Tangerine Dream - Quantum Gate
4.5Note Finale

Attaquer la chronique d’un album de Tangerine Dream est toujours jubilatoire tellement l’œuvre du groupe demeure grandiose dans tous les sens du terme. Cependant, celle-ci est totalement différente car elle concerne le dernier album en date, Quantum Gate, et pour une raison évidente, elle a un goût très amer. En effet, son fondateur Edgar Froese étant parti vers d’autres cieux, et pour paraphraser Brassens « ou jamais il ne pleut », nous aurions pu imaginer que l’aventure Tangerine Dream cesserait d’exister car il en était quelque part le leader incontesté, et ce, depuis 1967. Cette très grosse perte ajoutée au départ un à un des pionniers du groupe font qu’il ne reste aujourd’hui aucun des membres originaux. Et pourtant l’esprit musical inhérent au groupe légendaire subsiste réellement sur ce disque, et avec l’influence de Froese qui hante littéralement cet album dans lequel les trois musiciens présents retrouvent sur ces neufs compos les thèmes et  » les forces majeures » des albums précédents.

Les membres actuels de Tangerine Dream avec la contribution de la veuve d’Edgar, ont décidé de faire avancer ce nouveau projet discographique en son honneur à l’occasion des cinquante ans de la création du mythique combo qui a initié tant de musiciens ou pseudos musiciens se hissant dans la sphère électronique actuelle. Froese était adepte d’une forme d’ésotérisme lié à la physique quantique dont il se nourrissait et il a du  léguer  l’héritage à ses trois successeurs qui ont su  en guise d ’hommage, récréer l’univers du musicien allemand sur cet enregistrement. Froese avait d’ailleurs laissé de son vivant certaines ébauches qui ont été savamment reprises par les trois musiciens actifs. Il avait alors très certainement  suggéré la manière dont cet album devait être abordé.

Thorsten Quaeschning, Ulrich Schnauss et Hoshiko Yamane, guidant la créativité du groupe – ont relevé le défi de concrétiser les aspirations artistiques de Froese. Cela s’entend sur chaque séquence de cet album qui ramène aux plus belles heures du groupe que furent Stratosfear, Ricochet, voire Rubycon, (entre autres merveilles tirées d’une pléthorique discographie). Le fait que le « maître à penser » ne soit plus aux manettes n’enlève rien à ces soixante dix minutes de musique pouvant être considérées comme une bande sonore de notre imaginaire, au même titre que celle du Pink Floyd de la grande époque, avec qui Tangerine Dream dans une version totalement instrumentale aurait une certaine filiation.

Le côté hypnotique et entêtant des compositions sonnant un peu plus « actuel« (la technologie aidant) permet à cet album de faire la transition par rapport à l’influence dominante de Froese, et font se diriger le trio vers des eaux inexplorées auparavant. Sa présence (virtuelle) est toujours évidente ici, et le prochain album sera vital pour la régénérescence de Tangerine Dream. Cependant, Quantum Gate constitue une célébration impressionnante du passé vers le futur de Tangerine Dream qui, pour son retour, transmet une musique  toujours aussi impressionnante.

Quantum Gate jouit d’une production luxuriante disposant d’un gros son, elle devrait certainement satisfaire les plus exigeants d’entre nous, c’est aussi un bon point de départ pour découvrir la discographie complète du groupe. Les amoureux de (très) bonne musique électronique n’ont pas trop de soucis à se faire, la relève est assurée. La mémoire d’Edgar Froese est parfaitement conservée, ses trois « disciples » ne sont avec Quantum Gate, qu’au début de leur « rêve« .

TANGERINE DREAM – QUANTUM GATE

Tangerine Dream - Quantum Gate (2017)

Titre : Quantum Gate
Artiste : Tangerine Dream

Pays : Allemagne
Durée : 70’46
Date de sortie : 2017
Label : KScope

Setlist

1. Sensing Elements (13:33)
2. Roll The Seven Twice (6:25)
3. Granular Blankets (5:03)
4. It Is Time To Leave When Everyone Is Dancing (6:36)
5. Identity Proven Matrix (5:18)
6. Non-Locality Destination (9:59)
7. Proton Bonfire (8:25)
8. Tear Down The Grey Skies (6:17)
9. Genesis Of Precious Thoughts (9:10) 

Line-up

– Thorsten Quaeschning
– Ulrich Schnauss
– Hoshiko Yamane

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l’éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J’ai été bercé aux sons du « Segent peppers » des Beatles, puis ensuite je n’ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j’ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j’ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m’ aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période « jazz rock » qui m’a bien plue jadis « au temps de Pierre et Gladys », telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d’aficionados et je compte bien par le biais d’Amarokprog, en découvrir d’autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany