The Eden House - Songs For The Broken Ones
4.0Note Finale

Voici l’album d’un projet passionnant nommé The Eden House qui est incarné par ses membres permanents Stephen Carey et Tony Pettitt, multi instrumentistes et transfuges de Fieds Of The Nephilim et de la nouvelle école anglaise initiée par les Icon et NFD, (entre autres), deux formations dont nous n’avons pas trop l’habitude de parler. Ce binôme n’était pas encore arrivé jusqu’à nos oreilles, c’est à présent chose faite avec leur nouvel opus Songs For The Broken Ones. Il s’agit en fait d’un collectif créé en 2009 dont c’est ici le troisième opus. A ce duo s’adjoignent souvent des chanteurs/chanteuses. C’est encore le cas ici et l’on constate que la liste de compétences au service de ce disque se nomment Monica Richards (Faith & Muse), une habituée, la magistrale Lee Douglas (Anathema), Kelli Ali, Louise, Crane, ou bien Meghan Noel Pettitt (épouse de Tony). Les voix ne sont pas les seules invitées de l’histoire, puisque d’autres figures font ici leur apparition sur le plan des instrumentations, comme Simon Hinkler (The Mission). Pour cette nouvelle création Songs Of The Broken Ones, les choses ont un peu évolué, et dans le bon sens car dans les climats et surtout dans la musique et les vocaux, The Eden House s’apparenterait plus à Anneke dans sa plus belle période Gathering.

On ressent les même bonnes vibrations que dans l’ancien combo d’Anneke, qui a produit avec le groupe hollandais de fabuleux albums, et qui ont profondément marqués le paysage musical européen. On attend d’ailleurs de pied ferme le nouveau projet d’Anneke, qui systématiquement sort des sentiers battus en nous offrant le meilleur d’elle même. Le premier titre de ce nouveau THE est très entraînant, puis est chanté en espagnol, pour le reste, c’est évidement interprété en anglais et toujours au féminin, qui est apparemment une des caractéristiques et la marque de fabrique de The Eden House.

Les grandes qualités de cet albums résident dans des sphères lointaines côtoyant l’orbite appelée souvent “gothique “,mais de manière péjorative et infondée, pourtant de ce mouvement les deux créateurs Carrey et Pettitt en ont tiré la quintessence sur ce disque. On devra aussi mentionner le visuel de la très belle pochette de ce disque( quasi copiée/collée à celle du dernier album d’Ashby Fragmental), et qui a été conçue dans un axe artistique surréalisto/fantastique du plus bel effet. Le visage en décomposition et se métamorphosant est une constante (et bien heureusement) de pas mal de créateurs contemporains similaires se situant dans la mouvance d’un Dali, voire du gigantesque artiste polonais Siudmak à qui l’on doit des œuvres fabuleuses, et qui se trouvent tout fait en adéquation avec la musique qui nous passionne.

Revenons à la musique proprement dit de ce bien bel ”obscur objet du désir”, pour paraphraser le grand cinéaste Luis Bunuel. Les accords de guitare de ”12th Night” feront penser aussi à Robert Smith de The Cure avec ces atmosphères inhérentes à la grande et énigmatique Lisa Gerrard de Dead Can Dance, que l’on peut ressentir notamment à l’écoute de “Second Skin“ et sur plusieurs autres titres. Que de bonnes références pour cet album original à tout point de vue. On peut affirmer que dans son ensemble ce disque est envoûtant à bien des égards, et par sa forte impulsion musicale, il risque sûrement de hisser The Eden House sur les hautes marches d’un podium, qu’ils ont à leur portée et qu’on leur souhaite de tout cœur très proche. Le talent sera-t’il enfin reconnu ?

THE EDEN HOUSE – SONGS FROM THE BROKEN ONES

The Eden House - Songs For The Broken Ones (2017)

Titre : Songs For The Broken Ones Band
Artiste : The Eden House

Pays : Angleterre
Durée : 68′
Date de sortie : 2017
Label : Jungle Records

Setlist

1 – Verdades
2 – On Heart
3 – Misery
4 – 12th Night
5- The Ghost of You
6 – Ours Again
7 – It’s Just A Death
8 – Words and Deeds
9 – Let Me In
10 – Kiss Kiss Bang Bang
11 – Second Skin
12 – The Ardent Tide

Line-up

Stephen Carrey – synthés, guitares programing
Tony Pettitt – synthés , programing
Simon Hinkler -bass
Lee Douglas – chant
Kelli Ali – chant
Monica Richard – chant
Louise Crane – chant
Meghan Noell Pettitt – chant

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany