The Beatles - Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band
5.0chef-d'œuvre

Pile un demi-siècle après sa sortie (une paille !), arrive en ce joli mois de mai peut être le plus célèbre album de « pop musique » toutes périodes confondues, s’agissant de l’emblématique Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band  des non moins emblématiques Beatles. Album mythique s’il en est, qui a été maintes et maintes fois cité en référence et dont tout le monde s’accorde à penser qu’il pouvait être qualifié de chef d’œuvre d’inventivité, sur lequel le duo Lennon/Mc Cartney a écrit de fabuleuses compositions parfaitement mises en valeur et en forme par George Martin. Celui qu’on avait tendance (souvent avec raison) à considérer comme un élément essentiel, travaillait dans l’ombre du groupe, mais leur a apporté tellement de « couleurs sonores« , enrichissant parfaitement la musique, qu’il fut aussi appelé le cinquième Beatle.

Ici, ce n’est pas une (comme sur la version originale) mais bien deux galettes qui nous sont proposées pour cette réédition appelée Remaster De luxe Edition. Les bandes originales de ces albums ont été largement nettoyées et restaurées par le propre fils de George Martin, Giles Martin qui, avec l’aval des deux membres du groupe encore en vie ainsi que des veuves Lennon/Harrison, a accompli un véritable travail d’orfèvre. Car ce que l’on entendait jadis dans ce magnifique album n’était que les enregistrements « mono » vaguement traduits et assez vite en « stéréo » par George Martin alors que les musiciens n’étaient plus présents en studio. Ainsi les bandes ont été savamment restaurées et remixées par le fiston donnant au final une plus grande ampleur et surtout plus de profondeur au « son« , d’où le grand intérêt d’un tel travail de fourmi.

De cette métamorphose résulte de splendides sonorités qu’on méconnaissait. Un exemple frappant étant la seconde voix de Lennon qui ressort sur « Lucy In The Sky With Diamonds » ainsi que tous ces petits détails assez subtils absents de la première version. Ce n’est pas un bouleversement à proprement parler, mais la redécouverte d’un album qu’on a écouté jusqu’à plus soif et à qui on a redonné une seconde jeunesse grâce au « numérique« . On réentendra avec jouissance l’album initial, qui fut en son temps  une « ode » au « psychédélisme« , notamment avec « For The Benefit Of Mr Kite » ou bien avec le « Whithin You Whithout You » d’Harrison. L’ensemble agrémenté de différents petits sons en plus et de voix qui furent estompées par l’enregistrement de base. Ce disque n’a d’ailleurs pas vieilli d’un iota et fût à lui seul avant-gardiste et annonciateur  de toute une suite musicale s’inspirant du grandiose tandem Lennon/Mc Cartney.

L’énorme complicité qui a opéré à l’intérieur de ce »couple de rêve » fut unique en son genre. La dualité, l’osmose et ce gout subtil de l’écriture musicale, doublée d’un sens commun et inné de la mélodie touchant le plus grand nombre, ont permis à  leur union d’atteindre  la perfection absolue et de se voir attribuer le titre des deux plus GRANDS compositeurs « pop/rock » du vingtième siècle. Les deux autres disques complétant cette œuvre, sont des témoignages saisissants, quant à la valeur émotive qu’ils peuvent représenter, on y entend les titres de Sgt Pepper’s, brut de « déco« , et l’on comprend mieux le travail d’habillage sonore de George Martin. Il ne pouvait passer à côté de ces géants de la composition qui furent absolument touchés par la grâce, au cours de la courte décennie durant laquelle ils existèrent en tant que Beatles.

On aura l’occasion de réécouter des versions « mono » de  morceaux splendides que sont aussi « Penny Lane » ou mieux encore « Stawberry fields forever« , des chansons d’une grandeur incalculable qui sont d’une efficacité à toute épreuve et comme toute l’œuvre des Fab Four n’a pas pris une ride. Quelques « overdubs, instrumentaux, et autres versions alternatives, présentes en plus sur le deuxième disque, peuvent sembler anecdotiques, mais elles s’adressent en réalité aux « fans » de base à qui ces messages sonores sont dédiés en priorité. Pour ce qui est du Sgt Peppers proprement dit, neuf titres sur les treize présents passent à la postérité, qui n’a pas vibrer dans sa vie sur « Lucy In The Sky With Diamonds » de Lennon. Rien que le titre évoque déjà le voyage, de telle sorte que cette composition nous propulse dans les plus beaux rêves de cette génération magique retraçant un merveilleux passé à présent révolu.

