Stefan Kaiser - Dreaming In Pink Floyd
4.0Note Finale

Quatre enfants contemplant un astre au fin fond de la galaxie, tel est le postulat de départ, tout du moins sur le plan visuel, lorsque que l’on visionne la pochette du dernier album de Stefan Kaiser  au  titre très significatif de Dreaming In Pink Floyd. Le rêve « éveillé » de ces quatre gosses peut apparaître comme une métaphore illustrant la recherche de la voix lactée, et ce par le biais de la musique et des textes, que se sont évertués à interpréter et à retranscrire les quatre musiciens du Floyd durant leur longue carrière et surtout avec Syd Barret. Largement inspiré de l’univers « spatial » plus  axé vers le rêve du légendaire Pink Floyd, cet album se veut un voyage conceptuel se situant autour de la musique si riche et évocatrice du Floyd.

Très peu d’infos circulent sur le concepteur de ce bien bel album, ce que l’on sait c’est que Stefan Kaiser est d’origine allemande, c’est un multi-instrumentiste ayant travaillé jadis avec un groupe d’outre Rhin  assez méconnu Phanzegamblers,  il a tout réalisé sur ce projet y compris les vocaux ainsi que le graphisme de la pochette. Neuf compositions y figurent, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elles représentent une sorte d’hommage au groupe mythique, car même les orchestrations sont dans la mouvance d’un Alan Parsons qui a longtemps collaboré à la production des albums de Pink Floyd. On retrouve ça et là, des petites « touches » des différentes créations du Floyd, tant au niveau de la musique qu’au niveau des effets sonores clairsemés. Le travail de Kaiser se fait sentir  surtout au niveau des claviers, ses ambiances à la Wright y sont plus vraies que nature, les guitares Gilmouriennes ne sont pas en reste, mais c’est très certainement avec les vocaux que Kaiser peine un peu.

Il ne faut cependant pas parler de « plagiat« , loin s’en faut, car les compos présentes sur ce disque sont particulièrement originales, quoique très nettement influencées par le Floyd (c’est un peu le but du jeu) mais dans son côté le plus « planant« . En définitive, on se sort pas rassasié de ce rêve Floydien très apaisant, Stefan Kaiser ayant parfaitement assimilé l’esprit de ses aînés, il ne lui reste plus qu’à faire une carrière à la RPWL qui, dans un registre similaire, jouait des « cover » de Floyd à leurs débuts. Le talent de Pink Floyd demeure communicatif et saute sans problème les générations- Dreaming In Pink Floyd en est une preuve tangible.

STEFAN KAISER – DREAMING IN PINK FLOYD

Stefan Kaiser - Dreaming In Pink Floyd (2017)

Titre : Dreaming In Pink Floyd
Artiste : Stefan Kaiser

Date de sortie : 2017
Pays : Allemagne
Durée : 61′
Label : –

Setlist

1. The third eye 03:27
2. After the storm 08:22
3. Prism part1 03:45
4. Unique days 09:11
5. Prism part2 05:55
6. Big town in the sky 08:18
7. Run to me 08:20
8. Dark and distant shore 09:10
9. Ghost in the machine 08:42

Line-up

Stefan Kaiser-multi-instrumentalist, songwritter, vocals

 

A propos de l'auteur

Daniel Sebon

Salut à tous je suis Dany , nouvellement chroniqueur sur Amarokprog et anciennement sur Koid9 et progressivearea, je collabore aussi sur Lebolg du jester. Grand amoureux de musique devant l'éternel, et de musiques progressives au sens large du terme. J'ai été bercé aux sons du "Segent peppers" des Beatles, puis ensuite je n'ai jamais lâché la musique qui représente un peu mon oxygène. Après j'ai passé ma vie en écoutant Hendrix, Genesis, Floyd ,Marillion, Mike Oldfield, Tull, Yes, Ange Camel (entres autres génies que j'ai aimé) tout en découvrant les plus récents, Steve Wilson, Riverside, Gazpacho, Dream Theater, The Watch, Anathema.(entres autres très belles découvertes qui sont venues après. Puis la musique planante m' aussi bien accompagné telle, Tangerine Dream ,Vangelis, Klauz Schulsz. Sans parlé aussi de la période "jazz rock" qui m'a bien plue jadis "au temps de Pierre et Gladys", telle Mahavischnu Orchestra, Chick Corea, Al Dimeola, Pat Metheny, voilà quelques perles qui ont émaillé ma longue vie d'aficionados et je compte bien par le biais d'Amarokprog, en découvrir d'autres et vous en faire découvrir. Progresssivement votre Dany