The Danish Girl
4.5TOP 2016

J’avoue humblement que je méconnaissais totalement l’acteur Eddie Redmayne que j’ai découvert par hasard dans cet extraordinaire film qu’est The Danish Girl tiré librement du roman éponyme de David Ebershof que je n’avais évidemment pas lu.

C’est en se référant à une histoire vraie que Tom Hooper a construit le scénario (écrit par Lucunda Coxon) et qu’il signe avec « The Danish Girl » un film brillant et émouvant – les deux personnages principaux y sont éblouissants, l’action de déroule donc au Danemark dans les années 30 et ça raconte l’itinéraire d’un « transgenre » et ce par l’angle d’un couple dont l’un des deux fut le premier homme à devenir femme C’est donc l’histoire de Gerda interprétée par Alice Vikender et d’Einar Wegener dont le rôle est tenu par le formidable Eddie Redmayne qui avait obtenu un oscar bien mérité en 2015 et ce pour son incarnation du physicien Stephen Hawking dans « Une merveilleuse histoire du temps ».

Petite précision, Tom Hooper avait déjà réalisé six films pour le cinéma auparavant et plusieurs téléfilms, et dont seul Le Discours d’un Roi en 2010 (certainement le plus connu, et ayant eu le plus gros succès au box-office) était parvenu jusqu’à moi. De ce fait c’est avec un œil vraiment neuf que j’ai visionné ce biopic  The Danish Girl qui d’ailleurs fut primé à la Mostra de Venise l’année dernière et que je qualifierai de chef d’œuvre et qui restera à mon sens un monument du cinéma du vingt et unième siècle, tous styles confondus.

Je m’explique, tout est réussi dans cet ouvrage qui est filmé de main de maitre par Hooper, la photo est ultra léchée, les acteurs sont touchés par la grâce, avec en tête le mari Einar/Lili, joué par Eddie Redmayne bien sûr, mais secondé par l’actrice principale Alice Vikender qui interprète sa femme, contemplant son époux en pleine mutation, elle est quelque part son double – l’actrice y est elle aussi prodigieuse. Ce même Eddie Redmayne incarne ici ce personnage trouble et troublant, (Lili) mal sa peau et désirant ardemment changer de sexe par tous les moyens possibles et ce jusqu’à l’infini, on a le sentiment très étrange de sentir au fil des images apparaître peu à peu sa transformation, et ce jusqu’à l’opération finale et destructrice. Le réalisateur Tom Hooper lui a confié ce très beau rôle éprouvant et particulièrement singulier, permettant à ce grand acteur de révéler ici tout son talent, (comme c’était certainement le cas avec « Une merveilleuse histoire du temps»), film que je vais m’empresser de visionner.

On assiste au basculement de Redmayne vers la féminité, souvent suggéré par le trait de son épouse- peintre, Gerda / Alice Vikender, (elle aussi très énigmatique), mais c’est surtout par leur double jeu puissant que les acteurs nous émeuvent et nous fascinent. Cette longue quête de recherche d’identité dans l’espace-temps, et cette longue métamorphose permettent à Eddie Redmayne et par ricochet au film « Danish Girl » de se hisser d’emblée au firmament du septième art.

Le sujet évoqué reste malgré tout très contemporain et l’on est happé par la construction et la réalisation de Tom Hopper qui viendra à bout de son sujet et finira par appréhender les contours et les émotions suscitées par les deux acteurs principaux totalement impliqués et imprégnés dans cette grande fresque. Le cinéaste définit parfaitement la complexité résidant dans la métamorphose d’Einar/Lili qui s’achemine petit à petit vers un corps nouveau, ce changement de sexe est subtilement filmé, souvent en demi-teinte, et signalons encore l’énorme performance d’acteur de Redmayne, nommé quand même au Golden Globes 2016. Signalons aussi l’apport d’une très jolie musique composée par le français Alexandre Desplat très prisé dans le cinéma anglo saxon et à qui l’on doit les B O des « Harry Potter » et de Imitation Game (entre autres) encore un film très fort et très intensecette musique souligne un peu plus encore ce film inoubliable.

Si vous n’avez pas encore vu The Danish Girl, un conseil : courrez vers le cinéma le plus proche de chez vous – ce film ne doit se rater sous aucun prétexte.

THE DANISH GIRL de TOM HOOPER

The Danish Girl - Tom Hooper (2015)

Titre : The Danish Girl
Titre original : The Danish Girl

Réalisé par : Tom Hooper
Avec : Eddie Redmayne, Alicia Vikander, Matthias Schoenaerts, Amber Heard…

Année de sortie : 2015
Durée : 120 minutes

Scénario : Lucinda Coxon2 d’après The Danish Girl de David Ebershoff
Montage : Melanie Oliver
Image : Danny Cohen
Musique : Alexandre Desplat
Décors : Eve Stewart

Nationalité : États-Unis
Genre : Drame
Format : Couleurs – 35 mm – 2,35:1 – Son Dolby numérique

Synopsis : The Danish Girl retrace la remarquable histoire d’amour de Gerda Wegener et Lili Elbe, née Einar Wegener, l’artiste danoise connue comme la première personne à avoir subi une chirurgie de réattribution sexuelle en 1930. Le mariage et le travail de Lili et Gerda évoluent alors qu’ils s’embarquent sur les territoires encore inconnus du transgenre…

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany