The Gift - Why The Sea Is Salt
4.0Note Finale

Voici un disque qui ne quitte pas ma platine depuis que je l’ai découvert un peu par hasard il y a un mois, en effet The Gift est un groupe dont j’ignorais totalement  l’existence mais qui avec ce premier album Why The Sea Is Salt aura gagné toute ma confiance et suscitera aussi chez vous je l’espère de la curiosité. La très belle pochette de cet album aura aussi été un élément déterminant dans mon choix et sur mon appréciation, ce n’est pas toujours un gage de qualité, on en a tous fait les frais,  mais cette fois ci la musique est en parfaite adéquation avec la peinture représentée au-devant de cette galette.

Why The Sea Is Salt, s’insère dans la droite ligne d’une musique progressive dans ce qu’elle a de plus noble, et les premiers accords de piano donnent le ton d’une œuvre conceptuelle Why The Sea Is Salt,  qui serait née à l’origine, d’un compte scandinave assez ancien. Les six musiciens composant The Gift sont largement à la hauteur de leurs ambitions musicales qu’ils développent avec ferveur sur ce premier opus se savourant de bout en bout sans temps mort. The Gift se compose de cinq musiciens anglais et d’un claviériste italien, particulièrement inspiré Gabriele Baldocci. Les deux membres fondateurs de The Gift sont respectivement le chanteur Mike Morton et le guitariste (très doué) Dave Lloyd, ils forment avec les autres le sextet idéal pour ce genre d’entreprise périlleuse que représente l’élaboration d’un album de cette trempe.

Le chiffre six se confirme dans le nombre de morceaux figurant sur ce disque – tous très bons au demeurant – seul le magnifique titre d’ouverture “At sea” se voit repris en conclusion de l’album. Il est à préciser aussi que deux guitaristes de génie (Steve Hackett et Anthony Phillips) font partie du line up, et si ils ont répondu présent, c’est qu’ils sentaient bien qu’il y aurait de la matière, ces deux virtuoses ne se déplacent pas pour rien. Mais le jeu en valait la chandelle. Ils n’interviendront d’ailleurs uniquement  que sur le quatrième morceau “The Tallest Tree”, donnant une ampleur genesissienne à cette composition déjà hyper mélodique à la base. Mais c’est très certainement la pièce maitresse de plus de vingt minutes “All These Things”  qui marquera le plus les esprits. C’est à coup sûr cette composition “fleuve” qui déterminera la puissance de cet album, et ce par la force déployée – l’intensité de cette compo à tiroirs, et ses nombreux rebondissements, s’inscrit d’emblée au panthéon des “épics” qui ont jalonné la musique progressive toutes périodes confondues.

La force de The Gift réside dans le fait que les musiciens  s’imprègnent musicalement de leurs ainés en y incluant leur modernité (relative), puis en y insufflant leur inspiration “post/prog”. On peut imaginer, voire souhaiter un début de mouvement qui évoluerait dans ce sens, et qui incarnerait cette forme de progrès. The Gift en serait un de ses représentants les plus brillants et un des magnifiques fleurons de cette nouvelle école anglaise, pourtant déjà tellement riche, mais on est rassurés, la source n’est pas tariee.

THE GIFT – WHY THE SEA IS SALT

The Gift - Why the Sea is Salt (2016)

Titre : Why The Sea Is Salt
Artiste : The Gift

Date de sortie : 2016
Pays : Angleterre
Durée : 54′
Label : Bad Elephant Music

Setlist

1. At Sea
2. Sweeper of Dreams
3. Tuesday’s Child
4. The Tallest Tree
5. All These Things
6. At Sea (Reprise)

Line-up

– Mike Morton / lead vocals
– Dave Lloyd / guitars, vocals
– Leroy James / guitars, vocals
– Gabriele Baldocci / keyboards
– Stefan Dickers / bass
– Neil Hayman / drums

Guest musicians on “The Tallest Tree”:
– Steve Hackett / lead guitar
– Anthony Phillips / 12-string guitar
– Peter Jones / Irish whistle

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.