The Gathering - The West Pole
3.8Note Finale

C’est marrant comme les choses changent tout en restant les mêmes. Prenez The Gathering : groupe sans complexe qui s’était déjà réinventé autour de la chanteuse Anneke Van Giersbergen, dépassant un style death pour amateur de karaoké gothique vers une floraison atmosphérique aux aspérités métalliques.

Le départ de la jeune femme après Home (2006) aurait pu abandonner les hollandais à la longue litanie des groupes pantouflards en mal de tête de gondole. Dans le rôle, pas facile, de la remplaçante au casting, la norvégienne Silge Wergeland (Octavia Sperati) couvre l’horizon sonore pour nous sortir de la torpeur languide habituelle. En ce sens, faut-il se fier à « When Trust Becomes Sound », instrumentale longiligne qui débute idéalement ce West Pole ? Pas vraiment. Car le versant pop qui boucle les premiers titres, assez timides, adoucis une musique faite pour se dispercer.

Passé l’étape du morceau titre, sorte de post-rock atmosphérique posé, l’album trace enfin dans le sillon ambitieux. Douceur des cordes (« No Bird Call »), sonorités apaisées (« Capital Of Nowhere »), piano-voix contemplatif (« You Promised Me A Symphony »), sentiment de spleen déchirant (« Pale Tracks »). Autant de raisons d’adopter ce Gathering, loin de la retraite anticipée. En parvenant à gloutonner un rock plus clinquant (« No One spoke »), voire haletant (« A Consultant Run »), on se dit même que la parenthèse d’une nouvelle ère s’est ouverte avec cet album bien paysagé dont le challenge vocal aura raison du plus suspicieux. Au petit jeu des belles voix, Silge Wergeland venait à coup sûr de marquer de précieux points. Elle tiendra la rampe sur l’album suivant, Disclosure (2012) avant de passer le micro à Bart Smits sur Afterwords (2013). L’histoire se répète.

THE GATHERING – THE WEST POLE

The Gathering - The West Pole (2009)

Titre : The West Pole
Artiste : The Gathering

Date de sortie : 2009
Pays : Pays-Bas
Durée : 53’16
Label : Psychonaut/Suburban

Setlist

1. When Trust Becomes Sound (3:53)
2. Treasure (4:06)
3. All You Are (4:34)
4. The West Pole (6:35)
5. No Bird Call (5:38)
6. Capital of Nowhere (6:35)
7. You Promised Me A Symphony (3:54)
8. Pale Traces (7:46)
9. No One Spoke (4:32)
10. A Constant Run (7:43)

Line-up

– Silje Wergeland/vocals
– Marjolein Kooijman/bass
– Frank Boeijen/kyboards
– Hans Rutten/ drums
– René Rutten/guitars

Guests:
– Anne van den Hoogen/vocals
– Marcela Bovio/vocals

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires