Steven Wilson - Transience
3.5Note Finale

La transcience peut être rapprochée de l’impermanence et caractérise ce qui est éphémère ou transitoire. Au petit jeu des explications de texte, cette compilation uniquement accessible en vinyle et signée Steven Wilson tire sur la période 2003-2015 et principalement ses quatre premières embardées solo : Insurgentes (2009), Grace For Drowning (2011), The Raven That Refused to Sing (2013) et Hand. Cannot. Erase (2015). Ceci posé, il faut reconnaître à l’objet une certaine classe malgré le défaut habituel d’une sélection discutable, malgré qu’elle fût effectuée par Wilson himself, d’autant que de nombreux titres perdent un peu de saveur sortis du contexte conceptuel de leur univers d’origine. Les 13 titres se répartissent sur 3 faces et font le tour de la question en passant de la puissance pure (« Harmony Korine ») à des ballades en apesanteur (« Poscard », « Hand. Cannot. Erase. ») et bien entendu quelques extraits de  prog-rock typique (« Index », « The Pin Drop »). Focalisé sur la brièveté des choses, certaines chansons se sont vues raccourcies pour entrer dans le cadre. Cela permettra à certains de se familiariser avec l’univers du bonhomme mais frustrera forcément les connaisseurs (« Transience », « Happy Return »). Notons également une reprise de Alanis MorisetteThank You ») issue des Wilson Covers ainsi qu’une nouvelle version de « Lazarus », initialement publiée sur Deadwing (Porcupine Tree, 2005) et réenregistrée lors de la dernière tournée pour un résultat moins émouvant, peut-être trop travaillé. Malgré tout, et en finissant par le chef-d’œuvre « Drive Home », Steven Wilson échappe partiellement à l’hagiographie primaire et au nombrilisme trop souvent perçus dans ce genre d’exercice – bien qu’à l’occasion de la pochette, il se soit fait tiré le portrait de face… pour la première fois. En organisant les choses assez intelligemment mais un peu plombé par le principe des titres courts, Transience constituera une porte d’entrée plutôt sympathique, mais réductrice, du travail hyper-productif et varié du musicien anglais.

STEVEN WILSON – TRANSIENCE

Steven Wilson - Transience (2015)

Titre : Transience
Artiste : Steven Wilson

Date de sortie : 2015
Pays : Angleterre
Durée : 62’23
Label : Kscope

Setlist

Side 1:
1. Transience (Single Version) (3.10)
2. Harmony Korine (5.07)
3. Postcard (4.27)
4. Significant Other (4.31)
5. Insurgentes (3.54)

Side 2:
1. The Pin Drop (5.01)
2. Happy Returns (Edit) (5.11)
3. Deform to Form a Star (Edit) (5.53)
4. Thank You (4.39)

Side 3:
1. Index (4.47)
2. Hand. Cannot. Erase. (4.13)
3. Lazarus (2015 Recording) (3.57)
4. Drive Home (7.33)

Side 4:
Etching

Line-up

– Steven Wilson / vocals, acoustic guitar, keyboards
– Nick Beggs / chapman stick
– Guthrie Govan / slide guitar
– Adam Holzman / piano, hammond organ
– Marco Minnemann / drums

 

VOTRE AVIS :

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.