Encore merci à ce groupe légendaire qui aura su provoquer en nous tant de passion avec le titre « A Day In The Life« . Ce fantastique « collage » de deux compositions fut en quelque sorte précurseur et le prélude à ce qui devait suivre en posant les fondations de la musique progressive si chère à nos cœurs. Les plus grands groupes tels Genesis, Pink Floyd, Yes, ELP, voire King Crimson se sont imprégnés (en partie) ont repris cette aventure musicale en y donnant  une  suite logique. Vous connaissez le reste de l’histoire.

THE BEATLES – SGT. PEPPER’S LONELY HEARTS CLUB BAND

The Beatles - Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band (1967)

Titre : Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band
Artiste : The Beatles

Pays : Angleterre
Durée : –
Date de sortie : 1967
Label : Apple Corps – EMI

Setlist

CD1:
01 – Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band (R
02 – With A Little Help From My Friends (Remi
03 – Lucy In The Sky With Diamonds (Remix)
04 – Getting Better (Remix)
05 – Fixing A Hole (Remix)
06 – She’s Leaving Home (Remix)
07 – Being For The Benefit Of Mr. Kite! (Remi
08 – Within You Without You (Remix)
09 – When I’m Sixty-Four (Remix)
10 – Lovely Rita (Remix)
11 – Good Morning Good Morning (Remix)
12 – Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band (R
13 – A Day In The Life (Remix)

CD2:
01 – Strawberry Fields Forever (Take 1)
02 – Strawberry Fields Forever (Take 4)
03 – Strawberry Fields Forever (Take 7)
04 – Strawberry Fields Forever (Take 26)
05 – Strawberry Fields Forever (Stereo MIx 20
06 – When I’m 64 (Take 2)
07 – Penny Lane (Take 6 – Inst)
08 – Penny Lane (Vocal OverdubsSpeech)
09 – Penny Lane (Stereo Mix 2017)
10 – A Day In The Life (Take 1)
11 – A Day In The Life (Take 2)
12 – A Day In The Life (Orch Overdub)
13 – A Day In The Life (Hummed Last Chord Tks
14 – A Day In The Life (The Last Chord)
15 – Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band (T
16 – Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band (T
17 – Good Morning Good Morning (Take 1 – Inst
18 – Good Morning Good Morning (Take 8)

Line-up

– George Harrison / lead, rhythm & acoustic guitars, sitar, tambura, harmonica, maracas, kazoo, lead (8,12), harmony & backing vocals
– John Lennon / rhythm, lead & acoustic guitars, Hammond, harmonica, tambourine, maracas, tape loops & Fx, lead (3,7,11-13), harmony & backing vocals
– Paul McCartney / bass, lead guitar, electric & acoustic pianos, Lowrey & Hammond organs, tape loops & Fx, lead (1,4-6,9,10,12,13), harmony & backing vocals
– Ringo Starr / drums, maracas, tambourine, congas, tubular bells, harmonica, lead vocals (2)

With:
– George Martin / piano (4,10), Hammond (2), harpsichord (5), Lowrey organ & glockenspiel & harmonium (7), tape loops & Fx, orchestrations, producer
– Neil Aspinall / tamboura, harmonica
– Geoff Emerick / tape loops & Fx
– Mal Evans / harmonica
– 4 French horns (1)
– string section & harp (6)
– Mike Leander / orchestration (6)
– Asian Music Circle / tabla, dilrubas, tamboura & swarmandal (8)
– 8 violins & 4 cellos (8)
– clarinet trio (9)
– Sounds Incorporated / sax sextet (11)
– 40-piece orchestra (13)

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany