogue synthés/moog taurus , c’est aussi des influences de la période symphonique de King Crimson qu’on va ressentir au travers des interventions de David Cross ou David Jackson. Par contre on est loin d’une simple copie, la patte de Vincenzo Ricca est omni-présente sur tout l’album, mais les influences ressortent de façon ponctuelles, en filigrane, appuyées par son illustre backing band. A part “Once were romans“, auquel j’ai un peu moins accroché, on tient ici probablement le disque le plus réussi de la trilogie. En tout cas pour tout le reste, chapeau messieurs !

THE ROME PRO(G)JECT – EXEGI MONUMENTUM AERE PERENNIUS

The Rome Progject - Exegi Monumentum Aere Perennius (2017)

Titre : Exegi Monumentum Aere Perennius
Artiste : The Rome Pro(g)ject

Date de sortie : 2017
Pays : Italie
Durée : 57’29
Label : 12 Sounds Production

Setlist

1. Proemium (2:04)
2. Exegi Monumentum (12:45)
3. Once Were Romans (5:49)
4. Of Myths And Gods (5:05)
5. 476 A.C. (Song For Wetton) (5:41)
6. Aere Perennivs I (1:36)
7. Aere Perennivs II (Song For Emerson) (4:13)
8. Aere Perennivs III (4:31)
9. Aere Perennivs IV (4:24)
10. Epilogus (1:15)
– BONUS TRACKS :
11. Ab Urbe Condita (2:18)
12. Non Omnis Moriar (3:15)
13. Down To The Domus Aurea (demo) (4:33) 

Line-up

– Vincenzo Ricca / keyboards, composer, arranger, producer
AND
– Steve Hackett / electric & Classical guitars
– Nick Magnus / piano
– David Jackson / saxophone & flute
– John Hackett / flute
– David Cross / electric violin

With:
– Franck Carducci / 12-string guitar & bass
– Paolo Ricca / electric guitar
– Roberto Vitelli / bass, Moog Taurus pedals
– Daniele Pomo / drums
– Francesco Di Giacomo as Titus Livius