Steven Wilson - Insurgentes
4.5TOP 2008

On pourrait disserter de longues heures sur la discographie proéminente de l’infatigable Steven Wilson dont l’influence se porte haut dans la sphère du son baladin et de la composition ultra soignée. Une chose est sûre, l’annonce de son premier véritable album solo fut un facteur d’émoustillement généralisé que l’on n’avait pas connu depuis un bail. Pour l’occasion, notre homme avait d’ailleurs vu les choses en “scope” puisqu’il nous proposait avec malice une dizaine de nouveaux titres, enregistrés en 5.1, auxquels on ajoutera une poignée de bonus, un packaging rutilant, le DVD d’un film de 18 minutes et un livre comprenant des photographies typiquement dans l’esprit de son collaborateur habituel Lasse Hoile. Tout cela prévu en 3.000 exemplaires seulement… cultes avant son lancement. Oui mais voilà, vendu à coup de trailer et d’annonces alléchantes, le parfum serait-il à la hauteur du flacon ? La réponse ne tarde pas avec « Harmony Korine » et son ahurissante maturité, alternant séquences de tranquillité relatives, guitares furibardes et voix traficotée perchée en haut de l’échelle, dans la plus pure tradition de Porcupine Tree ; un clin d’œil, le premier d’un disque qui va dès lors s’employer à référencer toutes les influences du bonhomme (The Cure, Depeche Mode, Radiohead) et condenser son travail sur ses projets transversaux (Porcupine Tree, No-Man, Bass Communion, Blackfield, I.E.M.).

S’ensuit alors quelques envolées vers son penchant électronique avec les claviers pénétrants de « Abandoner », la mélancolie poisseuse d’une infinie tristesse de « Verona Para Las Hadas » (on pense à la période The Sky Moves Sideways) ou le virage post nucléaire de « Salvaging », qui alterne riff bien gras, pirouette orchestrale et space-rock tordu comme un chien hyper savant (Signify vient à l’esprit). On croise également sa majesté King Crimson dans la lente montée en puissance de « No Twilight Within The Courts Of The Sun » qui s’achève comme une course poursuite qui aurait rattrapé Syd Barrett par le colback pour lui refaire un tour de manège de sniffette allégorique. Et pour ne rien laisser au hasard, Steven Wilson parvient à articuler deux morceaux plus accessibles mais tout aussi merveilleux, « Only Child » et « Get all That You Deserve », peuplé d’un piano lunaire titillant la curiosité. Costaud ! Et pour garder une certaine pudeur face à une concurrence depuis longtemps à la rue, on évoquera sur le fil le morceau titre, « Insurgentes », mélodie en feutrine et de lumière tamisée, qui tient du chef d’œuvre tout court. Évidemment, la kyrielle d’invités laisse tout aussi pantois : Gavin Harrison (batterie), Tony Levin (basse), Mike Outram (guitare), Jordan Rudess (grand piano), Clodagh Simmonds (chant), Sand Snowman (guitare acoustique), Theo Travis (flute, clarinette), Dirk Serries (guitare), Michiyo Yagi (koto), et une section à cordes font, sans se faire prier, dans le stupre mélodique.

Les heureux possesseurs de la version collector, profiteront en sus de savoureux extras qui n’ont rien d’un cache-misère : « Untitled » à l’électricité éraflée, le dérivé caressé et murmuré de « Insurgentes (Mexico) », où mieux encore, l’instrumentale « Collecting Space » dont on se demandera longtemps pourquoi ses contours scintillants n’ont pas intégrés derechef le peloton de tête. D’un entrain à la fois poignant et contagieux, le souffle déployé en ferait une épatante bande originale, idéale et pour tout dire contagieuse. Trois adjectifs que l’on pourra accrocher aux wagons de cet Insurgentes ténébreux et vénéneux, où la musique atmosphérique de Wilson se transforme en véritable geyser sans jamais craindre de franchir le mur du son.

STEVEN WILSON – INSURGENTES

Steven Wilson - Insurgentes (2008)

Titre : Insurgentes
Artiste : Steven Wilson

Date de sortie : 2008
Pays : Angleterre
Durée : –
Label : Kscope

Setlist

1. Harmony Korine (5:08)
2. Abandoner (4:48)
3. Salvaging (8:17)
4. Veneno Para Las Hadas (5:57)
5. No Twilight Within the Courts of the Sun (8:37)
6. Significant Other (4:31)
7. Only Child (4:24)
8. Twilight Coda (3:25)
9. Get All You Deserve (6:17)
10. Insurgentes (3:55)

Bonus disc (Special Edition only)
1. Port Rubicon (4:24)
2. Puncture Wound (4:18)
3. Collecting Space (5:10)
4. Insurgentes (Mexico) (4:45)
5. Untitled (4:47)

Line-up

– Steven Wilson / All voices and instruments

Except:
– Gavin Harrison / drums (tracks 1, 2, 3, 5, 6, 7, 9, Bonus disc 1, 2 and 3), cymbals (4)
– Tony Levin / bass (5, 6 and Bonus disc 3)
– Mike Outram / electric guitar (5 and 8)
– Dirk Serries / guitar drones (3 and 9)
– Jordan Rudess / piano (4, 5 and 8)
– Clodagh Simonds / vocals (6)
– Sand Snowman / acoustic and processed acoustic guitars (2 and 8), recorders (4)
– Theo Travis / wah-flute (2), clarinet (4 and Bonus disc 1), saxophone (Bonus disc 1)
– Michiyo Yagi / 17-string bass koto (10), 21 string koto (Bonus disc 3)

 

A propos de l'auteur

Fondateur du site AmarokProg en 2003, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis. Passionné de cinéma(s) et de musique(s), ce qui devrait surprendre toute la communauté, mézigue met à profit ces petites lubies dans son cadre professionnel ce qui ne manque ni de sel, ni de poivre (tout comme ses cheveux diront les moins obséquieux). What else?

Articles similaires