Sur la Route de Madison
4.8Note Finale

Le roman tuerait un diabétique sans coup férir et l’adaptation par Richard LaGravenese (L’Homme qui Murmurait à l’Oreille des Chevaux) promise à Steven Spielberg n’est pas plus convaincante. C’est pourtant là que démarre l’aventure de Sur la route de Madison. Comme pour Un Monde Parfait, l’affaire est abandonnée par le père de E.T. au profit de Clint Eastwood (après le refus de Sydney Pollack) qui voit ici l’occasion de se frotter au mélo, un genre qu’il n’a pas revisité depuis la romance de Breezy (1973). Les deux hommes s’envoient leurs corrections par fax et Eastwood propose de raconter l’histoire via la lecture du journal intime de l’héroïne, Francesca. Pour interpréter cette dernière, le réalisateur pense immédiatement à Meryl Streep parmi dans une liste prestigieuse où l’on retrouve Isabella RosselliniAnjelica HustonJessica LangeMary McDonnellCher et Susan Sarandon. Du beau monde. Mélo typique, Sur la route de Madison nous situe en 1965, dans un coin paumé de Iowa, à la rencontre du photographe Richard Kinkaid (Clint), un bourlingueur impénitent qui porte beau, et d’une épouse de fermier qui n’attend rien d’autre que le retour de sa famille, partie quelques jours pour un salon agricole. En filmant les gestes, les regards, les frôlements, les mots simples avec une sincérité et une pudeur extrême, Clint Eastwood permet à deux icônes du cinéma américain de se croiser sur le chemin du hasard avec une sensualité confondante, un art du contemplatif assumé. La lumière, le vent, le sable et la verdure. Un club de jazz. La main sur la poignée d’une voiture arrêtée. Un feu rouge. La pluie. Des destins qui se croisent, se séparent. Le temps comprime l’éternité sur quelques jours. Vertiges de l’amour, les regrets eux, sont éternels. Magique.

ENGLISH VERSION

THE BRIDGES OF MADISON COUNTY

The novel would kill a diabetic without a blow and the adaptation by Richard LaGravenese (The Horse Whisperer, The Fisher King) promised to Steven Spielberg is no more convincing. Yet this is where the adventure of The Bridges of Madison County begins. As with A Perfect World, the affair is abandoned by E.T.‘s father in favour of Clint Eastwood (after Sydney Pollack‘s rejection) who sees here the opportunity to flirt with melodrama, a genre he hasn’t revisited since the Breezy romance (1973). The two men send each other their corrections by fax and Eastwoodoffers to tell the story by reading the diary of the heroine, Francesca. To play this caracter, the director immediately thinks of Meryl Streep among a prestigious list that includes Isabella Rossellini, Anjelica Huston, Jessica Lange, Mary McDonnell, Cher and Susan Sarandon. Beautiful people. Aa a typical melodrama, The Bridges of Madison County places us in 1965, in a remote corner of Iowa, on the way to meet photographer Richard Kinkaid (Eastwood), an impenitent wanderer, and a farmer’s wife who waits for nothing more than the return of her family, who had left for a few days for an agricultural show. By filming gestures, looks, brushes and simple words with extreme sincerity and modesty, Clint Eastwood allows two icons of American cinema to cross paths on the path of chance with a confounding sensuality, an assumed art of the contemplative. Light, wind, sand and greenery. A jazz club. The hand on the handle of a stopped car. A red light. The rain. Fates that intersect, separate. Time compresses eternity into a few days. The dizziness of love and the eternal regrets. Magic.

Sur la Route de Madison - Clint Eastwood (1995)

Titre : Sur la Route de Madison
Titre original : The Bridges of Madison County

Réalisé par : Clint Eastwood
Avec : Meryl Streep, Clint Eastwood…

Année de sortie : 1995
Durée : 135 minutes

Scénario : Richard LaGravenese d’après le roman du même nom de Robert James Waller
Montage: Joel Cox
Image : Jack N. Green
Musique : Lennie Niehaus

Nationalité : États-Unis
Genre : Drame

Synopsis : Michael Johnson et sa soeur Caroline reviennent dans la ferme de leur enfance régler la succession de leur mère, Francesca. Ils vont découvrir tout un pan de la vie de leur mère ignoré de tous, sa brève, intense et inoubliable liaison avec un photographe de passage.....

Votre avis

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.